Eclair de génie de Messi, l'Argentine s'en sort bien


Eclair de génie de Messi, l'Argentine s'en sort bien
Sur papier sans doute le match le plus déséquilibré de ce Mondial, Argentine-Iran semblait se solder sur un match nul... jusqu'à ce que Lionel Messi sorte de sa boîte dans les arrêts de jeu (1-0). Un coup d'éclat de "La Pulga" a scellé le sort des Iraniens, exemplaires de combativité pourtant tout au long du match. Pendant quasi toute la rencontre, l'"Albiceleste" s'est cassé les dents sur le mur iranien dressé devant elle. Et sans quelques grands arrêts de Romeo, elle aurait même pu repartir avec une défaite. Seulement voilà, la formation d'Alejandro Sabella dispose d'un joueur hors-norme nommé Leo Messi, capable de faire basculer un match à tout moment. L'Iran ne méritait pas ça!

1. Le patron de l'Argentine, c'est Messi
"Nous sommes l'Argentine et nous ne devons pas nous fixer en fonction de comment jouent nos adversaires. Moi, je préfère le 4-3-3". Très loin de son meilleur niveau contre la Bosnie (15 balles perdues, 12% de passes vers l'avant réussies), Messi n'avait pas hésité à remettre en cause le schéma tactique frileux (3-5-2) d'Alejandro Sabella (le sélectionneur argentin). Face à l'Iran, le coach de l'Albiceleste s'est plié à la volonté de sa star et est repassé à un système plus offensif, avec le quatuor magique Higuain-Di Maria-Messi-Aguero au coup d'envoi. L'influence de Leo Messi ne se limite pas au terrain visiblement, même en équipe nationale.

2. L'éclair de génie de "La Pulga"
Très influent dans le vestiaire, Leo Messi est aussi la pièce maîtresse de l'Argentine sur la pelouse. A l'instar du match contre la Bosnie, "La Pulga" a livré une prestation en demi-teinte. Surveillé de très près par l'arrière-garde iranienne, l'Argentin a dû très souvent décrocher pour toucher des ballons. Même s'il évoluait dans un système qui lui convient mieux, il n'aura pas marqué la rencontre de son empreinte... jusqu'à la 91e minute de jeu. C'est le moment qu'il a choisi pour décocher une frappe sublime du pied gauche, trompant la vigilance du pauvre Haghighi. Un coup d'éclat venu de nulle part qui permet à l'Argentine de se hisser en huitièmes de finale. Mais si elle veut continuer l'aventure, l'"Albiceleste" devra élever son niveau de jeu...

3. Coup de chapeau pour l'Iran
On l'a dit, l'Iran est passé à côté de la montre en or contre l'Argentine. Bien organisée, solidaire, généreuse, l'équipe coachée par Carlos Quieroz a livré une grande rencontre, il faut le dire. Disposant de moyens financiers très limités, elle a résisté 90 minutes à un ténor du football mondial. Un exploit en soi. Et dire qu'avec un peu plus d'efficacité, elle aurait même pu l'emporter. Reza (x2) et Dejagah sont passés à deux doigts de l'ouverture du score. Cette défaite ne signifie pas encore l'élimination pour la formation persane, qui peut toujours espérer se qualifier pour les huitièmes.

7sur7
Samedi 21 Juin 2014




Dans la même rubrique :