EN 2017, DOIT-ON ELIRE LE PRESIDENT PAR DEFAUT OU PAR CHOIX? (Babacar Mar Coordonnateur politique dans la commune de Diakhao Sine)


EN 2017, DOIT-ON ELIRE LE PRESIDENT PAR DEFAUT OU PAR CHOIX? (Babacar Mar Coordonnateur politique dans la commune de Diakhao Sine)
Entre la médiocrité et l’excellence, c’est un fleuve à traverser. Ce régime d’incompétents qui nous mène vers des destinées obscurantistes, ne cesse de cohabiter avec les signes désolants de la médiocrité et du pilotage à vue. Sans nul doute, les populations sénégalaises traversent les moments les plus durs de leur existence (Education désemparée, emplois inexistants, jeunesse oubliée, paysans snobés, culture bafouée). Comparaison n’est pas raison vous me direz, mais la raison est justement sensible à la vérité. Ainsi, elle accepte l’évidence et rejette la vraisemblance. De ce point de vue, les sénégalaises et sénégalais, après avoir essayé Macky Sall, persistent à dire qu’ils ne l’auraient jamais fait si  c’était à refaire. D’aucuns disent même que nous l’avons élu par défaut. Donc, prenons toutes nos responsabilités pour les prochaines joutes électorales afin de mettre l’homme qu’il faut à la chaise suprême de notre chère nation. En cela, il est généralement partagé que le Président Idrissa Seck est de loin meilleur que  Macky Sall en Etat, en vision, intelligence, en savoir, bref en tout.
Qu’attendons-nous maintenant pour lui confier nos destinées et celles des générations futures ? Qu’attendons-nous cette fois ci pour choisir notre président ? Alhamdoulilahi, les populations ont désormais compris qu’il est grand temps que l’on donne au Président Idrissa Seck sa chance. C’est la raison pour laquelle, d’Aynoumane Touba, à Gouye Salam2, partout où il est passé POUR RATISSER LARGE et massifier au maximum sa formation politique, l’homme de la situation a été chaleureusement accueilli  par des foules qui scandent des slogans de secours comme : « Idy guéné niou thi », « Idy affair bi yowla », « Idy denga koy diel », « Idy borom kham kham ».
L’analyse sémantique de ces quatre concepts wolof renferme une description linguistique de protection et surtout de refuge.  Ainsi, les populations veulent tout simplement dire au président Idrissa Seck, que celui qui est actuellement au palais (Macky Sall), a été porté à la magistrature suprême par défaut : « Idy guené niou thi ». Par conséquent, les populations lancent un appel à Idrissa Seck pour qu’il arrive en SAUVEUR et les délivre des mains de la pauvreté persistante et du chômage endémique.  En fin de compte, « Idy affair bi yowla ». Pour cette fois-ci, le peuple sera libre de choisir un président de la république par gaieté de cœur, car le Président Idrissa Seck a répondu oui à l’appel de ses compatriotes. Il est grand temps et comme on dit en wolof : « ku ndobin rey sa maam, foo seenati lu nioul daw ». Dès lors, si un grand calao tue ton grand père, tu te sauveras dès que tu verras quelque chose de noir. En d’autres termes, si un régime médiocre vous accable de slogans vides et de taux de croissance inventé de toutes pièces, tu te sauveras dés que tu entendras le nom de Macky Sall.
                                  BABACAR MAR
Coordonnateur politique dans la commune de Diakhao Sine
Mercredi 27 Janvier 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :