ECONOMIE : 1231 milliards CFA de l’USAID au Sénégal de 1961 à 2016 (Amadou Bâ)


La coopération bilatérale entre le Sénégal et les Etats-Unis, démarrée en 1961, s’est depuis intensifiée avec les années pour atteindre en 2016 ’’un montant cumulé de 1231 milliards de FCFA’’ accordé par la partie américaine à son partenaire sénégalais, a indiqué, mardi, à Dakar, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba.
 
"Il me plaît de rappeler que notre programme bilatéral, qui a débuté en 1961, s’est intensifié au fil des années pour atteindre un montant cumulé de 1231 milliards de FCFA en 2016", a-t-il souligné à l’ouverture de la revue conjointe du programme de coopération entre gouvernement du Sénégal et l’Agence des Etats unis pour le développement international (USAID).
 
De même, "le montant des engagements sur la seule période 2010-2016 s’élève à 690 millions de dollars américains, soit 400,610 milliards de FCFA", a indiqué Amadou Bâ, au démarrage officiel des travaux de cette revue conjointe, selon lui "un moment important pour s’assurer de la bonne mise en œuvre" du programme de coopération liant les deux parties. 
 
En septembre 2015, "quatre accords d’assistance d’un montant global de 465,736 millions de dollars US, soit 232 milliards 868 millions francs CFA" avaient été signés par les deux partenaires, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la croissance économique, de la bonne gouvernance et de la démocratie, a rappelé le ministre de l’Economie et des Finances.
 
S’agissant du programme "promotion de la gouvernance, de la démocratie et de la paix en Casamance à travers le développement local, la promotion de la transparence à tous les niveaux", il a fait état de "résultats positifs" enregistrés.
 
Amadou Bâ a par exemple évoqué "l’amélioration du pouvoir économique de 9086 femmes de Casamance et Thiénaba financées à travers les mutuelles de crédit, la réinsertion de 646 personnes dans leur village d’origine en Casamance, l’audit des capacités de 39 agences et ministères en vue du transfert d’ordonnancement, l’élaboration du budget citoyen et le dialogue avec la société civile".
 
Dans le secteur de la santé, "le gouvernement américain, à travers l’USAID, consacre la plus grande part du budget (47%)’’ arrêté, a-t-il dit, ajoutant que "des progrès considérables" ont été notés dans le renforcement des systèmes de santé, l’amélioration des services sanitaires, mais aussi la promotion de la communication en santé et l’amélioration de la santé communautaire.
 
Concernant le secteur de l’éducation, "le concours financier de l’USAID a permis d’atteindre des résultats satisfaisants, notamment l’amélioration des performances en lecture dans les premières années d’apprentissage avec un taux de réussite de 72,60% dans les zones d’intervention", a fait savoir le ministre des Finances.
 
Il reste toutefois "des défis auxquels font face le secteur de l’éducation’’, selon Amadou Bâ. Il a notamment cité l’absence d’une politique de maintenance des infrastructures scolaires.
 
Il y a aussi la difficulté de mobiliser le secteur privé pour le financement de l’éducation et du secteur de la santé, qui, d’après le ministre, reste confronté à la difficulté de mobilisation des ressources internes pour l’enquête démographie et de santé continue, ainsi que la pérennisation dans les nouvelles orientations de la planification familiale, entre autres points.
Mardi 20 Juin 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :