Entretien avec Imam Mouhamed Majid de la mosquée de Washington « L’islam est en train de progresser aux Etats-Unis (…) Rassurée par le comportement religieux des Sénégalais, une femme avec qui je travaillais s’est convertie à l’islam (…) »

En marge de sa visite au Sénégal, Dakaractu, en exclusivité, s’est entretenu avec Iman Majid de la mosquée de Washington lui sur plusieurs sujets : son appréciation de l’islam pratiqué au Sénégal, être musulman aux Etats-Unis après le 11 septembre, la solidarité entre pays riches et pays pauvres musulmans, la guerre fratricide entre sunnites et chiites, l’aide internationale de plus en plus liée au ‘’droit des minorités’’, le terrorisme…


Entretien avec Imam Mouhamed Majid de la mosquée de Washington «  L’islam est en train de progresser aux Etats-Unis (…) Rassurée par le comportement religieux des  Sénégalais, une femme avec qui je travaillais s’est convertie à l’islam (…) »
Mohamed Hagmagid, Américain d’origine soudanaise, est plus sous connu à Washington et à travers le monde  sous l’appellation de Imam Magid, il s’investit beaucoup dans des actions visant à créer et à favoriser le dialogue et une meilleure compréhension de l'islam. A son actif, on peut citer entre autres son jumelage annuel des mosquées et synagogues,  ses conférences interconfessionnelles dans la région métropolitaine de Washington et  son initiative de l'Assemblée  interreligieuse de Buxton.
 
Imam, pouvez-vous nous dire l’objet de votre visite et comment s’est passé votre séjour au Sénégal ?
Nous sommes là pour la réunion du comité de pilotage, en collaboration avec le ministère de la santé, pour la conférence que nous préparons sur les vaccinations, sommet prévu sous le patronage du Président Macky Sall. Le Sénégal est un excellent pays, un modèle en Afrique surtout en matière de tolérance religieuse, mais aussi pour sa stabilité politique, un exemple pour les autres pays africains. Donc autant de raisons qui expliquent notre choix pour ce pays.
Le Sénégal célèbre souvent des fêtes comme la Korité dans la dispersion pour ne pas dire la division. De l’extérieur, comment appréciez-vous cela ?
Le souhait serait que tout le monde célèbre dans l’unité ces fêtes. Mais la diversité aussi n’est pas mauvaise dans la mesure où les uns respectent les autres. Ce qui est important c’est qu’il ait la paix et le respect entre les différentes confréries.
Vous êtes aux Etats-Unis où l’islam est minoritaire. Comment vivent les musulmans dans ce pays  surtout après les évènements du  11 septembre ?
Les musulmans aux Etats-Unis savourent la diversité religieuse et la liberté de la pratique des cultes dans ce pays. Nous avons la liberté de construire des mosquées, la liberté de nous organiser. Sur ce point nous n’avons aucun problème. Nous avons 29 organisations qui se sont regroupées dans une association appelée ‘’épaule contre épaule’’ et nous assistons les autres musulmans dans leurs actions. Certes vous pourrez trouver  des gens qui dans ce pays sont contre l’islam et qui feront tout pour contrer l’évolution de notre religion et essayer de détruire son image. Mais la majorité des Américains supportent l’Islam et la liberté de culte.  Je ne nie pas qu’il puisse toujours y avoir des problèmes, mais s’il y a des problèmes pour les musulmans, mais il nous appartient de montrer les vraies valeurs de l’Islam.
L’islam est une communauté. Mais en réalité il y a d’un coté les pays pauvres et de l’autre les pays riches. Est-ce que réellement la solidarité joue entre les états musulmans ?
La religion musulman nous enseigne de soutenir les pauvres, de leur venir en aide. Le Prophète, (paix et salut sur lui), disait que les gens qui lui sont proches sont ceux qui viennent en aide aux pauvres, aux orphelins. L’islam n’est pas seulement une question de rituel. Il est en de même entre états, les riches doivent soutenir les moins nantis et les orphelins. C’est la responsabilité des riches de soutenir les pauvres. Ils doivent poser des actes pour les sortir de cet état, ils doivent investir dans des secteurs porteurs d’emplois. L’islam c’est comme un corps humain. Quand une partie du corps fait mal, tout le corps doit le sentir. Cela s’applique aussi bien au niveau des êtres humains que des états.
 
Depuis quelques années  l’occident conditionne son aide aux pays africains au  concept ‘’le Droit des minorités’’, comme l’homosexualité. Qu’en pensez-vous et que recommandez-vous à nos dirigeants  en grande partie dépendants de cette aide?
Même si on le dit, personnellement je ne peux pas vous citer un cas où l’aide est liée à la cause des homosexuels. Mais ce que je peux vous dire est que toute aide doit être en phase avec le vœu ou les besoins du demandeur. La position de l’islam sur cela est  très clair, toute aide doit pour faite pour la grâce de DIEU et sans rien attendre en retour.
La crise des valeurs est assez partagée à travers le monde et l’occident souvent indexé. Quelle est votre lecture ou appréciation de cet état de fait ?
Certes on ne peut pas nier une certaine dégradation, mais il faut aussi relativiser. Nous vivons maintenant la mondialisation, la globalisation. Ce n’est pas forcément tout ce qui viendra d’ailleurs qui est mauvais, ou tout ce qui vient de l’occident. Il y a des valeurs venant de l’occident comme d’autres aussi venant des pays de africains ou d’ailleurs. C’est maintenant aux peuples de prendre qui est bien et de rejeter ce qui est mauvais.
 La Guerre fratricide entre sunnite et chiites peut-être perçue comme une tâche qui salit l’islam. Vous êtes peut-être mieux placé pour nous expliquer pourquoi cette déchirure qui perdure dans cette famille qui est l’Islam ?
C’est vraiment un  sujet touchant comme vous le dites. Cela nous préoccupait beaucoup, nous avons crée un comité aux Etats-Unis où nous avons réussi à réunir des dirigeants chiites et des dirigeants sunnites. Nous avions tenu au mois de septembre dernier un forum à Washington où les camps se sont retrouvés sous un même toit, si on peut dire. A l’issue de cette rencontre une résolution appropriée a été prise et signée pour propager une idée de partage, de collaboration entre ces deux familles. Des retrouvailles sont possibles. Il y a même un site dénommé « declaration.com  » où il y a une pétition mondiale en ce sens pour encourager les dirigeants des deux camps à des retrouvailles et arrêter cette guerre fratricide. Vous pouvez vérifier. C’est pour la première fois que j’en parle en dehors des Etats-Unis. Vous avez le scoop.
Autre chose en ce sens aussi, le terrorisme est souvent lié à l’islam. Ce qui est regrettable. Peut-on trouver quelque part des raisons qui justifient pour la réaction des terroristes ?
L’Islam est une religion de paix, de tolérance et de fraternité. Il y a des gens qui n’ont pas compris le message de l’islam, mais ils ne représentent pas cette religion, ne représentent pas les musulmans. Ils ne portent pas le message du prophète, (paix et salut sur lui) qui est un message de paix de fraternité. Le Sénégal est un pays de tolérance religieuse et vous pouvez en être fiers. Nous avons fait des Fatwas condamnant le terrorisme.  Nous en avons fait un combat et nous organisons souvent des rencontres, des conférences aux Etats-Unis pour condamner le terrorisme. Et votre pays peut-être citer en exemple pour combattre ce fléau. Et on peut même vous dire que 75% des victimes du terrorisme sont des musulmans. Ils détruisent des mosquées et tuent des innocents au nom de leur propre idéologie. Ça, ce n’est pas l’islam. Les dirigeants musulmans, les chefs religieux ont le devoir et la responsabilité de parler aux gens pour arrêter ce mal, d’aider les jeunes à trouver des emplois afin qu’ils ne tombent dans ce mal, ne s’entretuent pas  ou de tomber dans de pareils actes.
Aux Etats-Unis, des manifestations religieuses musulmanes, des journées comme ‘’Cheikh Ahmadou Bamba day’s’’ sont organisées. Est-ce que peut lire cela comme une avancée de l’islam au pays de l’oncle Sam ?
Cela confirme ce que je disais un peu plus tôt sur la liberté religieuse. Si des communautés émigrées peuvent le faire, cela indique le respect des cultes est réel. Ils sont libres d’organiser leurs fêtes, à eux de  faire découvrir leur religion aux américains. Le Sénégal pratique un islam exemplaire. Une femme avec qui je travaillais dans une des plus grandes organisations islamiques aux Etats-Unis s’est convertie à l’islam, rassurée par le comportement religieux des  Sénégalais. Elle est devenue musulmane en fréquentant les Sénégalais.
 
Oui, c’est évident que l’islam est en train de progresser aux Etats-Unis, car quand je venais dans ce pays en 1987,  il n’y avait que deux grandes mosquées à Washington, aujourd’hui, il y a plus de 85 mosquées aux environs de cette métropole. Rien que cela démontre cette progression.
 
Samedi 18 Janvier 2014




1.Posté par Atypico le 18/01/2014 14:19
Les USA ont vraiment besoin des marabouts sénégalais pour nous égaler dans le non développement ! Exportons - les tous !



Dans la même rubrique :
Souvenir PA DIENG 1 AN

Souvenir PA DIENG 1 AN - 25/04/2017