ESPAGNE : le dernier suspect des attentats de Catalogne a été abattu

La police autonome de Catalogne a confirmé ce lundi 21 août avoir tué le dernier membre encore en fuite de la cellule jihadiste responsable des attentats de la semaine dernière en Catalogne, qui ont fait 15 morts et plus de 120 blessés. L'opération de police s'est déroulée vers 17h, à l'ouest de Barcelone.


C'est l'épilogue d'une traque qui a duré quatre jours. La police catalane a confirmé en fin d'après-midi lundi avoir tué le dernier suspect en cavale, le chauffeur présumé du véhicule-bélier de Barcelone qui a fait jeudi treize morts sur les Ramblas.

Les policiers ont identifié Younès Abouyaaquoub grâce à ses empreintes digitales. Âgé de 22 ans, il semblait arborer une ceinture d’explosifs alors qu’il court en plein vignoble a été abattu immédiatement par les mossos d’Esquadras, les policiers catalans, après quatre jours de cavale, rapporte notre correspondant à Madrid, François Musseau.

Le terrorisme n'a pas de religion, les musulmans ne sont pas des terroristes. L'islam c'est la paix et non pas la guerre.

Avec sa mort, c’est le complet démantèlement de la cellule terroriste. Les 11 autres ont été interpellés ou abattus ou tués dans l’explosion de la fabrique d’alcanar. C’est ce qui arrivé notamment, les enquêteurs l’ont confirmé, à l’imam Abdelbaki es satty, considéré comme le cerveau des attentat de Barcelone et de Cambrils. Peut-on alors clore complètement l’enquête ? Non, disent les policiers catalans. Les membres de la cellule avaient eu des contacts à l’étranger, notamment en Suisse ou en Belgique, et il convient de remonter ces pistes pour mieux comprendre les origines et les contours de ce qui constitue le pire attentat en Espagne, depuis la tuerie à Madrid de 2004.

C'est grâce au signalement d'une voisine que le suspect a été retrouvé à Subirats, un village situé à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de la capitale catalane. Elle a vu en début d'après-midi, lundi, un homme qui ressemblait aux signalements du jeune Marocain de 22 ans. Un avis de recherche avait largement été diffusé en Espagne et dans le reste de l'Europe.

La femme a interpelé le jeune homme qui s'est alors enfui. Elle a alerté les autorités et une patrouille s'est présentée sur place. Les policiers ont repéré que le suspect semblait porter une ceinture d'explosifs - qui se révèlera factice -, et ils l'ont abattu : il « gît face contre terre et un robot s'approchait vers 17h du corps pour déterminer s'il est porteur ou non d'explosifs », indiquait les Mossos d'Esquadra. La zone avait été bouclée pour éviter tout danger d'explosion.

On a aussi appris qu'après avoir percuté des piétons à Barcelone, l'homme le plus recherché d'Espagne avait marché un long moment avant de poignarder un homme pour lui voler sa voiture, alourdissant le bilan des attentats de Catalogne à 15 morts (14 à Barcelone, une à Cambrils).

L'imam de Ripoll est mort

Younès Abouyaaqoub avait son nom inscrit dans la liste des fidèles de la mosquée de Ripoll, là où prêchait l'imam Abdelbaki Es-Satty, soupçonné d'avoir endoctriné la cellule de jihadistes qui a planifié les attentats.

Après avoir annoncé la mort du dernier suspect des attentats de Catalogne, la police a aussi confirmé celle de l'imam marocain. Ses restes ont été identifiés dans la maison d'Alcanar détruite par une déflagration la veille des attentats. Une explosion probablement due à des manipulations d'explosifs. Plus de 120 bombonnes de gaz ont été découverts dans les décombres, a-t-on appris dimanche.

Les douze objectifs principaux morts ou détenus

La police a indiqué lundi soir avoir démantelé la totalité du réseau, soit douze personnes : huit sont morts et quatre doivent être présentés ce mardi à la justice pour être juger à Madrid devant un tribunal spécialé dans les affaires de terrorisme.

Les enquêteurs doivent à présent tenter de savoir où s'est caché Younès Abouyyaqoub ces quatre derniers jours et s'il a bénéficié de complicités.
Mardi 22 Août 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :