EMPRUNT : LE SÉNÉGAL EST INTERVENU POUR UN MONTANT DE 801, 2 MILLIARDS DEPUIS 2005


EMPRUNT : LE SÉNÉGAL EST INTERVENU POUR UN MONTANT DE 801, 2 MILLIARDS DEPUIS 2005

L’Etat Sénégal est intervenu sur le Marché financier régional de 2005 à 2016, à neuf reprises pour un montant d’environ 801,2 milliards de Francs CFA, dont 551,2 milliards par emprunts obligataires et 250 milliards par émissions de Sukuks, a indiqué le Secrétaire général du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Cheikh Tidiane Diop.
Le Sénégal qui a offert, selon lui, la première société cotée, la SONATEL qui est la première capitalisation de la BRVM avec plus de 2. 415 milliards de FCFA ’’a vite compris les opportunités de financement offert par le marché financier comme alternative au découvert statutaire de la BCEAO qui était consenti aux Etats’’.
 
Cheikh Tidiane Diop s’exprimait à l’ouverture des Journées de la Bourse, organisée par la Bourse régionale des valeurs mobilières et l’Association professionnelle des sociétés de gestion et d’intermediation (APSGI).
 
 
Il a signalé que des entreprises sénégalaises telles que la SONATEL, le Port autonome de Dakar, TOTAL Sénégal, la Banque of africa Sénégal, Matforce etc ont également eu recours au marché notamment pour le financement d’investissement de production.

Il a souligné que la création du Marché Financier Régional ‘’est l’une des réformes les plus importantes que l’Union Monétaire ouest africaine (UMOA) a connu depuis sa création et de me réjouir des bons résultats obtenus par notre marché financier malgré sa jeunesse’’.

En effet, depuis le démarrage de ses activités en 1998, ’’la BRVM a su répondre aux besoins de financement à long terme aussi bien des Etats que des entreprises en leur offrant l’opportunité de diversifier leurs sources de financement notamment à travers les emprunts obligataires’’.


’’Toutes ces opérations ont contribué au financement de projets structurants dans notre pays tout en offrant aux investisseurs des opportunités de placement sûrs et attractifs’’, a relevé le Secrétaire général. 

Toutefois, il a relevé que le financement des entreprises par l’ouverture du capital reste limité eu égard à la nature et la structure de nos entreprises.
 

‘’Entre 1998 et 2015, 4 924 milliards de ressources ont été mobilisées dont 4 253 sous forme d’emprunts obligataires et 671 sous forme d’émissions d’actions, soit 38 % des crédits accordés à l’économie par les banques’’, selon M. Diop.
 
Aussi, a-t-il ajouté, 41 sociétés sont cotées à la BRVM, pour une capitalisation de près de 7 500 milliards de FCFA, soit 14,42 % du PIB de l’UEMOA, faisant de la BRVM, la 6e bourse africaine. 
 
‘’Nous avons noté une moyenne de 1,3 milliard de valeurs transigées par jour contre 600 millions de FCFA y a trois ans. Cela traduit le dynamisme progressif de la BRVM’’, a dit Cheikh Tidiane Diop.
 
La BRVM a affiché un niveau de progression de 17,77 % en 2015 alors que la plupart des bourses du continent ont terminé dans le rouge, en se hissant ainsi à la première place des bourses africaines en termes de performance, indique un document remis à la presse.
Mercredi 16 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :