Deux personnes mortes de méningite à Kaolack


Deux personnes mortes de méningite à Kaolack

Les structures sanitaires de Kaolack (centre) ont enregistré deux morts sur la centaine de jeunes atteints de méningite et internés en l’espace de deux mois dans les centres hospitaliers de la capitale du Saloum, a appris le correspondant de l’APS auprès de la région médicale.

"Nous avons décelé depuis le début du mois de mars quelque 100 cas de méningite mais seuls deux décès sont à déplorer du fait du traitement efficace délivré par nos agents à tous les niveaux", a indiqué le médecin-chef de région, le docteur Malick Ndiaye.

"La première semaine a été très critique avec pas moins de 32 patients notamment des enfants accueillis dans les différentes structures sanitaires particulièrement le service de la pédiatrie de l’hôpital régional El Hadji Ibrahima Niasse", a-t-il estimé.

Toutefois, avec la réaction appropriée de nos agents, le nombre de cas enregistrés est allé décroissant passant par semaine de 27, 20 à 14 actuellement, a précisé le médecin-chef de région qui a salué la pertinence des dispositions prises par ses services pour juguler le mal.

"Aussitôt que nous avons compris, après analyse de laboratoire, qu’il s’agit de cas de méningite, nous avons mis en branle au niveau des districts des dispositions pour un accueil et un traitement diligents des malades et prôné une surveillance active", a relevé l’autorité médicale régionale.

L’inflammation des méninges, d’origine microbienne ou virale, est beaucoup plus fréquente chez les enfants que chez les adultes. Cette maladie est aujourd’hui maîtrisée et soignée par les structures de santé qui ont les médicaments utiles, a soutenu le docteur Ndiaye.

Cette maladie infectieuse et contagieuse qui se traduit par la raideur de la nuque, des céphalées, des vomissements et des troubles de conscience est de la sous-composante W 135 facilement guérissable et qui circule dans toute la sous région ouest-africaine, a dit le médecin, qui se veut rassurant quant à l’efficacité de sa prise en charge médicale.

Il refuse de parler à ce stade d’épidémie mais a relevé que cette maladie dont la propagation a été facilitée par les dernières pluies accompagnées de vents et de poussière fait l’objet d’une surveillance active qui a amené les services de la région médicale à demander aux tradipraticiens de référer tous cas de crise d’épilepsie aiguë qu’ils recevraient.

La méningite peut laisser des séquelles neurologiques telles la paralysie, la surdité et la perte de vision.
APS

Jeudi 5 Avril 2012




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016