Drame de Bétenty : 24 jours après, comment se (com)porte l’île

Moins d’un mois après le drame qui l’a frappée de plein fouet, l’ile de Bétenty est en train de panser ses blessures. Alors que les femmes n’ont pas encore repris leurs activités, il nous revient des résidents que le port du gilet est en train d’être adopté par les usagers des pirogues.


Le 25 avril dernier, l’ile de Bétenty, dans le département de Foundiougne a connu une tragédie. Vingt et une personnes, toutes de sexe féminin ont rendu l’âme dans le chavirement de leur pirogue à hauteur de l’ile des Oiseaux. Elles étaient parties chercher des huitres, activité principale des femmes de l’ile. Conçue pour transporter 35 passagers, leur pirogue en contenait 70. Pis encore, aucun des passagers n’avait mis de gilet de sauvetage. Résultat des courses, à peine a t elle quitté l’ile des Oiseaux, la pirogue a chaviré avec ses passagères. Prolongeant ainsi le deuil dans lequel était plongé le Sénégal depuis la tragédie du Daaka. Le président de la République a fait le déplacement pour présenter ses condoléances et celles de la nation sénégalaise à l’ile meurtrie non sans indemniser les familles des victimes. Macky Sall avait profité de l’occasion pour appeler à une introspection collective. Le chef de l’Etat avait insisté sur le port du gilet qui devait, à son avis, être un réflexe chez les usagers des pirogues, seul moyen de transport qui relie les iles du Saloum au reste du Sénégal. Cet appel du premier des Sénégalais a été bien entendu par ses destinataires. Selon une source de Dakaractu, le gilet de sauvetage est en passe d’être le compagnon des habitants de l’ile même si les femmes chercheuses d’huitres et de moules n’ont pas encore repris leurs activités. Quant au capitaine de la pirogue “incriminée” , il n’a pas retrouvé l’usage de la parole.

Revoir notre reportage sur le drame de Bétenty
Vendredi 19 Mai 2017
Dakar actu




Dans la même rubrique :