Dernière minute: Ibrahima Fall et les yenamarristes à la Place de l'Indépendance. Idrissa Seck gazé après être passé devant le palais


Samedi 18 Février 2012




1.Posté par Patriote le 18/02/2012 21:02
Ibrahima Fall; voilà un homme qui, aprés avoir pris sa retraite veut installer notre cher Senegal naguère connu pour sa stabilité dans le chaos. Derrière son calme, se cache un homme d'une incrédulité incalculable, c'est vraiment un hypocrite. La ville de Tivaouane n'a jamais connu de perturbations de cette nature depuis sa création et à cause de lui et de lui seulement que les populations de la ville sainte ont osé défier la tranquilité qui a toujours régné dans l'esplanade des mosquées. Ces jeunes sont allés jusqu'à lancer des pierres dans la maison de Serigne Babacar SY (RTA). Les jeunes de Tivaouane ne l'ont jamais ni ni entendu ni vu. Donc ce n'est pas aujourd'hui qu'il est candidat à la présidentielle, qu'il en profite pour réveiller les démons de la division avec ses pratiques sataniques. Mais je vous assure que ce sera un geste qu'il regrettera amèrement durant le restant de sa vie.

2.Posté par TANOR le 18/02/2012 22:21
MAM… NOUS DIS::
Ne brulez pas notre pays, le conseil constitutionnel a tranché alors ........ au travail.
Depuis la décision du conseil constitutionnel de valider la candidature de Wade chacun s'érige en constitutionnaliste et y va avec ses commentaires, certains en arrivent même à appeler à la violence – à l'insurrection et à la confrontation sur le terrain.

Il faut dire que c'est quand même bien facile de caler ''ses fesses'' dans son fauteuil en occident, loin du Sénégal, et jouer au pyromane.

Le perdant dans toute cette tragédie – cette comédie – cette mascarade n'est autre que le Sénégal et le peuple Sénégalais dans l'écrasante majorité, jusqu'à quand serons nous obligés de subir les caprices d'une part et la surenchère d'autre part des hommes politiques ?

Posez vous la question à savoir, pourquoi aucun des partis politiques (pouvoir comme opposition) et autres mouvements de tout bord n'arrivent à mobiliser plus de 50 000 personnes dans une ville comme Dakar peuplée quand même de 3 000 000 d'habitants.

Ça en dit long sur le ras le bol de la majorité des concitoyens d'être pris en otage.


Aucun candidat à l'élection présidentielle ne peut être gagnant dans cette situation de tension et de chaos généralisé.

Nous vivons dans une république et le conseil constitutionnel, seul organe habilité à trancher sur la question de la recevabilité des candidatures, a donné son verdict, alors que chacun se conforme à cette décision et commence dés à présent sa campagne.

Apprenons à faire la différence entre notre souhait et la réalité, si nous avons été nombreux à souhaiter que le conseil constitutionnel invalide la candidature de Wade ou que ce dernier ait la sagesse de se retirer de son propre gré, il en a été décidé autrement.

La faute à qui ?

on ne peut pas reprocher au conseil constitutionnel d'avoir rejeté la candidature de Youssou Ndour , celui ci ne doit s'en prendre qu'à lui même car il existe plus de 150 partis politiques légalement constitués au Sénégal et c'était à porter de main que de demander à l'un d'entre eux de parrainer sa candidature.

On ne peut pas non plus reprocher au conseil constitutionnel d'avoir donné sa propre interprétation de l'esprit de la constitution de 2001 sur le prince de ''non rétroactivité'', nous aurions dû être beaucoup plus regardant avant d'adopter par référendum la constitution de 2001 dans l'euphorie collective.

Alors :

que les pseudos intellectuels pyromanes arrêtent leurs analyses incendiaires
que le pouvoir en place organise des élections transparentes
que l'opposition se mette dés à présent au travail, qu'elle unisse ses forces pour avoir des représentants dans tous les bureaux de vote de Sénégal afin qu'aucune fraude ne puisse être réalisée : c'est bien possible et à portée de main !!

En 2000 le parti socialiste, fort de 40ans de règne absolu sur le pays, était beaucoup plus puissant – plus organisé et plus implanté que le pouvoir en place et pourtant...et pourtant...et pourtant il a été déboulonné lorsque le peuple Sénégalais en a eu marre.
Le seul combat qui vaille aujourd'hui :

c'est de commencer dés à présent à parcourir toutes les régions – villes – villages et hameaux que compte le Sénégal afin de convaincre les électeurs de la nécessité d'un changement.

C'est d'être vigilant et de mobiliser massivement des observateurs dans tous les bureaux de vote comme ce fut le cas en 2000.

Wade ne pesait que 55% des voix en 2007, entre temps sa côte de popularité a drastiquement baissé et un second tour sera de fait obligatoire alors mettez vous au travail …....et maintenant !! ne remettons plus le boycott de 2007 qui a permis au pouvoir en place de rafler ''toutes'' les sièges à l'assemblée nationale ce qui par ailleurs a été à l'origine du passage sans obstacle de la loi de 2008 portant modification de la durée du mandat du président de la république...


1- ne brulez pas notre pays et ne sacrifiez pas les enfants d'autrui pendant que les vôtres sont vautrés dans vos salons.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016