Énergies renouvelables : Le Sénégal de plain pied dans la transition énergétique à partir de 2017


L’Agence nationale de la recherche scientifique appliquée et l’agence nationale pour les énergies renouvelables co-organisent avec le conseil Conseil patronal des énergies renouvelables (COPERES), la troisième édition du Salon africain de la recherche et des innovations  au Sénégal (Saris), et la deuxième conférence africaine sur les énergies renouvelables (CAFER).

Cet événement est très important selon le Président de la COPERES, l’ancien ministre Abdou Fall parce que révélera t’il, le Sénégal à partir de 2017, va entrer de plain pied dans la transition énergétique.

« Toutes les politiques nationales construites ces dernières années et toutes les dynamiques régionales, et internationales qui se sont développées depuis la Cop 21 ont contribué à un essor important du secteur » dira t’il.

En conférence de presse en prélude de l’événement, Abdou Fall d’ajouter qu’aujourd’hui en ce qui concerne les installations, les mini centrales dans les zones non couvertes par le réseau comme en ce qui concerne les projets d’industrialisation, de production de produits renouvelables avec injection au réseau, le Sénégal est en train de développer un potentiel  colossal, indépendamment de tout ce qui se fait avec la bio énergie, l'hydro électricité etc.

« Toutes les filières sont en train de se développer et de connaitre un essor. Et je pense que tout nous autorise à croire que l’objectif de 20% d’énergie renouvelable à l'horizon 2017 est largement à la portée de notre pays ».

«  Nous pensons donc, dira t’il revenant à l’organisation de ces deux conférences, que « c’est de notre rôle de se mettre ensemble pour anticiper sur les impacts que cette évolution et l'entrée de notre pays dans la transition énergétique vont entrainer ».

« Il est donc important que la conférence de cette année nous permette de profiter des expériences de tous les pays africains et des autres continents qui ont pu faire face à cette transition », finira t’il par dire.

La directrice de L’Agence nationale de la recherche scientifique appliquée, Mme Siby,  s’est félicitée de ce partenariat des structures publiques et privées du pays pour l’organisation de ce salon. Elle ainsi lancé un appel au secteur privé à saisir les opportunités.

« Aujourd’hui il est indéniable que le phénomène du changement climatique touche tous les pays, donc c’est un appel pour que le secteur privé comprenne qu’il existe des opportunités et se mette aux normes », invite t-elle.

« Nous avons des objectifs pour ce salon de consolider ce cadre d’échanges et un plan d’action pour capitaliser les recommandations du salon », dira Mme Sophie Gladima Siby qui a regretté aussi pour finir, le fait que la recherche soit reléguée au dernier plan dans notre pays.
Vendredi 14 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :