Délivrance de visas vers la France en 2015 : 11 850 visas refusés et plus de 26.000 délivrés


Son Excellence, l’Ambassadeur de France au Sénégal, M. Jean Félix-Paganon, et le Consul général de France à Dakar, M. Olivier Serot Almeras, en conférence de presse cet après-midi, ont fait le bilan sur la délivrance des visas en 2015 et les perspectives pour 2016.
L’ambassadeur Français a relevé concernant le volume des dossiers traités, qu’il y  a une augmentation très substantielle de ces dossiers qui se portent « à 37 850 demandes traitées en 2015 soit une hausse de 16% par rapport en 2014 ou encore une augmentation en nombre de l’ordre de 5 000 dossiers ».
 Ce chiffre témoigne du fait, selon Mr Paganon, que le public sénégalais a perçu que les services se sont améliorés.
Le taux de délivrance globale n’a jamais été aussi élevé, ajoutera t-il et il excède 70%. 
« Et c’est 71% en 2015. Notre taux de délivrance est le plus élevé de tous nos partenaires et le taux de refus de pays comparable à la France se situe entre 50 et 90% ; nous sommes  à un taux inférieur à 30%. Nous avons le meilleur taux de délivrance de visas ici à Dakar. Nous sommes aussi le poste consulaire qui délivre le plus grand nombre de visas en nombre et en pourcentage, 10 à 15% de plus que la Côte d’Ivoire qui est deux fois plus peuplée que le Sénégal ».
Le total des visas délivrés est de 26.000 pour 2015 avec 20.555 visas Schengen court séjour délivrés et parmi lesquels il y a un tiers de visas de circulation avec une validité pouvant aller jusqu'à 5 ans révélera le diplomate.
Les 29% de visas refusés cependant ne concernent que des dossiers qui ne peuvent objectivement passer pour « des critères simples de dossiers incomplets, fraude documentaire, usurpation d’identité ou un mensonge délibéré sur l’objectif du voyage », dira JF Paganon.
Qui dira le souhait que toute demande qui répond aux exigences minimales se traduisent par la délivrance du visa et dans des délais extrêmement courts.
« Le doute bénéficie aux demandeurs. Ne recourez pas à des officines et des intermédiaires qui ne vous accordent aucune garantie de délivrance »
Sur la question des fraudes considérées comme un délit par l’ambassadeur, ce dernier rappelle que c’est une faute grave, puisque animée par un désir de tromper le consulat. Les conséquences sont graves et cela se traduit par une interdiction de visa de 60 mois.
Les objectifs, « sans déroger à la rigueur dont nous devons faire preuve », dira l’ambassadeur, sont d’atteindre « un taux excédent les 35% pour 2016 »
Jeudi 11 Février 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :