Démission de Thierno Bocoum, de l’empressement ou de la responsabilité ?


J’ai appris que Thierno Bocoum le dernier bouclier de Idrissa Seck, l’homme qui le défendait à la moindre provocation vient de quitter le Rewmi. 

Je suis un jeune cadre sénégalais établi au Canada.  

J’ai toujours pensé que Thierno fera partie des leaders qui feront le Sénégal de demain.

Cependant cette décision surprise m’a vraiment interpellé et je me suis posais la question à savoir si Thierno Bocoum n’était pas trop pressé ? 

Je me suis aussi posé la question que certaines personnes se posent déjà de savoir s’il ne va pas faire comme les autres et rejoindre le camp du pouvoir afin de négocier un poste de ministre. 

Après lecture de sa lettre adressée au sénégalais, j’ai été rassuré.

Ce qui m’a le plus interpellé c’est son appel à une alternance générationnelle. L’acte relève de la responsabilité. 

Personnellement, je ne souhaite pas faire de la politique. 

Je pense que les jeunes devraient plutôt penser à être des entrepreneurs. 

En tant que jeune, nous ne devons plus rien attendre des autres.  

Nous devons prendre nos responsabilités pour réussir nos vies dans l’entreprenariat.

Le développement de notre pays se fera que par des jeunes qui vont créer des entreprises et par conséquent créer des emplois.

Que l’état du Sénégal fasse son boulot ou non, chaque jeune doit prendre ses responsabilités et conduire sa vie vers le succès.

Seulement, je constate avec amertume que nos Etats en Afrique ne se limitent plus à ne pas faire le boulot mais ils cassent tout espoir de développement avec des pratiques malsaines qui pervertissent la jeunesse. 

J’avais vraiment perdu tout espoir au vue des pratiques actuelles. 


C’est pourquoi l’acte de Thierno m’a beaucoup interpellé. 

Pour que les jeunes trouvent un environnement propice afin de devenir les futurs industriels qui vont enrichir le pays, il nous faudra avoir un pouvoir politique responsable et ambitieux.

Un pouvoir qui comprend que le plus grand trésor du pays reste l’énergie et la créativité de la jeunesse. 

Un pouvoir qui comprend les enjeux du monde. 

Quand je voyais les ministres de la jeunesse du régime actuel, je comprenais bien que la jeunesse n’était pas la préoccupation première de Macky Sall. 

J’ai toujours eu mal quand je vois les jeunes de mon pays se battre derrière des leaders qui sont dans de vieux schémas politiques.


Je pense que l’acte de Thierno Bocoum relève d’une responsabilité historique . 


Voilà ce que j’ai vu après lecture de la lettre de monsieur Bocoum. 


L’espoir d’un sursaut de fierté est permis.

Un sursaut pour mettre en marche la machine qui apportera le développement dans notre pays.

En tout cas personnellement, je prie fort pour que l’alternance générationnelle promise dans  sa lettre réussisse.

En ce moment-là, je crois que beaucoup de sénégalais de la diaspora reviendront au pays non pas pour faire de la politique mais pour devenir des entrepreneurs, des industriels et les capitaines d’industries.


Antoine Diémé  
Cadre sénégalais au Canada
antoinedieme221@gmail.com
Vendredi 6 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :