Dernière minute: Pas question d'aller aux élections pour le mouvement "Y en a marre".


Dernière minute: Pas question d'aller aux élections pour le mouvement "Y en a marre".
DAKARACTU.COM  Le mouvement "Y en a Marre" n'est pas d'accord pour aller aux élections. Du moins, tant que Me Wade sera dans la course. Interrogé par la radio Zik.fm, Thiaat demande à l'opposition de continuer dans sa démarche. Sur le boycott de la présidentielle, Thiaat explique que si les leaders de l'opposition décident d'aller aux élections, ils n'auront plus rien à dire à Abdoulaye Wade car  ils feront du "wakh wakheet" comme le chef de l'Etat.
Jeudi 2 Février 2012




1.Posté par jb le 02/02/2012 12:59
DEUGGIT CAAT !!! Y EN A MARRE EST EN PHASE AVEC LE PEUPLE. QUE LE COMBAT CONTINUE!
LA VERITE TRIOMPHERA!

2.Posté par faama le 02/02/2012 13:04
AU SECOURS TOUBA ET TIVAOUANE IL FAUT NOUS LIBERER DE THIAAT DE FOU MALADE DE SIMON
COMME LE SENEGAL PEUT IL AVOIR COMME FAISEUR D OPINION DES RAPPEURS DES AGRESSEURS
DES FUMEURS DE JOINTS

3.Posté par justice le 02/02/2012 13:25
faama, nit dafay wakh lou am ndiarign...ces rappeurs don tu parle ont pri leur responsabilité de dénoncer linjustice, au contrair on doi se libérer de touba et de tivaoune ki laiss le chef de létat mettr en péril le pays san kil lui diz de se retirer....tenir ces genre de propo a de pareil momen, fai de toi un ennemi de la jeuness sénégalaise, mai oci un faibl despri...

4.Posté par free le 02/02/2012 13:30
Voilà ce qui arrive quand de haute personnalité décident de confier leur destinée à des voyous. Ils sont devenus otages de ces jeunes fumeurs de yamba qui perdent la lucidité à chaque instant. Mais il faut leur dire que le pays ne leur n’appartient pas.

5.Posté par cool le 02/02/2012 13:35
Ce ne sont pas ces jeunes de Y'EN A MARRE de décider pour des leaders. Nous seront aux élections. Donc nous vous avons utilisés a un moment donné maintenant restez tranquillement chez vous et laissez , nous, nous politiciens continuer notre combat

6.Posté par diambar le 02/02/2012 14:19
bien parlè Thiat

7.Posté par LA SENEGALAISE le 02/02/2012 14:23
Bonjour chere tous.
Ces jeunes de y'en a marre font de l'amalgame et plus aucune crédibilité à cause de ce qui viens de se passer avec Fou malade.Au lieu de chercher le chao pour ce pays,ils doivent plutot sensibiliser le Sénégal sur l'urgence de voter contre Wade.Si l'opposition était responsable,elle ne serait pas à ce jour éclatée en 13 candidatures.

8.Posté par Citoyen le 02/02/2012 14:30
Penser une seule seconde qu'après tout ce qui vient de se passer Wade va aller aux elections pour les perdre, c'est être d'une naivete complice. Surtout apres sa dernière declaration : "les dernières turbulences n'étaient qu'une legere brise".Quel mépris pour tous ces morts.
Pour qui connait Wade, il n'appelera jamais a aller a des elections s'il n'était pas sûr de les emporter. Car ni Wade, ni Karim, ni Ousmane Ngom ne sont suicidaires.
Les observateurs n'y verront que du feu comme en 2007 grace au fameux logiciel. Et le Conseil Constitutionnel sera prompt a valider sa victoire comme lettre a la poste.

9.Posté par BOY DJOLOF le 02/02/2012 14:37
SENEGAL COMMENCER NA YAKHOU
BANIOU COMMENCER DEGLOU CES FUMEURS DE YAMBA
CES IMPRODUCTIFS, LEK , POUP, DOKHANE AK TOKHE REK
MOY SEN AFFAIRE




10.Posté par Citoyen le 02/02/2012 14:45
Penser une seule seconde qu'après tout ce qui vient de se passer Wade va aller aux elections pour les perdre, c'est être d'une naivete complice. Surtout apres sa dernière declaration : "les dernières turbulences n'étaient qu'une legere brise".Quel mépris pour tous ces morts.
Pour qui connait Wade, il n'appelera jamais a aller a des elections s'il n'était pas sûr de les emporter. Car ni Wade, ni Karim, ni Ousmane Ngom ne sont suicidaires.
Les observateurs n'y verront que du feu comme en 2007 grace au fameux logiciel. Et le Conseil Constitutionnel sera prompt a valider sa victoire comme lettre a la poste.
La seule issue c'est de continuer les manifestations partout. Face a la revolte du Peuple et la pression internationale qui s'accentue, aucun regime ne tient (surtout pas un pays aussi dépendant que le Senegal). Des exemples recents nous l'ont montré.
L'erreur fatale pour les leaders d'opposition seraient de décider d'abandonner cette lutte pour aller battre campagne pour des élections ou : le juge est ce Conseil Constitutionnel qui a validé une candidature inconstitutionnelle, l'organisateur est celui la meme qui controle les forces de sécurité criminelles, et leur principal adversaire un homme qui n'a cure que des sénégalais soient assassinés (aussi lâchement). Si ces conditions leur paraissent acceptables, alors qu'ils aillent battre campagne comme des naifs, car décidément ils n'auront jusqu'au bout pas compris l'individu Abdoulaye Wade malgré ses agissements et ses propos.


11.Posté par NGAGNE le 02/02/2012 14:58
Qui sont les productifs,ceux ce qui détournent des ressources publiques ,qui roulent dans de grosses cylindrés,qui sont tirés à 4 épingles ,manipulateurs ,au verbe facile,arriviste en diable,qui suivent toujours la direction du vent ,transhumants par essence,moi je préfére ces gosses en guenille,fumeur de yamba comme tu dis ,mais entier,clean dans l'esprit et c'est çà l'essentiel l'esprit libre,critique que la société d'accaprement ne peut pas enfermé dans un camisole,qui s'investit au péril de sa vie pour une transformation positive de sa société.

12.Posté par BABA le 02/02/2012 17:03
Editorial DE EL WATANAN (ALGERIE)
Le Sénégal, un pays présenté à la majorité des Etats africains depuis Bruxelles et Washington comme un exemple à suivre en matière de démocratie durant les années 1990-2000, est aujourd’hui sur le chemin de la régression politique et de la violence par la faute d’un seul homme, Abdoulaye Wade, et de sa soif insatiable du pouvoir.
Plutôt que de contribuer à donner à l’Afrique un motif d’espoir et de fierté en passant le relais aux jeunes générations ainsi que l’avait d’ailleurs fait l’un de ses plus illustres prédécesseurs, Léopold Sedar Senghor, Abdoulaye Wade, bientôt 86 ans et dont le second mandat arrive à terme, a misé sur le choix absurde de s’accrocher au «trône», confirmant malheureusement les accusations portées contre lui par l’opposition lui ayant prêté l’intention de transformer le Sénégal en un royaume pour lui et ses proches.

Inutile de s’encombrer de précautions sémantiques : la décision de l’actuel chef de l’Etat sénégalais de fouler aux pieds la Constitution de son pays pour pouvoir se représenter pour la troisième fois consécutive à l’élection présidentielle (elle aura lieu le 26 février prochain) – et cela après avoir exercé le pouvoir durant 11 ans – efface non seulement d’un simple trait de crayon son combat pour la démocratie mais fait de lui un autocrate. Oui, Wade est, tout compte fait, un dictateur du même acabit que Zine El Abidine Ben Ali ou Hosni Moubarak, qui ont fait honte à leur peuple et au continent.
La cause est entendue : qu’il soit réélu ou non, Abdoulaye Wade n’aura pas la chance et le privilège d’écrire ou d’entrer dans l’histoire de l’Afrique comme se l’étaient mis à l’espérer les Sénégalais au lendemain de son arrivée au pouvoir, en 2000. Pas plus qu’il ne sera le Mandela ou le Thabo Mbeke de l’Afrique de l’Ouest. A l’instar de Ben Ali et de Moubarak, il en est au contraire déjà sorti par la petite porte réservée aux despotes.

Le temps a fini par prouver que le chef de l’Etat sénégalais – qui avait cru un moment incarner la conscience de l’Afrique – ne valait par ailleurs pas mieux que le leader libyen Mouammar El Gueddafi qu’il pressait instamment, au mois de mai dernier, de lâcher les rênes du pouvoir et d’aller dans le sens des aspirations de son peuple. Aujourd’hui, pareil conseil pourrait lui être prodigué. Le problème est que tout le monde sait que Abdoulaye Wade, comme tous les dictateurs, n’a cure des appels à la raison car estimant être investi d’une sorte de mission messianique. Présentement, Wade ne les entend pas. Grisé par l’ivresse du pouvoir, le chef de l’Etat sénégalais doit être, à l’heure qu’il est, persuadé que la rue sénégalaise finira par capituler. Cela durera jusqu’à ce qu’un beau matin, ses geôliers viendront le tirer du fond de sa cellule lugubre et le traîneront à la barre pour rendre des comptes. Car comme tous les mauvais élèves, les autocrates oublient trop souvent que les peuples finissent toujours par prendre le dessus sur leurs oppresseurs.

Zine Cherfaoui

13.Posté par Moustafa mbaye le 02/02/2012 17:10
Je recommande aux autres leaders de boycotter et de laisser Tanor et Niasse seuls se présenter étant donné qu'ils sont de la même génération que wade, c'est leurs dernieres cartes. Et les sénégalais qui voudront sanctionner le régime voteront pour ses deux et comme cela au 2éme tour le second votera pour le premier. Idy, Macky, Gadio et consorts doivent boycotter et laisser seulement Tanor et Niasse y aller comme cela on dira qu'il y a des gens qui ont été pour et d'autres contres!

14.Posté par joe_$$ le 02/02/2012 17:13
Mais si on boycotte ces elections, le PDS et Wade ne vont pas se gener pr y aller seul. les gagner et regouverner 7 longues annees encore
Alors que faire ????

15.Posté par Koldois le 02/02/2012 17:26
Voila l'attente du peuple. Pas d'élections avec wade! Y'en a marre.

16.Posté par sylla le 02/02/2012 19:35
s il vous plais ses fou de y,en a mare nous ammerde wade ira aux elections pour gagner haut la main merci

17.Posté par Babsku le 02/02/2012 19:49
on au boycott mais votons contre ce vampire affamé du pouvoir je veux parlé du dictateur wade ;(

18.Posté par Boubs le 02/02/2012 19:50
Ils y'a des gens qui sont payés par Wade et son rejeton ( avec l'argent public ) pour polluer la toile. Vous pensez que des personnes avec un peu de cervelle confieraient leur boutique à un vieillard de 86 ans hors TVA.

19.Posté par uman le 02/02/2012 20:19
Des élections sans Wade!



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016