ENTRE PLÉTHORE DE CÉLIBATAIRES ET PÉNURIE DE MARIS - Quand la cherté de la dot traumatise !

Au Sénégal, un paradoxe saute à l’œil. La dot reste encore chère alors que les femmes célibataires se comptent par millions. Dans le feu de l’amour, certains hommes n’hésitent pas à se dépecer pour honorer la volonté de leur dulcinée. Samba Sow, n’a-t-il pas égorgé sa patronne pour honorer sa dot, sans atteindre son but ultime ? D’autres toutefois, sont parvenus à réussir leur coup.

L’Islam l’a instituée obligatoire, mais plutôt symbolique. La dot ne devrait pas dépasser 15 000 francs, même s’il est laissé au concerné la possibilité de décider, en fonction de ses moyens financiers, de la somme qui lui convient le mieux.

REPORTAGE SUR LA DOT, CALVAIRE DES HOMMES PAUVRES…


Mercredi 30 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :