Drogue dans la police : le commissaire KEITA me fait penser à cet imam.


Drogue dans la police : le commissaire KEITA me fait penser à cet imam.
Supposons que je suis quelqu’un de très haut placé. Mais je suis proxénète. L’imam de mon quartier le découvre et le critique vertement dans un de ses sermons en étalant ses preuves. On me pointe du doigt. Je ne sais plus où me mettre. Je n’ai aucun argument pour me défendre car je sais que ce que l’imam dit est vrai. Alors, je décide de le diaboliser pour que personne ne le croie. Je charge un de mes complices, un proche de l’imam, de l’enregistrer à son insu, pendant des jours et des jours, le poussant à parler de tout et de rien. Mon complice l’interroge : « Vous êtes-vous, une fois, demandé si Dieu existe ou si Dieu n’existe pas ? » L’imam répond : « Non. Je ne me suis jamais demandé si Dieu existe ou si Dieu n’existe pas.» Mon complice l’aborde un autre jour : « Pouvez-vous m’expliquer comment Bathie a pu transformer beaucoup de femmes du quartier en prostituées ? A-t-il un pouvoir divin ou satanique ? » Et l’imam répond : « Il n’a aucun pouvoir divin. C’est un manipulateur. Il a de l’argent. C’est tout. Il s’est dit : « Je débarque dans un quartier où peu de familles mangent trois fois par jour, je me fais distinguer en montrant ma fortune. Les gens accourent vers moi. Je construis une ou deux auberges. Je recrute de belles femmes pour y travailler. Je leur fais miroiter de gros salaires moyennant des « services » qu’elles auront à rendre aux clients et le tour est joué. Je me retire et j’attends l’argent qui va pleuvoir dans mes poches. » Voila ce qu’il fait. » Mon complice : « Pourquoi les pères de familles dont les filles sont dans ce réseau de prostitution ne disent rien ? Ils doivent quand même savoir ce qui se passe. » Et l’imam : « Ils savent ce qui se passe. Tout le monde le sait, mais tout le monde ferme les yeux. Moi, si ma fille était prostituée, je l’aurais chassée de ma maison. » Dans un autre contexte, mon complice lui demande : « Etes-vous musulman parce qu’un ange est venu vous réciter le Coran ? » Réponse de l’imam : « Non, je n’ai jamais vu un ange venu me réciter le Coran. Je ne suis pas un prophète. Mes parents m’ont élevé dans cette religion, j’y crois et je la suis. » Les différents enregistrements entre mes mains, je fais un montage pour ternir l’image de bon musulman qu’incarne l’imam. Je censure plein de passages et je mixe le reste. Je remets ça à un journal de la place qui, pour de l’argent ou pour d’autres raisons, va se charger d’enfoncer l’imam. Et ce journal sort des titres du genre : « L’imam nie l’existence de Dieu et avoue qu’il n’est pas musulman. », « Dans une bande audio authentifiée auprès de spécialistes dignes de foi, l’imam avoue qu’il est athée. Et selon lui, les prophètes n’ont aucun pouvoir divin et ne sont que des manipulateurs. Il ajoute : « Un ange n’est jamais venu réciter le Coran. », « L’imam était-il ivre ou drogué quand il tenait ces propos ? », « L’imam révèle que sa fille était une prostituée. », « La bande audio qui dévoile le vrai visage de l’imam proxénète. », « L’imam explique en détails comment il transforme les femmes des quartiers pauvres en prostituées en les faisant « travailler » dans des auberges. » Etc. Après, on sort les extraits que j’ai sélectionnés et arrangés, avec le titre : « L’intégralité de l’enregistrement audio de l’imam ». On y entend clairement l’imam dire : « …Dieu n’existe pas… un prophète… n’a aucun pouvoir divin. C’est un manipulateur … Non, je ne suis pas musulman… je n’ai jamais vu un ang  venu me réciter le Coran… Je débarque dans un quartier où peu de familles mangent trois fois par jour, je me fais distinguer en montrant ma fortune. Les gens accourent vers moi. Je construis une ou deux auberges. Je recrute de belles femmes pour y travailler. Je leur fais miroiter de gros salaires moyennant des « services » qu’elles auront à rendre aux clients et le tour est joué. Je me retire et j’attends l’argent qui va pleuvoir dans mes poches… Moi, … ma fille était prostituée… Tout le monde le sait, mais tout le monde ferme les yeux… » Personne ne doute que c’est lui qui parle et lui-même ne peut le nier. D’autres journaux reprennent « l’information ». On titre : « L’imam fait son one-man-show ». Evidemment, puisqu’on n’entend que lui dans ce montage audio. Et on m’oublie parce que, désormais, c’est lui qu’on pointe du doigt. Revenons à nos moutons. Il s’agit de trafic de drogue dans la police. Le commissaire Keïta a été le dénonciateur et maintenant, c’est lui qui est l’accusé. Mais il ne veut pas que l’essentiel soit occulté. « Il faut recentrer le débat là où il doit être », dit-il. La drogue est-elle présente dans la Police ? A quel niveau la hiérarchie policière est-elle mouillée ? Comment le mal a-t-il été instauré ? Que doivent faire nos autorités ? Voilà ce que les Sénégalais veulent savoir et doivent savoir. Pétition pour soutenir le commissaire Keïta.
 Bathie Ngoye Thiam
www.tousaveckeita.org




Jeudi 8 Août 2013
Dakaractu




1.Posté par Laye le 08/08/2013 11:58
Mandou wo dé. Donc pour toi Niang est trafiquant de drogue. Sa diguenté ak yalla la.

2.Posté par boyndiago le 12/08/2013 14:47
Très pertinent félicitations M Ngoye

3.Posté par Sory Diallo le 15/08/2013 21:35
Mr,vous etes completement a cote de la plaque ou alors vous etes un gros menteur.D`ou sortez vous que Keita a produit des preuves?Vous aussi vous cherchez a intoxiquer le people,pour quelle raison?Ouvrez vos yeux et vos oeilles et attendez la suite au lieu de verser dans le charlatanisme.



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015