Discours du président Macky Sall à la cérémonie officielle de lancement du programme de couverture maladie universelle


Discours du président Macky Sall à la cérémonie officielle de lancement du programme de couverture maladie universelle
discours du PR lors de lancemement du programme de couverture maladie universelle ceremonie officielle de lancement du programme de couverture maladie universelle  
 
          REPUBLIQUE DU SENEGAL 
    
escudo-de-senegal.png
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CEREMONIE OFFICIELLE DE LANCEMENT
      DU PROGRAMME NATIONAL DE COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE (CMU)
DU SENEGAL
 
 
 
Allocution de Son Excellence
Monsieur Macky SALL
Président de la République
 
 
 
Vendredi 20 septembre 2013
 
Lieu : Grand Théâtre National
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  • Madame le Premier Ministre,
  • Monsieur le Ministre d’Etat,
  • Madame le Ministre de la Santé et de l’Action sociale,
  • Mesdames et Messieurs les Ministres,
  • Honorables Députés,
  • Mesdames, messieurs les membres Conseil Economique, Social et Environnemental,
  • Mesdames et Messieurs les représentants du Corps diplomatique,
  • Monsieur le Délégué général à la Protection sociale et à la Solidarité nationale,
  • Monsieur le Président de l’Union des Associations des Elus Locaux,
  • Mesdames et Messieurs les représentants des Partenaires techniques et financiers du secteur de la Santé et de l’Action sociale,
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs, Chefs de service des structures du Ministère de la Santé et de l’Action sociale,
  • Mesdames et Messieurs les représentants des Partenaires sociaux du secteur de la Santé et de l’Action sociale,
  • Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils d’administration des mutuelles de santé,
  • Mesdames et Messieurs les représentants des Institutions de Prévoyance Maladie (IPM),
  • Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations du Secteur privé,
  • Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations de la Société civile,
  • Honorables invités, Mesdames, messieurs,
 
 
 
 
Il me revient ce matin l’honneur de procéder au lancement du Programme national de Couverture Maladie universelle, conformément à la lettre et à l’esprit de notre Constitution qui dispose en son article 17 que : je le cite «l’Etat et les Collectivités publiques ont le devoir de veiller à la santé physique et morale de la famille et, en particulier, des personnes handicapées et des personnes âgées. L’Etat garantit aux familles en général et à celles vivant en milieu rural, en particulier, l’accès aux services de santé et au bien être… ». fin de citation.
 
 
Vous comprendrez, dés lors, mon attachement à la mise en place des conditions garantissant l’accès de tous les sénégalais, de toutes catégories sociales, des villes comme des campagnes, à des soins de qualité, à travers un système viable de Couverture maladie universelle.
 
 
Mesdames et Messieurs,
 
Ma présence, aujourd’hui, parmi vous, illustre donc l’intérêt tout particulier que j’accorde à l’extension de la Protection sociale à toutes les couches de la population et, en particulier, aux populations démunies et vulnérables.
 
Comme vous le savez, j’ai fait de la Couverture Maladie universelle, une des priorités de mon programme Yoonu Yokkuté, en vue de construire un Sénégal où toutes les personnes ont un accès universel à des services de santé promotionnels, préventifs et curatifs de qualité, sans aucune forme d’exclusion. Un Sénégal nouveau, émergent, orienté vers la lutte contre les injustices sociales et la promotion de l’accessibilité financière et géographique aux soins de santé, particulièrement pour les catégories les plus vulnérables et les plus défavorisées.
 
Au-delà de cette volonté politique basée sur ma vision du développement économique et social, dont la seule finalité est le plein épanouissement et le bien-être des citoyens, j’ai l’ambition d’inscrire l’action du Gouvernement dans le sillage des engagements internationaux souscrits par notre pays.   
 
A cet égard, il convient de rappeler que le Sénégal s’efforce à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à travers l’application de la Stratégie nationale de Développement Economique et Social qui sert de cadre de référence programmatique aux politiques sectorielles.
 
La politique nationale de santé, mise en œuvre à travers le Plan National de Développement sanitaire (PNDS),  repose ainsi sur la vision d’un Sénégal « où tous les individus, tous les ménages et toutes les collectivités bénéficient d’un accès universel à des services de santé promotionnels, préventifs, curatifs et ré-adaptatifs de qualité, sans aucune forme d’exclusion, et où il leur est garanti un niveau de santé économiquement et socialement productif ».
 
De fait, la mise en œuvre des différents programmes et projets du Ministère de la Santé et de l’Action sociale a contribué de manière significative à l’amélioration de l’état de santé des populations.
 
 
 
Toutefois, force est de reconnaitre que, malgré les performances réalisées et les efforts déployés au plan des investissements et de l'amélioration du fonctionnement des établissements sanitaires, l’évolution du système de santé de notre pays n’a pas, jusqu’ici, favorisé l'équité dans l'accès aux soins.
 
 
A cela, s’ajoute l’inexistence et/ou la mauvaise qualité des services d’accueil et d’urgence, la faiblesse du plateau technique des structures de référence, le surendettement des hôpitaux, l’insuffisance en nombre et en qualité des personnels de santé et leur inégale répartition sur le territoire national, et enfin la faible impulsion de la collaboration multisectorielle.
 
 
C’est dans l’optique de résolution de ces problèmes que j’ai donné instruction au Ministre de la Santé et de l’Action sociale, d’organiser des Concertations nationales sur la Santé et l’Action sociale afin de mener une sérieuse réflexion sur la Gouvernance sanitaire et la Couverture Maladie universelle.
 
Ces concertations nationales, qui se sont déroulées en janvier 2013, et dont j’ai présidé la cérémonie d’ouverture, ont permis de bâtir un consensus national autour des réformes à entreprendre dans le secteur de la Santé et de l’Action sociale pour renforcer, de façon durable, l’accès à des services de santé de qualité, dans un contexte de gouvernance améliorée et de gestion axée sur les résultats.
 
Les travaux de ces concertations nationales, qui, j’y insiste, se sont déroulés de manière inclusive et participative, ont abouti à l’élaboration d’options stratégiques et de mesures pratiques visant à accélérer le processus de mise en œuvre, afin d’atteindre au moins 75% de couverture maladie de base de la population sénégalaise à l’horizon 2017.
 
Cet objectif est ambitieux, si l’on sait qu’à l’heure actuelle seuls 20% de la population bénéficient d’une couverture médicale. Mais, il est réalisable et je m’engage à assurer la mise à disposition de toutes les ressources nécessaires pour son atteinte, avec l’exécution du Plan Stratégique de Développement de la Couverture Maladie Universelle 2013-2017, élaboré à cet effet. Ce plan est structuré autour des axes suivants :
 
 
  1. le développement de la Couverture maladie universelle de base à travers les mutuelles de santé ;
  2. la réforme des Institutions de Prévoyance Maladie ;
  3. le renforcement des politiques de gratuité dans les structures sanitaires publiques, concernant la vaccination, la dialyse, les antirétroviraux, les antituberculeux, les antipaludéens et la prise en charge des personnes âgées dans le plan Sésame, mais aussi la subvention de l’insuline et des anticancéreux pour ne citer que ceux là ;
  4. la mise en œuvre de la nouvelle initiative de gratuité des soins  pour les enfants de 0-5 ans ;
  5. la prise en charge forfaitaire du suivi des grossesses, de l’accouchement, des césariennes et des soins postnataux ;
  6. le développement de la Télémédecine ;
  7. la promotion du Partenariat Public-Privé.
 
 
Mesdames, Messieurs,
 
Mon ambition à travers ce programme de Couverture Maladie universelle est de permettre à tous les sénégalais, au moment où ils en ont besoin, d’accéder à des soins de santé de qualité, sans aucune entrave financière, et sans aucun risque financier.
 
C’est la raison pour laquelle, j’accorde une importance capitale à la promotion des mutuelles de santé qui constituent, à l’état actuel du niveau de couverture, les instruments permettant de couvrir la majorité de la population sénégalaise.
 
Il importe toutefois d’opérer une démarche de rupture dans la gestion de ces mutuelles de santé, notamment par le renforcement de leur gouvernance, à tous les niveaux, et de leurs mécanismes de financement.
 
C’est dans cette perspective qu’un financement d’un milliard sept cent mille (1 700 000 000) francs CFA a été affecté à la promotion des mutuelles de santé sur les cinq (5) milliards de FCFA inscrits dans le budget de 2013 du Ministère de la Santé et de l’Action sociale, pour le compte de la Couverture Maladie universelle.
 
Cette allocation budgétaire introduira une innovation majeure par l’octroi de deux (2) types de subventions aux mutuelles de santé :
 
- une subvention partielle couvrant 50% de la cotisation annuelle des personnes qui ont les moyens d’adhérer à une mutuelle de santé et ;
-  une subvention ciblée correspondant à 100% de la cotisation  annuelle, ainsi que la prise en charge du ticket modérateur, pour les personnes indigentes identifiées à partir de critères établis sur des bases objectives.
 
Chers mutualistes,
 
Vos représentants recevront tout à l’heure des chèques qui vous permettront de pouvoir bénéficier d’un paquet de prestations de soins du poste de santé à l’hôpital en passant par le centre de santé, dans le respect de la pyramide sanitaire.
 
La démarche d’implantation de nouvelles mutuelles de santé et de restructuration des mutuelles existantes mise en œuvre dans le cadre du slogan « une collectivité locale, une mutuelle de santé au moins », nous permettra de couvrir, d’ici 2017,  65,5% de la population rurale et informelle sénégalaise, conformément aux objectifs fixés par la Stratégie nationale de développement économique et sociale 2013-2017.
 
 
Mesdames, messieurs,
 
Le défi majeur de l’extension de la couverture maladie dans le monde rural et le secteur informel réside dans la nécessité de créer une synergie entre les interventions de l’Etat, celles des collectivités locales et les initiatives communautaires.
 
Pour relever ce défi, il s’agira de développer un partenariat effectif entre les mutuelles de santé communautaire, les collectivités locales et l’Etat afin d’étendre la couverture du risque maladie aux populations des zones rurales et au secteur informel.
 
A ce sujet, j’ai demandé au Ministre de la Santé et de l’Action sociale d’engager, dans les meilleurs délais, le processus de partenariat avec les autres acteurs impliqués, notamment les structures privées, en vue de satisfaire la demande en santé pour tous les sénégalais.
 
Concernant la réglementation des mutuelles, dans le cadre de l’application du Règlement de l’UEMOA portant sur la mutualité sociale, je compte mettre en place, d’ici décembre 2013, l’Office National de la Mutualité Sociale (ONAMS) et le Fonds de Garantie des Mutuelles sociales.
 
L’ONAMS veillera au contrôle de la régularité de la constitution des mutuelles sociales, de la conformité des dossiers d’agrément, de la tenue du registre national d’immatriculation, ainsi que du suivi des mutuelles sociales.
 
Quant au Fonds de Garantie, il sera chargé de prévenir, autant que possible, les défaillances éventuelles des mutuelles et de garantir leurs engagements contractuels vis-à-vis de leurs membres participants.
 
Mesdames et Messieurs,
 
 
En lançant aujourd’hui ce programme de Couverture maladie universelle, je réitère mon engagement et confirme ma détermination à instaurer l’équité et la justice sociales entre tous les citoyens du pays, en favorisant l’inclusion des groupes vulnérables et des populations les plus démunies de notre société.
 
C’est dans cet esprit, et conscient que le bien-être de la mère, du nouveau-né et de l’enfant de moins de cinq (5) ans est, à la fois, résultat et indicateur du développement, j’ai pris la décision de rendre gratuits les soins de santé pour les enfants âgés de moins de cinq (5) ans et je demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de prendre toutes les dispositions nécessaires pour son application effective à partir du 1er octobre 2013.
 
Toutefois, la démarche se fera de manière progressive en s’inspirant  des leçons apprises des précédentes initiatives de gratuité, mais aussi en tenant compte des ressources disponibles.
 
 
C’est ainsi que du mois d’octobre au mois de décembre 2013, les tickets de consultations,  de vaccination et d’hospitalisation des enfants de 0 à 5 ans, au niveau des postes et des centres de santé seront gratuits. Il en sera de même pour les consultations des enfants au niveau des services d’urgence des hôpitaux et des consultations des cas qui y seront référés.
 
A partir de janvier 2014, toutes les pathologies comprises dans le paquet devant être pris en charge au niveau des postes et des centres de santé seront traitées gratuitement. Au niveau de l’hôpital, la prise en charge des urgences sera également gratuite.
 
Mesdames, Messieurs,
 
Cette initiative de gratuité permettra d’ôter aux mères de famille tout obstacle à un recours précoce aux soins de santé en cas de maladie de leurs enfants et de contribuer ainsi à la diminution de la mortalité infanto-juvénile dans notre pays qui demeure encore anormalement élevée, autour de 72 pour mille, malgré les progrès accomplis dans ce domaine, ces dernières années. L’OMD 4, à savoir la réduction de 2/3 de la mortalité des enfants de moins de 5 ans, et l’OMD 5 qui consiste en la réduction de 3/4 de la mortalité maternelle d’ici 2015, constituent un véritable défi que la Couverture maladie universelle contribuera à l’accélération de leur atteinte car la mortalité maternelle reste encore élevée autour de 392 pour cent mille naissances vivantes.
 
 
Dans cette dynamique de réduction des barrières d’accès aux soins de santé des indigents et des groupes vulnérables, le Gouvernement va également accélérer l’application de la loi d’orientation sociale qui permettra aux personnes handicapées de disposer d’une carte d’égalité des chances, afin d’accéder gratuitement aux soins de santé.
 
 
Mesdames et Messieurs,
 
 
L’atteinte de l’objectif de Couverture maladie universelle exige des actions synergiques ainsi qu’une démarche multisectorielle. Elle ne saurait être l’apanage d’un seul département ministériel, encore moins d’un seul secteur. C’est dire l’importance d’une approche inclusive permettant à chaque entité concernée par ce vaste chantier d’apporter sa pierre à l’édification et à la pérennisation du programme.
 
C’est dans cette perspective que le Ministère de la Fonction publique du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles, en collaboration avec le Ministère de la Santé et de l’Action sociale, a engagé une vaste réforme de l’Assurance maladie obligatoire afin de créer les conditions permettant la viabilité et la promotion des Institutions de Prévoyance Maladie (IPM). En effet, le diagnostic réalisé au cours des Concertations nationales sur la Santé et l’Action sociale a mis en évidence, aussi bien pour les mutuelles de santé que pour les IPM, de réelles faiblesses dans la gouvernance et la gestion.
 
C’est pourquoi, toutes les propositions de réforme seront matérialisées durant l’année 2014. Il s’agit notamment de la création de l’Institution de Coordination de l’Assurance Maladie Obligatoire (ICAMO).
Cette dernière sera une unité faitière de coordination, d’assistance, de conseil, de contrôle et de renforcement de la gouvernance des IPM.
 
De même, seront créés un fonds de garantie et de solidarité des IPM et une seule IPM inter-entreprises pour les travailleurs non permanents.
 
Dans cette même volonté d’articulation des interventions en matière de protection sociale, le Ministère de la Santé et de l’Action sociale va œuvrer, en étroite collaboration avec la Délégation générale à la Protection sociale et à la Solidarité nationale, afin enrôler tous les bénéficiaires du programme de bourses de sécurité familiale dans les mutuelles de santé communautaires, à travers les fonds d’équité qui seront mis en place.
 
L’Etat soutiendra également les initiatives de mise en place des mutuelles de santé complémentaires destinées à améliorer  la prise en charge des agents de l’Etat, et à l’étendre aux médicaments.
 
Il va de soi que toutes ces stratégies ne pourront pas avoir la  portée escomptée en l’absence d’une offre de services et de soins de santé de qualité. C’est pourquoi, l’Etat veillera à l’approvisionnement de toutes les structures en médicaments et consommables de qualité, mais aussi au renforcement de la couverture du pays en infrastructures sanitaires dotées de plateaux techniques modernes.
 
 
J’engage le Ministre de la Santé et de l’Action sociale à préparer et à me soumettre un plan pluriannuel de mise à niveau des infrastructures sanitaires de référence, ciblant notamment la dotation de toutes les structures de plateaux techniques adaptés et l’augmentation des capacités d’accueil des malades et des moyens de fonctionnement.
Je demande également au Ministre de la Santé de réfléchir, dans un souci stratégique de mutualisation et de régulation, sur la mise en place de Pôles hospitaliers et d’une Autorité d’Assurance Qualité des services sanitaires, afin d’améliorer durablement la qualité des soins délivrés, de même que la réactivité et la performance du système de santé. De même, l’effort de recrutement de personnels de santé sera poursuivi pour mettre en place des ressources humaines qualifiées et motivées, en veillant à bien les répartir sur l’ensemble du territoire national, y compris les spécialistes.
 
 
 
Mesdames et Messieurs,
 
Notre ambition pour l’amélioration continue des conditions de vie de nos concitoyens est grande et notre détermination à mettre en place un système viable de Couverture Maladie universelle demeure inébranlable.
 
Dans ce cadre, j’ai demandé au Ministre de l’Economie et des Finances d’accroître, à partir de 2014, les ressources budgétaires allouées à ce programme. Cette allocation supplémentaire entre dans un mécanisme de financement global, à travers la Caisse Autonome de Protection Sociale Universelle (CAPSU) qui sera mise en place au cours du premier trimestre de 2014.
Il faudra dans le même temps promouvoir des mécanismes de financements innovants de la Couverture Maladie Universelle, à travers la mobilisation des contributions du secteur privé, des ONGs, des collectivités locales, ainsi que des ressources issues de taxes sur certains produits dont l’usage est néfaste pour la santé.
 
Le Gouvernement pourra également compter sur l’engagement résolu des partenaires techniques et financiers à nos côtés ainsi que sur celui de tous les autres acteurs concernés par ce programme. Je les remercie au nom du Peuple sénégalais. Je voudrais aussi remercier tous nos partenaires bilatéraux et multilatéraux qui nous ont permis de conduire les expériences pilotes que nous avons capitalisées.
 
Je lance également un appel solennel aux populations du monde rural et aux acteurs du secteur informel en particulier, pour leur adhésion massive aux mutuelles de santé de leurs localités pour la régularité de leurs cotisations et celles de leurs familles.
 
En espérant que ces appels seront entendus et qu’ensemble nous relèverons le défi de la mise en place d’un système viable de prise en charge équitable des besoins en soins de santé de l’ensemble de la population, je déclare officiellement lancé le Programme national de Couverture Maladie universelle du Sénégal.

Je vous remercie de votre attention.
Dakaractu2




Vendredi 20 Septembre 2013
Notez


1.Posté par comparaison le 01/10/2013 08:24
Bonjour,
Je suis ravi que le Senégal s'intéresse également à la couverture maladie universelle. Cela prouve qu'il s'en inquiète également sur la santé de la population.



Dans la même rubrique :
SALL CRASH !

SALL CRASH ! - 24/04/2014