EXCLUSIVITÉ : L’ASSEMBLEE NATIONALE DOIT 2,7 MILLIARDS DE DETTE FISCALE


EXCLUSIVITÉ : L’ASSEMBLEE NATIONALE DOIT 2,7 MILLIARDS DE DETTE FISCALE
Qui disait que les députés sénégalais ne paient pas l’impôt ? Les faits sont têtus et malgré les dénégations et les esquives du questeur de l’Assemblée nationale, nos investigations nous ont permis de débusquer une dette colossale due aux services des Impôts et Domaines par les « députés du peuple. »

Le week-end  dernier,  l’inspecteur principal des Impôts et Domaines Ousmane Sonko, au détour d’une conférence, lâchait une bombe largement reprise lundi par nos confrères du Populaire : « Il n’y a pas de reversement d’impôts de la part de l’Assemblée nationale. Comme c’est le système de prélèvement à la source, c’est le questeur qui paye les salaires qui doit opérer la retenue et qui reverse. Ce qui est constant, c’est que jusqu’au moment où je vous parle, il n’y a jamais eu de reversement d’impôts » disait-il, installant du coup un malaise perceptible dans l’opinion et au sein de l’hémicycle. Le peu de députés qui ont accepté de se prononcer sur le sujet ont marqué leur étonnement exhibant leur bulletin de salaire pour démontrer que l’impôt est bel et bien prélevé sur leurs émoluments mensuels. Même s’ils ne parlent pas le même langage sur les montants prélevés, force est de reconnaître qu’apparemment, les services du questeur de l’Assemblée nationale effectuent chaque fin de mois un prélèvement sur chaque feuille de paie. La vérité est ailleurs, et Dakaractu qui a pu se procurer la très confidentielle «Confidentiel-la lettre quotidienne» peut affirmer sans risque de se tromper que nos honorables députés doivent la rondelette somme de 2,7 milliards de francs d’impôts non payés.
En réalité, l’assemblée nationale a subi en 2015 un redressement fiscal de 1, 8 milliard avec des pénalités de près de 900 millions. Ce qui donne au total de 2, 7 milliards. En principe, il y a des retenues à la source sur les salaires des députés, mais celles-ci ne sont jamais reversées au niveau du Trésor Public. L’affaire fait rire dans les couloirs des Impôts et Domaines, car on se pose la question de savoir comment des personnes qui votent les lois peuvent être les premières à violer la loi.

Mercredi 11 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :