Enseignement : Le SADEF charge le ministre de l'économie et des finances pour le paiement des rappels


Le Syndicat Autonome pour le Développement de l’Education et de la Formation (SADEF) s’est réuni ce jeudi afin de dénoncer les
conditions de travail auxquelles sont confrontés les enseignants. Leur ambition est de valoriser le statut de l’enseignant. Selon Mbaye Sarr, le secrétaire général du SADEF, qui n’a pas manqué d’interpeller le ministre de la Fonction Publique pour l’instauration d’un mécanisme et d’anticipation de crise. Il demande aussi au ministre de l'économie et des finances de payer les rappels d’intégration, de validation et de mise en solde. « Nous avons observé que les actes de titularisation, de validation ou d’avancement peinent à sortir au grand dam des enseignants. Du coup leurs carrières restent bloquées. Même les inspecteurs de l’enseignement qui constituent l’élite du système sont confrontés à ce système. Ils peinent à avancer », informe le secrétaire général du SADEF. Avant de rajouter, après le rappel les enseignants se voient prélevés des montants sur leurs salaires en guise d’impôt alors qu’un impôt avait déjà été prélevé sur le même système. « Depuis l’année dernière jusqu’à présent, les résultats ne sont pas publiés car la FASTEF dit qu’elle ne le fera que quand l’enveloppe ne sera pas versée. Ainsi, les enseignants demeurent les victimes et ils sont même pris ici comme boucliers », a-t-il indiqué. Concernant les élèves-maîtres, Mbaye Sarr déplore les lenteurs liées à l’élaboration du texte relatif à leur statut et réclame la sortie diligente du texte afin que leurs dossiers qui souffrent dans les tiroirs de la fonction publique soient traités. Concluant, le secrétaire général rappelle la question de l’augmentation de l’indemnité de logement qui avait fait l’objet d’un accord mais dont l'application qui était assujettie à une étude reste toujours dans les tiroirs...
Mercredi 19 Avril 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :