ELECTION A LA CHAMBRE DE COMMERCE : Des opérateurs économiques contre tout report

Des opérateurs économiques du Saloum ont catégoriquement rejeté, ce samedi, toute idée de report du scrutin consulaire prévu fin 2016. Ces membres du secteur privé régional se disent opposés aux arguments développés par une frange du patronat sur l’incompatibilité supposée entre ces élections et la mise en place, par les pouvoirs publics, d’une Chambre agricole autonome. Ils envisagent de déposer ce lundi un mémorandum sur la question auprès du gouverneur de la région pour en informer le Président de la République et son Premier ministre ainsi que le ministre du Commerce.


Le respect à la lettre du processus des élections des Chambres de Commerce d’Industrie et d’Agriculture (CCIA) du Sénégal, c’est la principale revendication d’un mouvement d’opérateurs économiques de la région de Kaolack, réunis sous la bannière du mouvement Jappo Aar Chambre de commerce de Kaolack (JACK). Ces derniers ne décolèrent pas contre certaines associations dites patronales. La raison : des pressions de leur part pour un nouveau report des élections consulaires.
Au cours d’une rencontre, ce samedi, ils ont fermement dénoncé toute velléité de prolongation des mandats des actuels élus des Chambres de commerce d’industrie et d’agriculture.
Selon ces commerçants, rien, aujourd’hui, ne pourrait justifier le blocage du processus. «La vérité est simple, il y a des personnes tapies dans l’ombre qui manœuvrent pour un report de plus de ces élections, pensant pouvoir ainsi continuer de profiter à titre personnel des avantages et prébendes que confèrent les fonctions de présidents de Chambres consulaires. Alors qu’ils sont devenus illégitimes pour avoir épuisé leur mandat depuis 2014», a accusé Aliou Diouf, le porte- parole du mouvement.
Ces opérateurs économiques re- jettent en bloc l’argumentaire de l’impossibilité d’organiser ce scrutin parallèlement à la mise en place de Chambre agricole autonome. «Cet argument de l’illégalité d’une élection avec des élus de la section agricole ne peut pas prospérer. D’une part, le décret donnant naissance à cette Chambre n’est pas encore pris. De l’autre, rien ne peut empêcher de faire ultérieurement des sections agricoles : l’embryon de ces nouvelles institutions», s’est-il défendu.
«Dès lundi, nous allons déposer un mémorandum adressé au Président de la République avec ampliation au Premier ministre et au ministre du Commerce. Par la suite, nous irons à la rencontre des opérateurs économiques de la région pour leur expliquer notre inquiétude relativement à un éventuel report et les dessous de cette agitation pour prolonger indument des mandats», promet El Hadj Tambédou, un des leaders du mouvement Jack.
Lundi 20 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :