EAU - Malgré trois nouveaux forages : Ouest-Foire a toujours soif

Malgré trois nouveaux forages flambant neufs et un volume de 40 000 m3 d’eau additionnel par jour dans le réseau de la Sde, certains quartiers de Dakar n’arrivent toujours pas à se ravitailler correctement en eau. C’est le cas à Ouest-Foire. Une délégation conduite par le ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement a fait le constat hier. Mansour Faye parle de problème de réseau interne à la Sénégalaise des eaux. En revanche, du côté de Nord-Foire et de la cité Cpi près du Camp le Clerc, on affiche le sourire.


EAU - Malgré trois nouveaux forages : Ouest-Foire a toujours soif
Le site du Centre international du commerce extérieur du Sénégal (Cices) est la deuxième étape d’une visite. Une visite de forage qui n’a pas tenu toutes ses promesses comparée aux autres sites. Juste à l’arrivée de la délégation ministérielle, Assana Sow, chef de projet du programme d’urgence de sécurisation de l’alimentation en eau potable à Dakar, prend la parole. Il explique au ministre les détails techniques de l’équipement du forage. Sous nos yeux, dans l’enceinte du Cices, se dresse un ouvrage flambant neuf, peint en bleu, flanqué du logo de la Sénégalaise des eaux (Sde). «Le forage produit 2 800 à 2 900 m3 d’eau par jour. L’équi­pement est connecté à la grosse conduite de la Voie de dégagement nord.
Il dessert les cités Ouest-Foire, Nord-Foire, la cité Mixta 24 heures sur 24», renseigne le chef de projet de la Sde. Le ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement, Mansour Faye, accompagné du gouverneur de Dakar, du préfet, du sous-préfet et des membres de son cabinet, satisfait de cette réalisation, interroge le chef du projet. «Est-ce qu’il est prévu dans le cadre du programme un équipement de stockage d’eau.» Ceci, détaille-t-il, permettrait de juguler les coupures d’électricité, car pour le moment l’ouvrage ne dispose pas de groupe électrogène, mais aussi cela éviterait au forage de ne pas tourner tout le temps.  Le chef du projet qui répond par la négative, ajoute : «Le défi du stockage n’est pas encore relevé.» Cela, argue-t-il, suppose un nouveau dispositif. «Le réseau tel qu’il est actuellement ne prend pas en compte le stockage», conclut-il.

Mansour Faye parle de problème de réseau
 
Sur ces entrefaites, le président de l’Association de défense des intérêts communs des consommateurs, Pape Djibril Ndong, interpelle le ministre. «A la cité Ouest-foire, l’eau est toujours une denrée rare. Les gens se lèvent la nuit pour disposer du liquide précieux», déclare-t-il. Mansour Faye sceptique, s’adresse au Directeur général de la Sde, Abdoul Ball, en ces termes : «Comment est-ce possible. Nous allons de ce pas vérifier tout cela», promet le ministre séance tenante. La mine renfrognée, le directeur de la Sde, Abdoul Ball, mis devant le fait accompli, se résigne à suivre le ministre pour vérifier les allégations du défenseur des consommateurs. Après un détour, derrière le siège de la Fédération sénégalaise de football, la horde de 4X4 qui se suivent, s’arrêtent au hasard devant une maison. Une femme sur le balcon d’une maison blanche confirme les complaintes du consumériste.
Elle déclare : «Présentement, on n’a pas d’eau. Le liquide précieux coule la nuit vers 23 heures, minuit», sous le regard hagard des membres de l’équipe de la Sde. Mansour Faye, toujours pas convaincu, entre dans une autre maison. Il vérifie par lui-même. Le résultat est décevant. Des gouttes sortent du robinet et après plus rien. Le propriétaire des lieux, un homme de race blanche, donne les détails. «L’eau vient à 22 heures des fois à minuit et elle repart le matin vers 7 heures.» Interpellé, le ministre minimise. «Normalement, le problème ne devrait pas se poser. Mais ce sont des problèmes de réseau interne et la Sde va s’en occuper», promet le ministre qui clôt cette question.
Après cette étape, le cortège s’ébranle vers Nord-Foire, sous le pont qui mène au Cices. Dans ce site, la délégation a visité un autre forage. Un forage de 380 m3 par jour très «stratégique» directement rattaché au conduit 315 qui passe derrière le site. Ici les attentes des populations semblent être satisfaites. Vu l’accueil réservé à la délégation du ministre. Les délégués du quartier, les imams, le maire de Yoff Abdoulaye Diouf Sarr et son adjoint tous ont salué l’initiative. Parlant au nom du maire, le premier adjoint  a déclaré que la problématique de l’eau dans la cité était une vieille doléance des populations.
«Depuis 10 ans, nous sommes confrontés au manque d’eau et vous venez de mettre fin à notre calvaire», se réjouit l’édile de la ville de Yoff. Pour le représentant des imams, le problème de l’eau était devenu celui de toute la population. «Des prières étaient formulées chaque vendredi pour résoudre cette équation», témoigne l’iman. En outre, soutient le religieux, les populations ont dû renoncer à un centre de santé et un orphelinat dont le financement était bouclé à un milliard de francs Cfa pour ériger sur le site ce forage. 

Un volume additionnel de 40 000 m3/j  dans le réseau de la Sde

Prenant la parole, le ministre fier demande aux populations de prendre soin de ce joyau qui, selon lui, n’est pas à l’abri de sabotage. Il promet d’ailleurs de sécuriser davantage le site et les deux autres qui ont coûté à l’Etat du Sénégal 7, 5 milliards de francs Cfa. Actuellement, révèle le Mansour Faye, 40 000 m3 d’eau sont ajoutés au volume normal. Dans 10 jours ce chiffre devrait passer à 55 000 m3 avant d’atteindre les 60 000 m3 prévus le 1er décembre 2015. En attendant les 60 000 m3, l’eau coule à Nord-Foire, selon les délégués et imam du quartier.
Globalement, ce sont 21 forages qui seront réalisés par la Sde. A terme, renseigne le ministre, le défi de production devra être relevé. Mais ce ne sera pas suffisant, le ministre annonce d’autres projets concernant le stockage de l’eau et l’autonomisation avec la mise en place de groupes électrogènes. Déjà, confie-t-il, une dizaine de milliards sont prévus pour l’autonomisation en fin 2016.
Auparavant, la délégation ministérielle a également visité le site du Camp le Clerc qui abrite un forage profond de 100 m avec un débit de 3 000 m3 par jour, ce bijou dessert toute la zone de Cpi 24 heures sur 24. Maintenant, soutient Aloussey­nou Guèye, délégué du quartier Cpi jusqu’à R+2, les populations ont accès à l’eau du robinet. 


Le Quotidien
Mercredi 4 Novembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :