Pour elle comme pour son avocat, Kamilah Brock a été victime de racisme. Jeudi, cette Afro-Américaine est arrêtée à un feu rouge à bord d’une berline de la marque BMW. Écoutant de la musique, elle lâche son volant pour danser. La police l’interpelle alors sur la 8e avenue et la menotte pour l’emmener au commissariat. Le motif ? Elle ne tient pas son volant. Pourtant, cette femme de 32 ans insiste sur le fait qu’elle était à l’arrêt. Rien n'y fait, elle sera retenue des heures au poste de police avant d’être relâchée, mais sans sa voiture. Les agents de police lui indiquent en effet qu’elle pourra venir la récupérer le lendemain.
8 jours en hôpital psychiatrique
Comme convenu, Kamilah Brock retourne donc au commissariat le lendemain et réclame sa BMW. C’est alors que la police la soupçonne de mentir. Agacée par la situation, cette dernière précise qu’elle est banquière, que la voiture lui appartient et que le président Barack Obama est abonné à son compte sur Twitter. Pourtant, l'effet escompté n'aura pas lieu, ni une ni deux, la jeune femme se retrouve menottée : "On m’a dit qu’ils m’emmenaient à ma voiture mais je me suis retrouvée dans une ambulance. J’ai crié en demandant pourquoi j’allais dans une ambulance !", explique la jeune femme Anglo-Saxonne.
Emmenée à l’hôpital d’Harlem, Kamilah est déshabillée avant qu’on ne la force à prendre du lithium et qu’on ne lui injecte de puissants sédatifs. Elle passera 8 jours dans une unité psychiatrique. Finalement ressortie, elle poursuit en justice la ville de New York ainsi que sa police. Pour se défendre, cette dernière a confié que la jeune femme "parlait et agissait de façon irrationnelle, courant dans la 8e avenue au moment de son interpellation."
Source: Metronews