EL HADJI MALICK SY, LE MAODO


EL HADJI MALICK SY, LE MAODO
‘’La notoriété d’un pays est la résultante de la valeur des hommes qui l’ont habilité et qui y habitent’’, ainsi parlait Ibn Batouta.

Le Sénégal intellectuel, le Sénégal religieux et le Sénégal social doivent beaucoup à ce descendant de Chamsdine Sy, ce digne héritier de Demba Bouna : El Hadji Malick SY dit Maodo. Loin d’usurper ce titre plus qu’épithète, le fils de Fatou Wade Wélé eut un parcours exceptionnel , ce qui atteste dûment que El Hadji Malick SY ibn Ousmane est ici, au grand Djolof, le vrai Maodo.

Khalif de Cheikh Ahmet Tidiany Cherif et de l’enfant prodige de Alwar, Cheikhou Oumar Al Foutiyou Tall, El Hadji Malick SY était la source à laquelle tous les savoirs de son époque puisèrent leur source qui alimente aujourd’hui les autres affluents.

Pour prouver qu’il était plus qu’un chef religieux et qu’il incarnait le legs Mouhamédien, empruntons quelques propos du Professeur Iba Der Thiam.

Maodo représentait un modèle achevé de foi en Dieu. Son crédo majeur, c’était sa foi profondément ardente. Il symbolisait l’image d’un islam purifié, totalement libéré de toutes les scories dont il a pu se charger au travers de son histoire mouvementée et de sa tropicalisation en Afrique subsaharienne.

A cette époque, le manteau de l’Islam tel que porté était chargé d’arlequinades, correspondant aux rajouts les plus rocambolesques et aux légendes les plus invraisemblables.

Dans beaucoup de ses écrits et singulièrement dans le kifaya Râhibîn, le vrai Maodo les a pistés, listés et traqués pour les dévoyer et les mettre au pilori en les signaler comme non fondés et impérativement à bannir des pratiques quotidiennes requises.

El Hadji Malick SY n’acceptait jamais que l’on pût, sous quelque forme que ce fût, introduire dans l’Islam, quelque élément qui n’appartenait pas à son passé originel. Tout comme l’Islam matinal tel que vécu par Seyyidou na Mouhahamad, il en eut fait une valeur sacrée qu’il fallait défendre, prouver et garantir.

El Hadji Malick SY, sous ce rapport-là, était fondamentalement contre le mysticisme et contre les faux dévots. Il était viscéralement contre la bigoterie. Il s’était battu pour un l’Islam profondément ancré dans le cœur de l’individu qui soit à la fois vie, action et foi. Pour lui, c’était ce triptyque qui était le déterminant et le baromètre du croyant dans chacun des actes dans sa vie existentielle.

El Hadji Malick SY incarnait le modèle parfait de l’érudition. Enseignant, il a écrit, en manuels émérites, toutes les doctrines qu’il a dispensées à travers des ouvrages de haute portée académique. Cet aspect a fait de lui un homme dont la culture dépassait les frontières du Sénégal.

Il avait été en orient pur avoir rencontré les Oulémas de cette zone qui était le foyer irradiant du savoir islamique. Il s’était frotté à eux comme l’avait fait à El Hadji Oumar Foutiyou Tall. Il en était ressorti, comme Ulysse qui, jadis, était parti dans les océans et revenu rempli de savoir, pétri de science et de vie pour son peuple qui baignait presque dans l’ignorance et l’obscurantisme.

El Hadji Malick Sy représentait également le modèle social parfait : le guide généreux, ouvert, fraternel, solidaire, partageant tout ce qu’il a loyalement gagné. Tout ce qu’il accomplissait restait attaché à un certain nombre de valeurs qui sont celle de l’Islam : le travail bien accompli et à temps, le mérite, la licéité de ce qu’on mange et qu’on possède, la nécessité de faire en sorte que dans tout ce que l’on entreprend soit vierge de toute critique.

Mais, plus que tout cela, Maodo Malick était un modèle de fraternité panislamique. C’était un homme qui, sa vie durant, caractérisait le symbole du comportement social. Il était la figure emblématique de son époque parce que n’ayant laissé rien, absolument rien de côté, pour bâtir l’image d’un guide parfait sur tous les plans du terme.

Et sous ce rapport là, il a été le parfait initiateur du modèle prophétique. Par rapport à la jeunesse de maintenant et de demain et par rapport à ce siècle nouveau qui commence et qui cherche un viatique, l’enseignement de El Hadji Malick Sy paraît plus que jamais actuel et utile pour conduire le Sénégal vers des lendemains meilleurs.



Mouhamadou Mounirou SY

Ibn Moustapha SY Moudir







Samedi 19 Janvier 2013
Notez


1.Posté par Passant le 19/01/2013 07:33
Attention au sens du mot "mysticisme"! Maodo ne peut être contre le mysticisme comme spiritualité. Vous vouliez peut-être dire "mystification"...

2.Posté par SOW le 19/01/2013 11:10
POURQUOI ON LE SURNOMME MAODO? MERCI DE REPONDRE

3.Posté par mame boye le 19/01/2013 11:27
du nouveau sur skype vous voulez connaitre votre avenir ajoutez moi la.voyante89 merci

4.Posté par mame boye le 19/01/2013 11:27
du nouveau sur skype vous voulez connaitre votre avenir ajoutez moi la.voyante89 merci

5.Posté par @Sow le 19/01/2013 11:36
Hadj Irahima Niass .Ayant entendu parler de El Hadj Malick Sy le sage de Kaolack est venu séjourner à Tivaouane pendant près de deux mois durant lesquels il a enseigné auprès de son aîné. Ayant découvert en lui des qualités exceptionnelles, il lui dira "aan woni Maodo", "Tu es assurément le Plus Grand.."

6.Posté par abdu le 19/01/2013 13:20
sow merci pour linfo

7.Posté par Abdoulaye Thiam le 19/01/2013 15:00
Non ce n'est pas cheikh Ibrahim mais son pere El hadji Abdoulaye Niasse qui etait un ami de Maodo.Ils sont de la meme epoque et se vouaient un respect mutuel.Tout talibe qui venait de Kaolack pour renforcer ses connaissances auprès de lui a Tivaouane,il lui disait que si je n'avais pas tenu compte de votre fatigue rien que pour chercher du savoir,je t'aurais demande de retourner a Kaolack auprès de mon ami et frère El Hadji Abdoulaye Niasse qui est un érudit et qui bien vous donner ce que vous êtes venu chercher ici.Quelle modestie!

8.Posté par TECHNICIEN le 19/01/2013 15:00
Technicien en réseau informatique vous installe un réseau Wi-Fi,etendre la portée
de la couverture de votre wifi, dans votre maison ou même dans votre bureau.Vends des modems routeur Wi-Fi.
Vous propose également le referencement de votre site web pour plus de visibilité.
contact:
tel: 70 771 68 95
Email: refdakar@gmail.com

9.Posté par SOW le 20/01/2013 12:18
Merci @sow pour ta réponse.

10.Posté par MAK le 22/01/2013 15:20
Article bien pensé, merci beaucoup mounir, El hadji Malick MAODO RTA est d'une dimension spirituelle élevée.

11.Posté par Adoulaye Thiam le 22/01/2013 21:11
Eh hadji Malick Sy a réussi sa mission qui est de tracer un chemin clair et net pour aller à coup sùr au Paradis.Seulement il n'a jamais assuré à un talibé le paradis.Il disait que lui-meme ne connait pas son sort demain car Dieu est seul à décider de qui doit aller oui ou non au paradis.Maodo est modeste, humble et met Dieu à sa juste place.La force de Maodo ,se lit dans la conception qu'on ses talibés du mot ''marabout''.ILdoit montrer le bon chemin qui mène à Dieu tel que le dit le coran.Le talibé Tidjane respecte scrupuleusement la souna et la charia les deux piliers de l'islam orthodoxe tel que pratiqué par le Prophète Mouhamed (saws).Maodo n'a pas innové et n'a rien ajouté à l'islam.Il faut s'arretter un peu sur les mouhadames de Maodo pour savoir que Maodo comme l'a dit le grand Jean Surécanal:''El hadji Malick Sy était de loin le marabout le plus instruit parmi ses contemporains''.Tous les mouhadames de Seydi El hadji Malick Sy sont des érudits qu inégalables.



Dans la même rubrique :