En Libye, l'aéroport de Tripoli en partie détruit par des roquettes


En Libye, l'aéroport de Tripoli en partie détruit par des roquettes
L'aéroport de la capitale libyenne a été la cible de tirs de dizaines de roquettes lancées par des milices islamistes, dans la soirée du lundi 14 juillet. Le bilan, qui est encore difficile à établir, semble lourd. Deux militaires libyens ont été tués dans l'attaque, selon un membre des forces gouvernementales chargées de la protection du site.
Dans un communiqué diffusé dans la nuit, le gouvernement libyen indique que 90 % des avions sur place ont été touchés, ainsi que la tour du contrôle de l'aéroport. Un centre de maintenance d'avions et un bâtiment de la douane ont été « complètement détruits ».
 
UN « APPEL À DES FORCES INTERNATIONALES » ?
 
L'aéroport de Tripoli avait déjà été la cible d'une attaque dimanche, et une fermeture exceptionnelle de trois jours avait été immédiatement décidée. Face à ces assauts répétés, le gouvernement a indiqué que que « le gouvernement examine la possibilité de faire appel à des forces internationales sur le terrain pour rétablir la sécurité et aider le gouvernement à imposer son autorité ». 
 
Pourtant, la mission de l'ONU (Unsmil) en Libye avait annoncé un peu plus tôt dans la journée le « retrait temporaire de son personnel de Libye pour des raisons de sécurité » :
 
« Après les combats de dimanche et en raison de la fermeture de l'aéroport international de Tripoli, la mission a conclu qu'il ne serait pas possible de continuer son travail (...) tout en assurant en même temps la sécurité de son personnel ainsi que leur liberté de mouvement ».

« LA LIBYE SE TROUVE QUASIMENT ISOLÉE DU MONDE »
 
L'aéroport de Tripoli est une cible privilégiée pour les milices islamistes, qui cherchent à chasser les brigades d'anciens rebelles qui contrôlent les lieux depuis 2011. Une dizaine d'avions des compagnies publiques libyennes Afriqiyah Airways et Libyan Airlines ont déjà été endommagés par les combats, dans lesquels les ex-rebelles anti-islamistes de Zenten, une ville au sud-ouest de Tripoli, ont réussi à repousser les milices.
 
Les vols avaient par ailleurs été suspendus lundi à l'aéroport international de Misrata, dans l'ouest de la Libye. « Le centre de commandement de toute la région ouest se trouve à l'aéroport de Tripoli. Après la fermeture de ce dernier, l'aéroport de Misrata est contraint de fermer », a précisé une source aéroportuaire. « La Libye se trouve quasiment isolée du monde », a-t-elle ajouté.
 
Aux abords de l'aéroport de Tripoli, le 14 juillet.NOUVEAUX COMBATS À BENGHAZI
 
Ces violences interviennent dans le cadre d'une lutte d'influence entre islamistes et libéraux, en particulier après les législatives du 25 juin, dont les résultats définitifs devraient être annoncés dans une semaine et qui devraient voir la victoire du courant libéral. Les autorités sont par ailleurs dans l'incapacité de dissoudre ou de désarmer les groupes d'ex-rebelles qui font la loi, dans un pays en proie au chaos depuis la chute du régime Kadhafi en 2011.
 
Lire aussi (en abonnés) : A Misrata, en Libye, les électeurs ont boudé les législatives
 
La deuxième ville du pays, Benghazi, a elle aussi connu de nouvelles violences lundi. Au moins trois personnes ont été tuées dans le cadre de combats entre les forces de sécurité à des groupes islamistes pour le contrôle de l'hôpital Al-Jala.
 
Après les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Italie qui s'étaient exprimés dimanche, la France a dit lundi redouter « une extension du conflit et appelle toutes les parties au calme et au dialogue ». Les Etats voisins de la Libye, réunis en Tunisie, ont appelé à un dialogue national et annoncé la mise en place de commissions sécuritaire et politique pour tenter d'aider le pays à sortir de l'anarchie.


Le Monde
Mardi 15 Juillet 2014




Dans la même rubrique :