DAKARACTU.COM

ECONOMIE DU MAGAL DE TOUBA (par Par Moubarack LO)

Jeudi 17 Novembre 2016 - 10:39


ECONOMIE DU MAGAL DE TOUBA (par Par Moubarack LO)
Chaque année, ce sont des millions de musulmans, venus de tous le Sénégal et du monde entier, ou demeurant  à Touba et dans ses environs, de toutes conditions et de tous âges, qui viennent répondre à l’appel du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. 
Touba la Sainte, pendant la période du Magal, c'est également le point culminant des affaires au Sénégal. En l’espace de quelque jours, la ville devient un carrefour commercial pour troquer, acheter, vendre. Avec le Magal, l’activité économique de Dakar prend un répit en faveur de la ville religieuse qui accueille les marchands ambulants, surtout aux alentours du quartier Touba mosquée, rendez-vous de milliers de pèlerins qui font des emplettes après avoir visité le mausolée du Fondateur du Mouridisme.
Les paragraphes qui suivent présentent quelques-uns des effets économiques du Magal.

 

1. MOBILISATION ET AFFECTATION DES REVENUS DES PARTICIPANTS AU MAGAL

 
Sommes mobilisées
Les talibés mourides ont le désir d’augmenter chaque année les efforts consacrés au Magal et, pour beaucoup de pélerins, il leur a été difficile d’estimer leurs contributions financières. Dans notre échantillon[[1]]url:#_ftn1 , elles varient de 10.000 FCFA à 350.000 FCFA par individu, et parfois elles peuvent dépasser le million de FCFA (y compris le transport international pour certains).
 
Affectation des sommes mobilisées
39,20% de la somme destinée au Magal est consacrée  aux contributions auprès des Dahiras, de la famille d’accueil et en tant que « cadeaux pieux » faits aux marabouts. C’est un effort de participation autour d’une cause commune léguée par le Cheikh. Ensuite, suivent par ordre d’importance les dépenses personnelles des pèlerins (26%, en habillement, chaussure, coiffure, etc), les dépenses liées aux frais de transport (environ 5%) et les dépenses de télécommunication (environ 3%). En plus de ces contributions, il y a également la mobilisation de matériels (cuisine, sonorisation, bâches, chaises, nattes….).
 

II. NIVEAU ET STRUCTURE DES DEPENSES DES MENAGES ET DES DAHIRAS ET SECTEURS BENEFICIAIRES

 
Niveau des dépenses des ménages de Touba/Mbacké
Une concession moyenne de l’échantillon dépense environ 1,4 million FCFA avant ou pendant le Magal. Mais, il faut relever que ce sont plusieurs ménages qui se retrouvent littéralement, au même moment et dans une même concession, pour célébrer ensemble le Magal et effectuer le Berndël. Si l’on considère que Touba et Mbacké comptent environ 100.000 ménages en 2011 (en rétropolant les données du Recensement général de la Population de 2013), que les participants au Magal se fixaient à environ 3,16 millions de personnes[[2]]url:#_ftn2 en 2011 et que les ménages du département de Mbacké comptent, en temps normal, 9 personnes par ménage, en moyenne, on peut donc postuler que les concessions de Touba (y compris les maisons des marabouts et des Dahiras), accueillent en moyenne, pendant la période du Magal, environ 3,5 ménages en leur sein. Chacun de ces ménages dépense en moyenne 400.000 FCFA avant ou pendant le Magal.
 
Structure des dépenses des ménages de Touba liées au Magal
 
Les enquêtes[[3]]url:#_ftn3 menées par Emergence Consulting auprès des ménages de Touba et chez les Dahiras, ont montré que 68% des dépenses sont consacrées à la consommation alimentaire. Viennent ensuite les dépenses liées aux ustensiles de cuisine (environ 5%), aux produits énergétiques (gaz, charbon ; 4,2%), aux matériels électroménagers (4,1%), a la rénovation de l’habitat (4,05%), aux télécommunications (3,71%) et aux matériels de décoration (3,17%).
L’alimentation constitue un élément essentiel dans le budget des ménages. L’habitude des achats des ménages durant le Magal est caractérisée par la forte présence de la viande (plus de 47% des dépenses alimentaires) (viande de bœufs, chameaux, moutons, chèvres, poulets). D’autres postes de dépenses liés à l’alimentation émergent par leur importance, comme les jus de fruits, les sodas et les eaux minérales (près de 13% des dépenses alimentaires), le riz et les autres céréales  (un peu plus de 11%), le sucre (5%), les produits d’assaisonnement (4,5%), les huiles végétales (4% environ), les produits laitiers et de pâtisserie (4% environ)
Les produits d’élevage et d’aviculture sont très florissants avec le Magal. Les sociétés avicoles préparent des bandes de poussins chair  spécialement  pour le Magal, afin de répondre à la forte demande. Pour les éleveurs, l’événement constitue une période de traite. Les meilleures têtes de leurs troupeaux sont réservées à la vente à Touba car les mourides ont l’habitude d’acheter de gros bœufs, des milliers de moutons, de chèvres et même des chameaux  pour le Magal. De plus, durant cette période, les pays limitrophes, en particulier la Mauritanie, participent de manière très importante à la fourniture des moutons, des bœufs et des chameaux.
Une enquête sommaire menée au niveau du foirail principal de Touba, en 2011, a révélé qu’un total de 16.200 têtes de bétail y ont été vendues durant la période du Magal (pour un chiffre d’affaires de 2 milliards 140 millions FCFA), réparties comme suit : 5000 bœufs, 7000 moutons, 1700 chameaux et 1500 chèvres. Il faut néanmoins noter que beaucoup de mourides se rendent à Touba avec le bétail à sacrifier le jour du Magal, et, pour les résidents à Touba, s’approvisionnent bien avant le Magal ou élèvent eux-mêmes du bétail.
Beaucoup d’Industries et de commerces du Sénégal connaissent leur meilleure période de vente pendant le Magal de Touba. Les sociétés de production et de distribution de nattes, d’ustensiles de cuisine, de glace, de matelas, d’eau minérale, de sodas, de jus de fruits (notamment les canettes) et de produits laitiers font l’objet d’une forte demande.
Pour les entreprises artisanales de construction, le Magal est une vraie aubaine avec les nombreuses rénovations des lieux de résidences des pèlerins. Plusieurs semaines avant le jour du Magal, il est quasi-impossible de trouver des ouvriers disponibles si l’on veut faire des travaux dans sa maison à Touba. Certains vont même jusqu’à déplacer les ouvriers des autres villes du pays, en particulier ceux de Dakar. Et il en est de même pour les autres acteurs de ce secteur (menuisiers, plombiers, électriciens,  etc.). Le Magal est donc un facteur de création d’emplois.
Le secteur des Télécommunications n’est pas en reste. Durant le Magal, Touba devient le premier site du Sénégal pour le nombre d’appels entrants et sortants pour tous les operateurs téléphoniques.
Le secteur du transport routier connait également une effervescence, plus importante que la Tabaski même, en raison de la volonté de tout mouride ou sympathisant mouride de prendre part au Magal.  De ce fait, les stations d’essence connaissent une forte demande de la part des nombreux véhicules de transport dont le nombre est estimé dans l’étude menée en 2011, en comptant  les rotations, à 110.000 véhicules.
 

III. APPROCHE PAR DES DONNÉES CONJONCTURELLES

 
L’importance du 18 Safar au Sénégal peut être analysée sous le prisme du suivi conjoncturel et de l’incidence de cette grande manifestation sur l’activité économique, en exploitant les données de la Direction de la Prévision et des études économiques.
Le sous-secteur des corps gras alimentaires constitue le  sous-secteur le plus dynamique durant la période antérieure au Magal. Etant donné que le « berndël » occupe une place prépondérante dans le budget des pèlerins, on enregistre une forte hausse de 45% pour ce sous-secteur. La même observation peut être faite en ce qui concerne les activités relatives à la fabrication de produits alimentaires céréaliers qui enregistrent une évolution à la hausse deux mois avant le 18 Safar. Quant aux activités relatives à la fabrication de sucre, confiserie,  produits du cacao, du thé et du café, elles affichent une forte progression d’au mois de 20% deux mois avant le Magal.
Au titre des ventes locales de ciment, une nette amélioration des ventes est notée le mois précédant le Magal. En effet, pour les besoins de réparation et de construction de bâtiment, l’activité des BTP enregistre une forte hausse de l’ordre de 20%.
Les services financiers enregistrent une évolution favorable deux mois l’organisation du Magal. Cette tendance pourrait être imputée aux nombreux transferts étrangers et locaux faits par les talibés mourides en perspective de l’organisation du Magal.
Enfin, l’examen des entrées à l’aéroport des ressortissants sénégalais montre qu’une forte poussée est observée trois mois avant le Magal. Ce phénomène s’est accentué lors du Magal 2011, où il été constaté une hausse respective de 205% et de 55% des arrivées au cours des deux mois qui précédaient l’évènement. En d’autres termes, les pèlerins anticiperaient leur venue au Sénégal.
 

IV. L’EFFET DU JOUR DU MAGAL SUR L’ACTIVITE : UNE APPROCHE ECONOMETRIQUE

 
Les fêtes religieuses qui sont liées au calendrier lunaire ont un effet direct sur l’activité économique. Cet effet consiste en un arrêt total ou partiel de l’activité au cours des journées de fête, mais également une accélération ou décélération de l’activité au cours des périodes qui précèdent ou qui suivent ces fêtes comme l’attestent les résultats de l’analyse conjoncturelle.
S’agissant de la modélisation de l’effet du Magal de Touba et de sa durée, on suppose que l’impact de cette manifestation religieuse commence  avant le jour de la fête par une décélération de l’activité jusqu’au jour du Magal où il y a un arrêt total ou partiel de l’activité suivi d’une reprise graduelle jusqu’au retour au niveau normal de l’activité économique.
Pour cela, l’effet de cette fête est modélisé par trois variables. La première modélise l’effet d’avant le Magal de Touba, la deuxième modélise l’effet du jour de la fête et la troisième modélise l’effet d’après du jour du Magal de Touba. En outre, l’effet de la durée du Magal a été modélisé en faisant l’hypothèse que la fenêtre de la fête s’étale sur 3 jours. Toutefois, la position du jour du Magal peut atténuer le « nombre jours de travail perdus ». Par exemple, si le Magal tombe un samedi (comme c’est le casz cette année), seul le vendredi sera considéré comme « jour de travail perdu ». L’estimation économétrique a révélé que la durée du Magal sur l’activité a un impact non significatif.
 
 
Toutefois, il convient de souligner que lorsque nous testons l’effet du jour avant, le jour du Magal et le lendemain du 18 Safar, des résultats forts intéressants sont à signaler. En réalité, l’effet de l’avant et du jour du Magal de Touba est négatif  par contre l’impact du lendemain du Magal de Touba est positif. Ces constats corroborent l’hypothèse de base qui voulait que l’impact d’une manifestation religieuse commence  avant le jour de la fête par une décélération de l’activité jusqu’au jour de la fête où il y a un arrêt total ou partiel de l’activité suivi d’une reprise graduelle jusqu’au retour au niveau normal de l’activité économique.
 
Au total, les effets négatifs de l’arrêt partiel de l’activité économique imputables à la manifestation religieuse sont largement compensés par le boom noté dans les trois à deux mois qui précèdent le Magal de Touba et dont bénéficient les entreprises dans plusieurs secteurs d’activités économiques. Ainsi, la décision de faire du jour du Magal un jour férié n’est donc pas préjudiciable à l’activité économique, au regard des nombreux effets positifs qui découlent des préparatifs du 18 Safar.
 

 

V. RECOMMANDATIONS

 
L’étude a montré que le Magal génère d’énormes bénéfices pour les entreprises installées au Sénégal. Touba et sa région pourraient en tirer un meilleur profit du point de vue économique, si les mesures ci-après étaient mises en œuvre :
  • Créer, sur l’initiative du Khalife général des Mourides,  un Holding « Touba Corporation »,  pour assurer un recyclage économique des Dons (« Adiyas ») et pour renforcer le bénéfice économique du Magal pour Touba et la Communauté mouride. Ce Holding initierait des projets industriels, agricoles et commerciaux et y prendrait des parts ;
  • Développer la production agro-pastorale autour de Touba, y compris a travers la promotion de la petite irrigation, en tenant compte des besoins en viande, en céréales et en fruits et légumes exprimes par les ménages  lors du Magal
  • Promouvoir la création d’industries et de micro-industries autour de Touba, en se fondant sur les besoins des ménages lors du Magal (Gouvernement du Sénégal, Khalife général des mourides, Communauté rurale de Touba Mosquée, Dahiras mourides, Promoteurs de la Zone industrielle de Touba)
  • Promouvoir, a travers une campagne de communication,  la consommation des produits locaux par les ménages lors du Magal (jus locaux, céréales locales, etc.)
  • Promouvoir le tourisme religieux en tenant compte de la culture locale : promotion de la restauration rapide, des boutiques d’art mouride (Makhtoumé, Baye Lahad, Souhaibou, babouches,…). (Gouvernement du Sénégal, Communauté rurale de Touba Mosquée, Dahiras mourides)
  • Promouvoir les réseaux de micro-finance islamique ;
  • Mettre en place, toute l’année et durant le Magal, à Touba et partout au Sénégal, un  réseau de commerce solidaire bâti sur les valeurs éthiques du Mouridisme ;
  • Mettre en place des instituts de formation professionnelle à Touba .
 
[[1]]url:#_ftnref1 Il s’agit des pèlerins d’âge adulte enquêtés, en 2011,  dans les concessions de Touba, par le Cabinet Emergence Consulting, dont la plupart sont des chefs de ménage visitant ou vivant à Touba. L’équipe de l’étude comprenait notamment Moubarack LO,  Ousseynou Sarr, Mouhamadou Bamba Diop, Facoumba Guèye et Moussa Diaw.
[[2]]url:#_ftnref2 Enquête Emergence Consulting de 2011. Pour 2015, le nombre de participants au Magal a dépassé 4 millions de personnes.
[[3]]url:#_ftnref3 opcit

Par Moubarack LO
Email : moubaracklo@gmail.com
 


Dakaractu



1.Posté par ddiouf le 17/11/2016 13:28
Pourquoi ne pas transférer la capitale économique à Touba, pour être on ne peut plus pragmatique?

Texto | People & Sports | Actu | Politique | Télévision | Radio | Musique | Radio Nederland | Contribution | Photos | Laser du Lundi | Revue du Web | Sport | Business | Dépêches | International | Religion | Off | Référendum 2016 | Magal Touba



SUR FACEBOOK

LES DERNIÈRES NEWS DE DAKARACTU

SUR TWITTER
Dakaractu : REGARD CRITIQUE SUR BENNOO BOKK YAAKAAR : Acquis, Faiblesses et Défis... | #Sénégal #Kebetu https://t.co/iZPNqgDuZg https://t.co/iFu3ctjTMq
Dimanche 4 Décembre - 22:46
Dakaractu : L’Union des oulémas du Manding (Ouma) sur la peine de mort : « Le... | #Sénégal #Kebetu https://t.co/wpucGMgbkr https://t.co/eHTIyJ5skj
Dimanche 4 Décembre - 21:50
Dakaractu : Renouvellement de la Convergence Socialiste : nul et de nul effet !... | #Sénégal #Kebetu https://t.co/GMCXW6CFMu https://t.co/MMU3gmr3dS
Dimanche 4 Décembre - 21:41
Dakaractu : Mamadou Kassé, directeur général de la SN-HLM et responsable APR : "... | #Sénégal #Kebetu https://t.co/lSG6I1L17N https://t.co/hPqU9EYVUO
Dimanche 4 Décembre - 21:31
Dakaractu : Tivaouane : le PTB va assurer plusieurs rotations pour le transport... | #Sénégal #Kebetu https://t.co/mM2RgMorzb https://t.co/ATUAnAWyNh
Dimanche 4 Décembre - 17:41
Dakaractu : Le riz local baptisé "moss doli" (ministre) | #Sénégal #Kebetu https://t.co/vjx7136ex9 https://t.co/BQkM7dXFzK
Dimanche 4 Décembre - 17:41
Dakaractu : Abdoul Kader Camara nommé Secrétaire général du Haut Conseil des... | #Sénégal #Kebetu https://t.co/eiNgUDXDE3 https://t.co/xDO0s12cLC
Dimanche 4 Décembre - 17:31
Dakaractu : 5EME EDITION UNIVERSITÉ RÉPUBLICAINE : Discours de la la... | #Sénégal #Kebetu https://t.co/YKwAU9MbJ0 https://t.co/efKSs1AwUR
Dimanche 4 Décembre - 15:05
Dakaractu : Football Leaks : les détails du magot caché de Mourinho | #Sénégal #Kebetu https://t.co/9p0Fh6a0jC https://t.co/OswRCSbe15
Dimanche 4 Décembre - 14:25
Dakaractu : Révélations graves d'un ressortissant gambien sur le coup que... | #Sénégal #Kebetu https://t.co/nfVHzoUlfn https://t.co/puXhYGH2Cl
Dimanche 4 Décembre - 13:31