Depuis Versailles, Me Abdoulaye Wade lance ce message à son fils Karim/ "Tu n'as rien à te reprocher, donc tu n'a pas à t'en faire!'


Depuis Versailles, Me Abdoulaye Wade lance ce message à son fils Karim/ "Tu n'as rien à te reprocher, donc tu n'a pas à t'en faire!'
DAKARACTU.COM Ce sont nos confrères de Jeune Afrique qui vendent la mèche. En effet, dans leur dernière livraison parcourue par Dakaractu, JA consacre un dossier spécial Sénégal intitulé en gras "L'affaire Wade".
C'est ainsi que, sous la plume de notre confrère Mehdi Bâ, il est relaté que Me Wade aurait lancé à son fils, actuellement en détention préventive, "tu n'as rien à te reprocher, donc tu n'as pas à t'en faire!". C'était au téléphone, au lendemain de la mise en demeure de son fils. Et Abdoulaye Wade de poursuivre : "à mon époque, ils auraient invoqué une atteinte à la sûreté de l'Etat..." Cent commentaires!
Dakaractu2




Mardi 23 Avril 2013
Notez


1.Posté par boks le 23/04/2013 11:09
Il réclame 350000 € à l’ex-président sénégalais

Durant dix ans, la société Accompagnement Service a loué des voitures à la famille Wade. Aujourd’hui, les factures ne sont plus réglées.


Cécile Beaulieu | Publié le 22.04.2013, 05h03










Rue Lauriston (XVIe), vendredi. Olivier Marqueze-Pouey, le gérant de la société de voitures avec chauffeurs Accompagnement Service, ici avec la voiture présidentielle de l’ex-chef d’Etat africain, qui lui en avait confié la garde. | (LP/C.B.)


3 réactionsRéagir




Finances exsangues, employés licenciés : la société de location de voitures de luxe avec chauffeur Accompagnement Service est en passe de mettre la clé sous la porte. Au mois de juin, elle pourrait même rendre ses locaux de la rue Lauriston (XVIe), à deux pas de l’Arc de Triomphe. Ce revers de fortune, le gérant, Olivier Marqueze-Pouey, l’attribue à un homme : Abdoulaye Wade, l’ex-président du Sénégal, qui aurait laissé à la société une ardoise de près de 350000 €.









Une dette que ni les mises en demeure ni les courriers recommandés n’ont permis de solder. De guerre lasse, Olivier Marqueze-Pouey s’est tourné le 9 avril dernier vers le tribunal de Versailles pour tenter d’obtenir d’un juge une injonction de payer. Une demande restée pour l’heure sans réponse. Dans l’attente, le gérant enchaîne les entretiens de licenciements : impossible de garder ses cinq chauffeurs, alors que lui-même ne se verse plus de salaire.

Pourtant, il accordait une entière confiance à la famille Wade depuis plus d’une décennie. « Je connais l’ex-président depuis l’année 2000. A l’époque, je travaillais dans une société de location de voitures des Hauts-de-Seine et lorsque j’ai créé ma propre entreprise, en 2003, en y mettant toutes mes économies, les Wade étaient mes principaux clients. Ils représentaient la moitié de mon chiffre d’affaires. »

Durant des années, Olivier Marqueze-Pouey se tient à la disposition du chef d’Etat lors de chacune de ses nombreuses visites à Paris : il fait office de chauffeur particulier pour Abdoulaye Wade, au volant de la Mercedes Classe S personnelle de l’ex-président, estampillée « corps diplomatique » et met à la disposition de son épouse, de ses deux enfants, Karim* et Sindiély, des gardes du corps et du personnel de la famille, de luxueux véhicules avec chauffeurs pour leurs différents déplacements. « Les factures étaient réglées parfois avec des mois de retard par la présidence du Sénégal, mais elles l’étaient, soutient-il. Et j’entretenais des relations très privilégiées avec le président. Tout se passait bien. »

Jusqu’au mois de mars 2012 : à 85 ans, Abdoulaye Wade, « le Gorgui » (le Vieux), qui se sera accroché au pouvoir jusqu’au dernier instant, est démocratiquement battu aux élections par son adversaire Macky Sall, sur fond d’émeutes. Le pays ne veut plus de celui qui présidait depuis douze ans à la destinée du Sénégal. Le début des ennuis pour Olivier Marqueze-Pouey. Le contrat exclusif qui le liait à l’ex-président désormais simple citoyen est rompu, mais Abdoulaye Wade fait toujours appel à lui lors de ses séjours dans la capitale qu’il passe désormais au palace Shangri-La, ou au George V, et non plus dans la résidence de l’ambassadeur du Sénégal à Paris.

Puis, au mois d’août, l’ex-président s’installe dans la maison de son épouse française, Viviane, à Versailles (Yvelines), où il se trouve toujours. « C’est entre l’été et le mois de décembre que les factures impayées se sont accumulées, souligne le gérant d’Accompagnement Service. Je suis allé le voir à plusieurs reprises à Versailles, mais il affirme ne pas pouvoir me payer… Ou promet, sans donner suite, qu’il va me régler. C’est désespérant. » Désormais seul dans ses locaux de la rue Lauriston, Olivier Marqueze-Pouey veille sur la Mercedes présidentielle qu’Abdoulaye Wade lui avait confiée en garde. Il ne la lui a pas réclamée…
* La justice sénégalaise a placé en détention lundi Karim Wade à Dakar. Elle le soupçonne d’avoir détourné plus d’1 Md€ sous la présidence de son père, dans l’affaire dite des biens mal acquis..


Le Parisien

2.Posté par piso le 23/04/2013 11:41
Ce qu il a fait avec idy.

3.Posté par syster le 23/04/2013 11:57
Ben oui Il n´a rien à se reprocher . Tout est ta faute !

4.Posté par le big le 23/04/2013 13:11
pabi mo yaabaatéé koi!!!

5.Posté par lol le 23/04/2013 13:27
sans commentaire, et pas cent commentaires...;-)))

6.Posté par audio le 23/04/2013 13:44
APR: Alliance Pour la Revanche !

APR: Alliance Pour la Revanche !


7.Posté par illogisme le 23/04/2013 15:32
si Karim avait planqué autant de milliards est-ce cette petite dette existerait
je commence à croire en l'innocence de Karim ce n'est pas possible
350 000 € par rapport à 1 milliard d'euros, c'est des miettes

8.Posté par impossible le 23/04/2013 15:46
non Karim deu gnou ko ko djigne so, parce que c'est impossible
0,035% de son patrimoine c'est ce que représente la dette de son père envers cette societé
meunoule néke

9.Posté par l le 23/04/2013 19:59
quel gros menteur. C'est honteux pour quelqu'un de plus de 90 ans

10.Posté par guissé le 27/04/2013 20:50
Karim Wade ne doit pas être emprisonné pour deux raisons :
1. Si Karim Wade est responsable de ce qu’on lui reproche ça veut dire qu’il est le deuxième pourvoyeur d’emploi dans ce pays après l’Etat du Sénégal. DP World et AHS font à elles seules plus d’un millier d’emplois directs et indirects créant de la richesse dans le pays et faisant vivre des milliers et des milliers de Sénégalais. Car « il aurait investit dans le pays ce qu’il aurait pris ». Une telle personne qui ait pu réunir toute cette richesse au vu et au su de toute l’administration et les structures de contrôle de l’Etat on doit le protéger pour bénéficier de son expertise et de son savoir faire. Ce qui donne raison à son père qui disait que « mon fils est le plus intelligent de tous ». Si Moustapha Niasse qui dit qu’il gagne 5 milliards par an, Maky Sall milliardaire d’après sa déclaration de patrimoine, Ousmane Tanor Dieng, Idrissa Seck, Aminata Tall, Aminata Mbengue Ndiaye, Khalifa Sall … la liste n’est pas exhaustive et tous ces fonctionnaires et anciens fonctionnaires, ministres et anciens ministres que Abdou Diouf ancien Président disait « je sais que vous avez des milliards à l’étranger ramenez les » avaient fait comme Karim Wade en investissant ce qu’il aurait pris dans le pays, le Sénégal serait un pays développé aujourd’hui.
2. La deuxième raison c’est que jusqu’à présent on ne nous a pas encore montré les preuves de la détention préventive de Karim Wade actuellement. Car tout ce qu’on lui reproche ce sont des sociétés qu’on lui attribue dont il réfute la propriété. Si on nous disait que Karim Wade possède des immeubles des châteaux des hôtels des maisons et des comptes bancaires bourrés de milliards dans des capitales européennes ou Américaines on aurait pu comprendre, mais rien de tout cela n’existe. En plus la procédure utilisée par la CREI (Cour de Répression de l’Enrichissement illicite) qui est anticonstitutionnelle, qui n’existe dans aucun pays au monde et qui est contestée par toutes les personnes soucieuses du respect des droits de l’homme car violant la présomption d’innocence en inversant la charge de la preuve, ne me parait pas transparente vu la célérité avec laquelle le Procureur très spécial a épluché les 3000 pages de réponses des avocats de Karim Wade et son arrestation très rapide. Tout ceci laisse penser de façon certaine de la politique politicienne dans cette affaire visant à abattre un potentiel adversaire en 2017. En outre la CREI n’est pas compétente pour juger Karim Wade d’après l’article 101 de la constitution. Le substitut du Procureur spécial nous invoque le délit instantané alors qu’à cet instant il n’y a pas de délit. Tout ceci n’est que subterfuge qui prouve encore une fois que ce dossier est entièrement politique.
Au total cette CREI est à mon avis un organe de vengeance politique pernicieux qui peut être utilisé par tout pouvoir contre ses prédécesseurs. Et si on y prend garde le Sénégal peut se trouver dans un cycle de vengeance continu qui peut compromettre la stabilité du pays. C’est pourquoi il faut la supprimer, libérer Karim Wade et le faire poursuivre par la Haute Cour de justice seule organe habilité à le juger s’il a commis des infractions dans l’exercice de ses fonctions en tant que Ministre.
La force d’un Président se mesure à l’aune de ses capacités à résoudre les problèmes de son peuple de respecter ses engagements, de respecter la constitution et de la faire respecter.

Khadim Guissé : DUT Génie Electrique, Licence Génie Energie Renouvelable à HLM Rufisque



11.Posté par guissé le 27/04/2013 20:53
Karim Wade ne doit pas être emprisonné pour deux raisons :
1. Si Karim Wade est responsable de ce qu’on lui reproche ça veut dire qu’il est le deuxième pourvoyeur d’emploi dans ce pays après l’Etat du Sénégal. DP World et AHS font à elles seules plus d’un millier d’emplois directs et indirects créant de la richesse dans le pays et faisant vivre des milliers et des milliers de Sénégalais. Car « il aurait investit dans le pays ce qu’il aurait pris ». Une telle personne qui ait pu réunir toute cette richesse au vu et au su de toute l’administration et les structures de contrôle de l’Etat on doit le protéger pour bénéficier de son expertise et de son savoir faire. Ce qui donne raison à son père qui disait que « mon fils est le plus intelligent de tous ». Si Moustapha Niasse qui dit qu’il gagne 5 milliards par an, Maky Sall milliardaire d’après sa déclaration de patrimoine, Ousmane Tanor Dieng, Idrissa Seck, Aminata Tall, Aminata Mbengue Ndiaye, Khalifa Sall … la liste n’est pas exhaustive et tous ces fonctionnaires et anciens fonctionnaires, ministres et anciens ministres que Abdou Diouf ancien Président disait « je sais que vous avez des milliards à l’étranger ramenez les » avaient fait comme Karim Wade en investissant ce qu’il aurait pris dans le pays, le Sénégal serait un pays développé aujourd’hui.
2. La deuxième raison c’est que jusqu’à présent on ne nous a pas encore montré les preuves de la détention préventive de Karim Wade actuellement. Car tout ce qu’on lui reproche ce sont des sociétés qu’on lui attribue dont il réfute la propriété. Si on nous disait que Karim Wade possède des immeubles des châteaux des hôtels des maisons et des comptes bancaires bourrés de milliards dans des capitales européennes ou Américaines on aurait pu comprendre, mais rien de tout cela n’existe. En plus la procédure utilisée par la CREI (Cour de Répression de l’Enrichissement illicite) qui est anticonstitutionnelle, qui n’existe dans aucun pays au monde et qui est contestée par toutes les personnes soucieuses du respect des droits de l’homme car violant la présomption d’innocence en inversant la charge de la preuve, ne me parait pas transparente vu la célérité avec laquelle le Procureur très spécial a épluché les 3000 pages de réponses des avocats de Karim Wade et son arrestation très rapide. Tout ceci laisse penser de façon certaine de la politique politicienne dans cette affaire visant à abattre un potentiel adversaire en 2017. En outre la CREI n’est pas compétente pour juger Karim Wade d’après l’article 101 de la constitution. Le substitut du Procureur spécial nous invoque le délit instantané alors qu’à cet instant il n’y a pas de délit. Tout ceci n’est que subterfuge qui prouve encore une fois que ce dossier est entièrement politique.
Au total cette CREI est à mon avis un organe de vengeance politique pernicieux qui peut être utilisé par tout pouvoir contre ses prédécesseurs. Et si on y prend garde le Sénégal peut se trouver dans un cycle de vengeance continu qui peut compromettre la stabilité du pays. C’est pourquoi il faut la supprimer, libérer Karim Wade et le faire poursuivre par la Haute Cour de justice seule organe habilité à le juger s’il a commis des infractions dans l’exercice de ses fonctions en tant que Ministre.
La force d’un Président se mesure à l’aune de ses capacités à résoudre les problèmes de son peuple de respecter ses engagements, de respecter la constitution et de la faire respecter.

Khadim Guissé : DUT Génie Electrique, Licence Génie Energie Renouvelable à HLM Rufisque



Dans la même rubrique :