En termes de croissance économique, le Sénégal est à la traîne en Afrique de l’Ouest


C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai suivi ces derniers jours les sorties du Ministre de l’économie et des finances pour démentir la situation économique du Sénégal au regard de son classement parmi les 25 pays les plus pauvres de la planète, un classement fondé sur le PIB par habitant en dollars courant calculé par le FMI.
Ce que je trouve regrettable dans cette sortie et dans le démenti additionnel du FMI, c’est d’essayer de comparer les chiffres du Sénégal à ceux de l’Afrique dans sa globalité en omettant expressément de parler de l’Afrique de l’Ouest où le Sénégal est largement en dessous de la moyenne, en termes de croissance économique. Également, le pays est en dessous la moyenne de l’Afrique subsaharienne, comme je vais l’illustrer avec le tableau suivant issu des chiffres de Perspectives économiques régulièrement publiés par la BAD en collaboration avec d’autres institutions comme l’OCDE et le PNUD.

Comme on peut le constater sur ce tableau, il est vrai que le Sénégal sera légèrement au-dessus de la moyenne africaine de 2015, mais il est largement en dessous de la moyenne Ouest-africaine de 2011 à 2016. En 2015, avec un taux de croissance économique de 4,6%, les pays qui seront dépassés par le Sénégal sont : la Sierra Léone (-2,5%), la Guinée Conakry (0,9%), le Cap Vert (3,1%), le Libéria (3,8%), la Guinée Bissau (3,9%) et la Gambie (4,2%). À l’exception de la Gambie et du Cap Vert, les pays devancés par le Sénégal sont ceux affectés par l’épidémie Ébola ou par une crise institutionnelle.
Également pour 2016, les seuls pays qui seront dépassés par le Sénégal (avec un taux de croissance de 5%) sont : la Sierra Leone (2,8%), le Cap vert (3,6%), la Guinée Bissau (3,7%) et la Guinée Conakry (4,3%). Par ailleurs, comme les prévisions du FMI l’indiquent, à l’horizon 2017, le taux de croissance le plus probable du Sénégal tournerait autour de 5%, contrairement au taux de 7% du PSE qui serait trop optimiste.
Je tenais à apporter cet éclairage pour dénoncer les multiples déclarations complaisantes du gouvernement qui essaie de montrer obstinément qu’il fait bonne figure en Afrique (avec un taux de comparaison à la grandeur du continent) alors que le pays est en traîne dans la sous-région Ouest-africaine et en Afrique subsaharienne. Même si le ratio du PIB par habitant est imparfait pour bien estimer le niveau de bien-être, le classement du Sénégal parmi les 25 pays les plus pauvres de la planète est le résultat de sa piètre performance économique au courant de ces dernières années comparativement à la zone de l’Afrique de l’Ouest qui connaît une dynamique de croissance importante.
Ibrahima Gassama
Économiste du développement durable au Gouvernement du Québec
Mercredi 28 Octobre 2015
Dakaractu




1.Posté par sarr abdoul le 28/10/2015 18:28
D'où sort cet apprenti sorcier qui joue à l'oiseau de mauvaise augure? Comme tu t'es départi du patriotisme au profit du mercenariat, assume ce rôle et laisse ceux qui travaillent pour le peuple qui leur a tout donné lui rendre la monnaie de sa pièce.
Nous croyons, dans l'écrasante majorité des sénégalais, en ce que nous a dit notre ministre des finances. Ce dernier ayant accepté de partager avec toutes les couches de la population leurs bonheur et malheur.

2.Posté par Ibsongas le 28/10/2015 21:21
Très belle analyse Ibrahima, merci de nous avoir éclairé sur ce sujet avec des chiffres à l'appui. En définitive la seule chose à retenir est que le Sénégal est toujours à la traine. Nos gouvernants au lieu de travailler afin de nous proposer des solutions concrètes pour renverser cette tendance, se limitent à ce justifier et a démantir les chiffres en oubliant qu'il Ya des économistes de ta trempe qui sont bien au fait de la situation. Merci pour cette mise au point!

3.Posté par Madiba Mwalimu le 29/10/2015 08:45
That's True !

4.Posté par kawori Jah le 29/10/2015 10:09
Ibrahima Gassama,
Économiste du développement durable au Gouvernement du Québec, ton pays à besoin de tes compétences. Reviens pour nous aider à mieux faire.

5.Posté par abdoulaye touré le 29/10/2015 23:05
Merci de l’éclairage Gass avec ces chiffres vérifiables. Contrairement à SARR, nous croyons en ton patriotisme bon courage !

6.Posté par OpenYourEyes le 30/10/2015 08:18
Merci pour cet article qui ressemble enfin à un début de lucidité.
Je suis surpris aussi par le manque de cohérence de nos ministres et gouvernements, à toujours se comparer aux plus en retard qui n'ont quasiment jamais eu un fonctionnement calme et apaisé en 40 ans a contrario du Sénégal.

C'est triste et finalement ca se recoupe avec l'impossibilité totale de pouvoir émettre des critiques concernant le Sénégal ou les sénégalais au Sénégal.

Donc la critique fait avancer mais une population avec une élite qui ne l'accepte pas génère une stagnation abjecte pour les populations hors de Dakar. Car le Dakarois est omniscient, n'accepte pas la critique mais se moque du villageois et des "gnack"... qui ont souvent des pays et des populations plus en avance ou en phase avec le monde actuel.

Le POST de Sar Abdoul est juste l'illustration de l'incapacité de ce pays et de ces dakarois à se dire "c'est vrai on merde, notre classe politique est inconséquente toute l'avance que les coloniaux nous avait laissé plus notre position dominante de l'époque années 60 n'ont pas permises aujourd'hui que nos dirigeants se comparent à d'autres nations que la Guinéen , le mali etc"... Bref le Dakarois est une star, pour lui, il est temps qu'il ouvre les yeux car son aveuglement et sa suffisance tue à petit feu le Sénégal.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016