Dip Doundou Guiss en 5 vidéos

Avec juste un Ep sorti en 2014, Dip est d’ores et déjà l'un des phénomènes rap les plus remarquables du Sénégal.


A 25 ans à peine, ce jeune homme, originaire de Grand Yoff, connait une des ascensions les plus spectaculaires de ces dernières années, principalement grâce à son titre « Yaakarouma ci ken », mais aussi aux tubes qu'il enchaine comme rarement on a vu dans le rap sénégalais. Retour sur cinq hit singles qui font aujourd’hui déjà référence.


« Yaakarouma ci ken »
Ce premier titre, véritable claque pour tous les fans authentiques du hip hop, est celui qui l'a fait véritablement connaitre. Une bombe qui éclate et annonce une ère nouvelle. Ce morceau génial de 4 : 05 révèle au public sénégalais un rappeur brillant aux punchlines magistrales, et d'une lucidité incroyable. Jugez en vous même : « Yakarouma ci ken, dou serigne, dou magistrat dou magicien, wakhoumalak Macky sall ak ministerem »​ (Je ne crois pas aux coups de baguette magique, Je n'attends rien de personne ni même de Macky Sall et de ses ministères). Cet extrait, pour moi, résume à lui seul, tout le génie de Dip

 
  •  



  • « Poto Lamp »

Avec ce titre, Dip démontre qu'il maitrise les codes du hip hop. Le titre à lui seul, avec sa référence au monde de la rue, démontre une fois de plus son génie précoce. Le clin d'œil, excellent, aux réseaux sociaux qu'offre le refrain finit de convaincre les plus sceptiques et souligne également l'identité propre de cette nouvelle génération d'artistes qui s'imposent d'abord sur internet avant de déferler sur les médias traditionnelles.

La vidéo, magnifique, montre bien que le populeux Grand Yoff a un nouveau messie et qu'il s'appelle Dip.



  • « Assamane »

Diffusé sur Trace Tv, « Assamane »  allie technique et émotion. Et si l’on y rencontre Dip dans une interprétation plus posée, son écriture, désormais reconnaissable, est toujours là : fluide, lucide, réfléchie. Ni vindicatif, ni revendicatif, Dip montre sa facette spirituelle et nous touche grâce à une sensibilité profonde et sincère. Le public ne s'y est pas trompé en plébiscitant ce morceau du jeune artiste.



  • « Cicatrices »

Ce titre a laissé des séquelles désormais indélébiles dans le hip hop sénégalais. Là, ce n'est plus une claque, mais un uppercut qui envoie au tapis tous les détracteurs du jeune phénomène. La vidéo nous installe admirablement dans cette atmosphère pleine de menaces où le danger rode, avec sa musique sombre et déchirante que le phrasé et les punchlines mortelles du jeune artiste subliment.



  • « Youssou N'Dour »

Ce morceau a déclenché beaucoup de polémiques, car très vite, à cause du titre, il a été assimilé à un appel du pied du jeune artiste au roi du M'blakh, Youssou N'Dour. Mais à mon avis, c'est juste une idée de génie et une preuve d'audace. Une belle trouvaille qui devrait inspirer même les adeptes du « Sambay Mbayaan » (chansons laudatives observées surtout chez les Mbalaxmen) à faire dorénavant preuve de plus d'imagination dans leurs exercices d'écriture. Le morceau « Youssou N'dour », sur le beat du fameux Panda, appartient à une des belles réussites de Dominique Preira alias DIP.


musicinafrica.net

Jeudi 2 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :