Dialogue national et organisation des élections : La Cojer encense Macky et prend la défense du ministre de l’intérieur

Même si certaines formations politiques n’ont pas pris part au dialogue national initié par le Chef de l’Etat, la Convergence des jeunesses républicaines (Cojer) considère que cette initiative est de haute portée démocratique. Sur un autre plan, Thérèse Faye, Coordinatrice de la Cojer & Cie, ont volé au secours du ministre de l’Intérieur disqualifié par une frange de l’opposition dans l’organisation des élections.


« La Cojer félicite chaleureusement le Président de la République Macky Sall pour l’initiation et la belle réussite du dialogue national. C’est une initiative de haute portée démocratique et une innovation majeure dans la marche de pays », écrit d’emblée la Coordinatrice de la Convergence des jeunesses républicaines (Cojer) à travers un communiqué parvenu à notre rédaction.
Etayant son propos, Thérèse Faye Diouf de dire : « Après avoir tour à tour organisé une Concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur, la Concertation nationale sur la Santé et l'Action sociale, les Assises de l’éducation nationale, la Conférence sur le dialogue social, les consultations citoyennes pour les réformes institutionnelles, les concertations autour de l’Acte 3 de la décentralisation, le processus inclusif autour de la Réforme du foncier et, récemment, le Forum sur l’administration, le Dialogue National vient illustrer encore une fois l’attachement du Président Macky Sall au dialogue, à la consultation et à la concertation comme méthode de gouvernance au profit d’un modernisme démocratique pour notre pays. »
Dans la même lancée, « la Cojer félicite le ministre de l’Intérieur pour la célérité avec laquelle il a engagé 
les concertations avec les partis politiques. » Avant de « rejeter l’argument selon le lequel le ministre de l’intérieur n’est pas indiqué pour organiser des élections. » Aux yeux de Thérèse Faye & Cie, «cette question est dépassée et réglée depuis belle lurette et ce combat engagé par certaines composantes de l’opposition est surannée. » Relevant « qu’au Sénégal, le processus électoral est fiable, transparent et robuste, la Cojer d’indiquer que c’est ce même processus électoral qui a permis à notre pays d’enregistrer deux alternances démocratiques conformément aux vœux des populations exprimés dans les urnes. »
Donc, poursuivent-ils, «ce qui est important, aujourd’hui, c’est de consolider les acquis, de les améliorer afin d’augmenter leurs capacités à répondre aux attentes du peuple. » 
« Cette frange de l’opposition devrait délaisser la politique politicienne pour plutôt se concentrer sur des questions essentielles telles que : la modernisation du rôle des partis politiques, le mode de financement des partis, l’adaptation ou non de la loi du 06 mai 1981 sur les partis
politiques à l’évolution de notre démocratie, le statut de l’opposition et de son chef et l’amélioration du processus électoral »
, concluent-ils.
Lundi 13 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :