DAKARACTU.COM

Désengorgement de Dakar : tabliers et garagistes se bouchent les oreilles


Désengorgement de Dakar : tabliers et garagistes se bouchent les oreilles
Des marchands tabliers et des garagistes de rue font la sourde oreille après l'annonce de la mesure du préfet de Dakar, Ibrahima Sakho, de dégager, à partir de mardi, des artères de la capitale, victimes en permanence de l'occupation irrégulière, ont constaté des reporters de l'APS, lundi.

Les opérations dites de "désengorgement" vont reprendre mardi, a annoncé M. Sakho qui a invité ‘’les propriétaires ou détenteurs des objets encombrants à respecter les sommations de libération des portions de la voie publique irrégulièrement occupées, servies par les sous-préfets’’.

Cette sommation concerne les axes suivants : Voie de dégagement nord (VDN), Boulevard Dial Diop, Axe Patte d’oie-Aéroport, Rocade Fann Bel-Air, Avenue Cheikh Ahmadou Bamba, Boulevard de l’Alternance, Deux-voies de Liberté 6, Avenue Blaise Diagne, Boulevard de la Gueule-Tapée, Avenue Roi Fahd Ben Abdel Aziz.

Les opérations de désencombrement touchent, dans la totalité du centre-ville et de l’arrondissement du Plateau, les autres dépendances de la voirie classée.

Amy, vendeuse de cacahuètes, installée sur la rue Jean Jaurès, n’envisage pas de cesser son activité mardi. ‘’Je viendrai demain matin pour faire mon petit commerce’’, déclare-t-elle, affirmant avoir été informée de la mesure par un agent de la préfecture.

‘’Je suis sur ce lieu depuis plus d’une trentaine d’années. Même mes enfants connaissent cet endroit. On ne peut pas venir un bon jour pour nous demander de quitter’’, se désole-t-elle.

Elle poursuit : ‘’De toutes les façons, même si on quitte les lieux, nous allons revenir dans deux jours pour nous réinstaller. Je quitte tous les jours Guédiawaye (banlieue de Dakar) pour venir ici et c’est avec ce travail que je nourris ma famille’’.

Non loin, d'elle, Abdoulaye Fall, horloger et vendeur de montres ne compte pas lui aussi se plier à la sommation préfectorale. ‘’Même si je n’ai pas de table, je mettrai mes articles dans le sac’’, annonce-t-il.

Il redoute des dérapages et invite les autorités à revenir sur leur décision. ‘’L’ancien régime avait initié cette opération de déguerpissement, ce qui avait contribué à sa chute. C’est ce qui risque d’arriver à l’actuel pouvoir’’, a-t-il affirmé. L'opération avait lieu le 21 novembre 2007 et la dernière alternance le 25 mars 2012.

‘’L'actuel Gouvernement parle de recasement, alors qu’il n’y rien de clair, ni sur les sites ni sur les modalités d'attribution. Si on avait les moyens, on n’allait pas rester sur la voie publique’’, poursuit-il.

Abdoulaye soutient qu'il appartient aux autorités d’organiser le secteur du commerce dans la ville de Dakar. ‘’Dans certains États, aux USA, les petits commerces existent et c’est bien organisé’’, dit-il.

Au marché Sandaga, Meïssa Saliou, vendeur d’art plastique, est également dans la même logique. ‘’Il est hors de question’’ de quitter le centre-ville pour s’installer dans d’autre sites éloignés, martèle-t-il. ‘’La clientèle, c'est au Plateau’’, selon lui.

Rencontré à la Gueule-Tapée, un jeune vendeur ne cache pas son inquiétude sur les conséquences éventuelles d’une telle mesure. Mamadou ne compte pas baisser les bras. ‘’Je ne vais pas dormir et rester inactif. Je ferai comme d’habitude, je ferai mon travail’’, affirme-t-il.

Sur l’Avenue Cheikh Ahmadou Bamba, Alassane avoue n’avoir pas encore reçu de sommation, à l’image de Bathie, trouvé dans son garage à la Gueule-Tapée.

Pour ce dernier, les trois quarts de la population s’activent dans le secteur informel, et les autorités étatiques doivent en tenir compte dans leur prise de décision. ‘’Je ne ferai ni grève de la faim, encore moins me battre, mais j'attends de pied ferme’’ l'application de la mesure, confie-t-il.

Ousseynou, alias "Bour Guéwel", fait de la réparation occasionnelle et il dit n’être pas inquiété par la mesure préfectorale. ‘’Je répare une voiture et la livre à son propriétaire le même jour. On n’a rien à me prendre dans la rue’’.
APS




Mardi 5 Février 2013
Notez


1.Posté par solution le 05/02/2013 11:34
VENTE DAPHRODISIAQUE TRES EFFICASSE CONTRE LA FAIBLESSE SEXUELLE ET LEJACULATION PRECOCE RESULTATS IMMEDIAT EXISTE EN GELULLE EN POUDRE OU EN SACHET LIVRAISON A DOMICILE EN TOUTE DISCRETION CONTACTEZ VITE LE 774736063

2.Posté par TECHNICIEN le 05/02/2013 13:21
Technicien en réseau informatique vous installe un réseau Wi-Fi,etendre la portée
de la couverture de votre wifi, dans votre maison ou même dans votre bureau.Vends des modems routeur Wi-Fi.
Vous propose également le referencement de votre site web pour plus de visibilité.
contact:
tel: 70 771 68 95
skype: tech.wifi
Email: refdakar@gmail.com

3.Posté par solution le 05/02/2013 21:06
VENTE DAPHRODISIAQUE TRES EFFICASSE CONTRE LA FAIBLESSE SEXUELLE ET LEJACULATION PRECOCE RESULTATS IMMEDIAT EXISTE EN GELULLE EN POUDRE OU EN SACHET LIVRAISON A DOMICILE EN TOUTE DISCRETION 24/24 CONTACTEZ VITE LE 774736063

4.Posté par Kholal le 06/02/2013 01:06
On ne peut construire un pays dans l'anarchie. Si l'état ne fait appliquer cette mesure c'est son autorité qui va en prendre un sacré coup. Ce qui existe au Sénégal est exceptionnel, c'est carrement du "je m'en foutisme". A mon humble avis, il faut commencer à sanctionner. Tous les autres pays sont entrain de nous dépasser. Ce qui est sûr c'est que le peuple applaudira de retrouver des rues avec des trottoirs sur lesquels on peut marcher sans s'inquitéter des voitures.
Monsieur le Prefet, nous sommes derriere vous. Bravo.

5.Posté par metzo le 07/02/2013 11:37
je salue vivement et respectueusement cet initiative du prefet de dakar, l'avenue cheikh ahmadou bamba soufre autant que les autres avenues.



Dans la même rubrique :
SALL CRASH !

SALL CRASH ! - 24/04/2014