ENFANTS NON DÉCLARÉS DANS LE DÉPARTEMENT DE PIKINE : 1191 cas enregistrés dont 615 victimes de refus de paternité

Une enquête sur les enfants non-déclarés effectuée dans le département de Pikine (banlieue de Dakar), par le mouvement ‘‘Touche pas à ma sœur’’, a révélé que 1191 enfants sont présentement sans extraits de naissance.


1191 enfants sans extraits de naissance dans le département de Pikine ! Tels sont les résultats de l’enquête autour des enfants non- déclarés à l’état civil dans le département de Pikine.
Cette enquête a été menée par ‘‘Touche pas à ma sœur’’, mouvement initiateur du projet de loi contre le refus de paternité. En effet, parmi les 1191 cas, 615 sont victimes dudit phénomène. Président dudit mouvement, Ismaïla Kamby a avoué que le recensement des enfants victimes de refus de paternité dans le départe- ment de Pikine a été l’étape la plus touchante. Ce, dit-il, d’autant plus que l’enquête a été axée autour des personnes qui n’ont pu bénéficier d’inscription ou de déclaration à l’état civil.
A l’en croire, si certains sont victimes de négligence ou d’ignorance de la part de leurs parents qui n’ont jamais daigné leur déclarer à la naissance, d’autres, en revanche, font face au refus catégorique de paternité, sans que rien ne soit tenté. «Beaucoup d’enfants qui ont suivi un cursus scolaire normal n’ont pas pu se présenter à l’examen d’entrée en siège parce qu’ils n’avaient pas d’extrait de naissance.
La plupart de ces derniers sont nés dans les liens sacrés du mariage mais n’ont pas été déclarés à la naissance. Ils n’ont ni bulletins encore moins d’extraits de naissance», a déploré le président de ‘’Touche pas à ma sœur’’.
Qui, dans le même sillage, a dénoncé l’attitude de certaines personnes qui profitent de la situation de ces enfants désemparés pour leur délivrer de faux extraits de naissance moyennant quelques billets de banques.
«Certains prédateurs faussaires en quête d’argent n’hésitent pas à en faire un fonds de commerce en dé- livrant, comme de petits pains, des faux extraits de naissances aux élèves en classe d’examen», a regretté Ismaïla Kamby qui a donné, en guise d’exemple, le cas de l’élève Fatoumata Diaby. Cette dernière, à en croire M. Kamby, a été interdite de passer l’examen du Baccalauréat car, on lui a fait savoir qu’elle détenait de faux extraits de naissance. «C’est ainsi qu’elle a quitté les bancs de l’école à son grand désarroi.
Elle ne fait plus rien maintenant car, ses parents n’ont pas les moyens de l’aider à faire une formation professionnelle», a raconté le président du mouvement. Du coup, il invite les parents à déclarer leurs enfants à la naissance afin de les épargner de déboires qui pourraient compromettre leur avenir.
Mercredi 10 Février 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :