En conquérant dans la banlieue, Wade zappe Rufisque et prive la presse de déclaration


L'ancien président du Sénégal s'est pavané en banlieue dakaroise tel un empereur. De Dalifort à Pikine, Me Wade a été accueilli comme un héros par des milliers de militants. Le convoi est parti de la résidence de Me Madické Niang à Fann Résidence où loge la tête de liste de la coalition gagnante Wattu Sénégal et a pris la route nationale pour être bloqué au rond point de Cambérène. Non pas par des policiers comme c’était le cas hier mardi 25 juillet à la Poste de Médina, mais plutôt par ses admirateurs. Il se lève, passe sa tête par dessus le toit ouvrant, ses deux mains levées, Wade entre en scène. Mais c'est à Thiaroye sur mer que "Pabi" est vraiment acclamé. Il se promène dans les rues pour être au plus près des populations. Son opération marche comme sur des roulettes puisque tout le monde est sorti de sa maison pour l'accueillir. Même les militants de Khalifa Sall ne se sont pas laissés voler la vedette. Le temps d'une matinée, ils ont oublié leur appartenance à Manko Taxawu Senegaal pour n'en avoir que pour Wade. Qui, après s’être payé un bain de foule à Thiaroye a poursuivi sa marche à Mbao. Quand il quitte Mbao, c'est pour se rendre à Keur Massar. Rufisque est zappée sans la moindre explication. Mais d'aucuns estiment que Wade évite la confrontation puisque la tête de liste nationale de Benno Bokk Yakaar est annoncé à Rufisque. Quoi qu'il en soit, l'ancien président et son cortège s'ébranlent pour Keur Massar. Dans cette partie de la banlieue, c'est Jaxaay qui s'est fait distinguer pour avoir "rendu la monnaie de sa pièce" à Abdoulaye Wade. "Il nous a sorti des inondations", s'expliquent quelques habitants qui ont dressé un haie d'honneur pour l'ancien chef de l'Etat du Sénégal. Emu, Wade serre la main à qui veut, mais se fait de temps en temps "recadrer" par sa garde rapprochée. Malika, Yeumbeul, Thiaroye, Tally Boumack vont ensuite dérouler le tapis rouge au vieux.  Et si quelqu'un s'est distingué lors de cette étape, c'est bien le maire Bara Gaye. Il a déployé les gros moyens pour montrer la fidélité de Yeumbeul à son mentor. Pikine sonne le glas de cette visite exceptionnelle qui a tout de même connu quelques couacs. Parmi lesquels plusieurs cas de vol. Mais la police n’était pas loin pour mettre hors d’état de nuire les malfaiteurs. D'autres qui n’étaient pas  loin et qui sont un peu restés sur leur faim, ce sont les journalistes puisqu'à la fin de la marche, ils ont été privés de déclaration...
Mercredi 26 Juillet 2017
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :