Domingos Simoes Pereira, Premier ministre démis de la Guinée Bissau : « Le président de la République divise les Bissau Guinéens les uns des autres… »


 Domingos Simoes Pereira, Premier ministre démis de la Guinée Bissau : « Le président de la République divise les Bissau Guinéens les uns des autres… »
Démis de ses fonctions par le président de la République, José Mário Vaz, le Premier Ministre Domingos Simoes Pereira n’entend pas céder une seule parcelle que la légalité constitutionnelle Bissau Guinéenne lui confère. En marge de la 49ème conférence de la CEDEAO qui se tient à Dakar, il a dénoncé tout haut les «irrégularités » opérées par le président de la République, Vaz qui, selon lui, a fini de diviser tous les acteurs sociaux, politiques et militaires Bissau guinéens.  

En effet, en marge de la conférence, Dakaractu a accroché le Premier ministre démis, Domingos Simoes Pereira qui accuse le président de la République de verser dans la division pour asseoir son pouvoir. «La Guinée Bissau a choisi un régime parlementaire avec trois organes (le pouvoir exécutif incarné par le gouvernement, le pouvoir législatif de l’Assemblée Nationale et le pouvoir judiciaire), précise-t-il d’emblée. Mais, regrette-t-il, «le président de la République qui doit veiller à la bonne marche desdites institutions, se manifeste plutôt par un comportant visant à diviser les uns des autres ».

Parce qu’explique M. Domingos, « le Président Vaz applique la fameuse politique du diviser pour mieux régner ». Et ce en voulant changer les règles démocratiquement préétablies au cours du jeu. «Je ne suis pas d’accord quand les gens disent que certains systèmes démocratiques comme le régime parlementaire ne fonctionne pas en Afrique. La démocratie est synonyme de règles déjà préétablies que tous les acteurs se doivent de respecter », notifie le Premier ministre Domingos qui rappelle au Président Vaz qu’on ne peut pas changer les règles en milieu de jeu.

Avant de clore ce chapitre démocratique,  Domingos Simoes Pereira ne veut pas entendre parler de distingo entre l’Afrique et les autres pays du monde quant au bon fonctionnement des institutions. «Il faut qu’on apprenne à respecter les règles du jeu démocratique en Afrique », tonne-t-il.
Samedi 4 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :