Ebola: un traitement expérimental canadien suscite l'intérêt des Américains


Ebola: un traitement expérimental canadien suscite l'intérêt des Américains
L'action de la société canadienne de biotechnologies Tekmira Pharmaceuticals s'est envolée en Bourse alors que les autorités américaines autorisent partiellement l'utilisation de son traitement expérimental pour combattre l'épidémie.
Aucun médicament n'est aujourd'hui en mesure de lutter contre l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola. Mais les traders semblent croire qu'une société canadienne de biotechnologies dispose d'un remède. Le titre de Tekmira Pharmaceuticals a en effet flambé de plus de 45% vendredi, dopée par la perspective de l'utilisation d'un de ses traitements expérimentaux pour combattre le virus mortel dans près de 90% des cas.
L'entreprise canadienne a annoncé que l'autorité sanitaire américaine (FDA) l'avait informée «verbalement» qu'elle levait partiellement la suspension des essais cliniques pour son traitement expérimental TKM-Ebola. «Cette décision nous permet d'utiliser potentiellement TKM-Ebola chez des personnes infectées par le virus Ebola», pour lequel il n'existe actuellement aucun traitement antiviral ou vaccin, précisait Tekmira dans son communiqué. Face à l'urgence de la situation, le gouvernement américain a en effet décidé d'accélérer le processus de validation du traitement et ouvert la voie à une utilisation pour combattre l'épidémie en Afrique. Depuis le début de l'année, l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest a fait près de 1.000 morts sur plus de 1.700 cas présumés.
Or, pour l'heure, le remède de la société canadienne est l'unique traitement à avoir été testé avec succès sur des humains, même si seuls des patients en bonne santé ont participé au protocole expérimental. Ainsi, le médicament de Tekmira est aujourd'hui considéré par la communauté scientifique comme étant le plus avancé de tous les traitements expérimentaux contre Ebola dans le processus réglementaire.
Un autre traitement administré aux deux américains
 
Mais ce n'est toutefois pas celui qui a récemment été administré à deux Américains infectés par le virus. Les deux médecins sont actuellement soignés avec le sérum ZMAPP développé par la société américaine Mapp Pharmaceuticals en collaboration avec la canadienne Defyrus. Le traitement est administré de manière prudente car il a été testé uniquement sur des singes. Mapp Pharmaceuticals est une petite société de biotechnologie composée de neuf personnes et basée à San Diego en Californie.
Des agents fédéraux ont tenu à préciser que le ZMAPP a été attribué de manière expérimentale aux deux Américains car le Docteur Brantly, l'un des deux malades, connaît ce traitement et a demandé à le tester, et non pour des questions de favoritisme envers une société américaine.
D'ailleurs, la société Tekmira a passé un contrat de 140 millions de dollars avec le département américain de la Défense pour développer son traitement TKM-Ebola. Un analyste estime ainsi que la petite société de 300 millions de dollars pourrait générer plus de 100 millions de revenus d'ici 2017 avec ce médicament. Une aubaine pour la biotech car au premier trimestre, la société crée il ya 14 ans a enregistré un chiffre d'affaires de 4,4 millions de dollars et une perte nette multipliée par plus de sept à 18 millions de dollars.
 
Le Figaro
Dimanche 10 Août 2014




Dans la même rubrique :