Développement communautaire : Le FONGIP à l’assaut du Fouta

Après plus de deux ans d’exercice plein,le FONGIP qui a investi la région de Matam dans les localités de Ogo, Ndouloumadji Dembé, Wawounde, Gouricky, Ngano, Ndouloumadji Founebe, Dolol Odobere, Bokidiawe, , Diella, Kobilo, Ganguel Soule, Matam, Agnam Sivol, Agnam Goly et Kanel qui regorgent d’énormes potentialités economiques. Dans cette partie du pays marquée par l’émigration des jeunes vers les pays d’Afrique et d’Europe, il est aujourd’hui noté le retour des émigrés vers leur terroir. Ce retour est parfois organisé par l’Etat pendant que d’autres candidats à l’émigration rêvent de partir. Face à cette situation, le FONGIP devient une opportunité d’insertion de tous ces jeunes dans le tissu économique par l’accompagnement et le financement d’activités génératrices de revenus dans le domaine l’agriculture, l’aquaculture, l’élevage, la transformation agro undustrielle.


Développement communautaire : Le FONGIP à l’assaut du Fouta
Le FONGIP intervient dans la région de Matam dans un contexte où le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture au Sénégal (Pracas) mis en place par le Président de la République Macky SALL pour l’atteinte de l’autosuffisance en riz en 2017, offre la possibilité aux jeunes agriculteurs de disposer des terres irriguées. L’initiative de l’Etat du Sénégal pour appuyer la révolution agricole, soutenue par le programme d’équipement en matériels agricoles subventionnés à hauteur de 60%. Au même moment, se développe dans la localité l’implantation de mini rizeries pour la transformation du paddy. Se pose le problème de mis en place du fonds de commercialisation et d’approvisionnement du riz. Pour la production de l’oignon, l’accompagnement des acteurs peut se faire dans la conservation et la mise en place d’unités de séchoirs pour permettre d’étaler la commercialisation sur une longue période tout en mettant le produit sur le marché.
Sur le terrain, les producteurs ont souligné qu’après la mise en place des équipements, l’inefficacité technique du service après-vente demeure un sérieux problème. La lenteur accusée dans le dépannage pose la question de la formation des jeunes des differentes localites en maintenance pour une prise en charge efficiente des pannes récurrentes.
 A Ndouloumadji Dembé, la mise en place d’une équipe de jeunes maintenanciers du matériel agricole est une idée largement partagée. L’accompagnement par la formation et le financement par l’achat de pièces de rechanges usuelles permettra de palier les retards jusque-là notés dans le dépannage des engins. La zone regorge plus de 1. 200 hectares aménagés pour la culture du riz et l’oignon. Les producteurs du Fouta qui ont sollicité du FONGIP l’accompagnement et le financement d’unités de stockage de l’oignon se battent pour mettre un terme aux pertes estimées la dernière saison à plus de 35 % de la production. L’implantation d’une mini rizerie devant permettre la transformation et la commercialisation locale du riz et ses sous-produits. L’accompagnement financier de groupements féminins structurés  qui s’activent dans l’agriculture, la transformation et l’élevage va booster l’économie locale.
A Agnam Goly, l’Administrateur Général a procédé ce samedi, à la signature de la convention de financement avec la MEC Felo pour un montant de refinancement de 15 millions de Francs Cfa. Les potentialités de la zone d’intervention de la mutuelle qui compte à ce jour 952 membres et qui couvre la zone de Galoya à Thilogne en passant par les 7 Agnams ont d’une part poussé le patron du FONGIP à relever l’enveloppe à 30 millions de francs Cfa Agnam send plus pour atteindre davantage la zone d’intervention de la mutuelle afin de toucher le maximum de femmes et de jeunes qui sont des cibles priority. aires.
A Thiankone Boguel dans la commune de Ogo, le maire a annoncé la mise place très prochaine des domaines agricoles communautaires (dac). Dans ce cadre, la commune a sollicité l’accompagnement financier du FONGIP pour l’exploitation des périmètres. Pour cela, M. KA a demandé à la mairie de faire le recensement des jeunes entreprenants pour leur accompagnement dans la mise en place de petites unités industrielles. A cela vient s’ajouter l’implantation de  mini boulangeries d’un coût unitaire d’investissement de 1,5 millions francs Cfa. Cette boulangerie est la création d’un jeune sénégalais lauréat du Prix du Chef de l’Etat pour l’innovation.
A Kanel, le FONGIP va appuyer la mise en œuvre du programme de développement de « Kanel Emergent horizon 2035 » par l’accompagnement des jeunes des femmes et des producteurs dans tous les secteurs d’activités dominantes dans la localité. Il est prévu une rencontre entre le FONGIP et la commune de Kanel pour identifier des projets porteurs de croissance en vue de l’émergence du département. Une convention de refinancement a été egalement signée entre le FONGIP et la MEC Bamtaaré pour un montant de 25 millions. La mutuelle compte plus d’un millier d’adhérents et intervient en grande partie dans le financement des groupements de jeunes et de femmes. Il reste qu’à Matam, l’aquaculture reste une filière porteuse avec une forte valeur ajoutée. Le marché est prometteur, le poisson d’eau douce étant très prisé par les populations. La région de Matam a enregistré le financement de 9 tracteurs dans les départements de Matam et Kanel à hauteur de 144 millions pour 160 emplois directs. L’acquisition de 6 autres tracteurs et une batteuse moissonneuse vient d’être soumise à la garantie FONGIP par la Cncas pour 133 millions de francs. Conscient des enjeux et des défis à relever par son institution, l’Administrateur Général du FONGIP a souhaité qu’une intelligente articulation entre le FONGIP et les institutions financières soit de mise afin de porter le combat du développement tout en minimisant les risques pour un suivi post financement rapproché. C’est l’une des missions qu’il a assigned a ses opérateurs techniques réseaux (OTR).  
Lundi 19 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :