Décryptage- Vidéo : Shekau vise à convaincre de son ancrage dans le salafisme « orthodoxe » et le djihadisme classique pour nouer des alliances

La réapparition d’Abubakar Shekau après des supputations sur sa santé voire sa mort s’est faite dans un contexte où son leadership est contesté et où il semble manquer de contrôle sur l’ensemble du mouvement Boko Haram.


Décryptage- Vidéo : Shekau vise à convaincre de son ancrage dans le salafisme « orthodoxe » et le djihadisme classique pour nouer des alliances
La scission est de fait depuis quelque mois avec d’un côté un groupe cerné voir encerclé aux alentours de Sambisa et de l’autre, une nébuleuse  qui s’est redéployée autour du bassin du Lac Tchad inquiétant les pays voisins du Nigéria. L’annonce de l’entrée en scène d’Al-Barnâwi dont la vraie identité est encore incertaine malgré le choix que semble porter sur lui le Groupe EI a changé la donne.
C’est un Shekau en forme, moins agité au début de son discours avec un décor mettant en valeur la présence d’une pile d’ouvrages classiques pour faire preuve d’orthodoxie après qu’il a été pendant longtemps rejeté pour ses excès et comportements qui lui ont valu d’être snobé par Daech malgré son allégeance de 2014.
En même temps, son discours est ponctué de références à Ibn Taymiyya, Tahhâwî, Mohammed Ibn Abdel Wahhab, Ibn Qayyim al-Jawziyya, bref tous les ténors du courant hanbalite comme pour faire des clins d’œil à Daech et aux mouvements salafistes. Son discours rassembleur est celui d’une quête d’alliances et sortir de son isolement.
Sur un ton de démenti par rapport aux rumeurs sur sa santé, Abubakar Sheakau s’est encore attaqué à l’Etat nigérian mais aussi aux autres dirigeants de l’Afrique de l’Ouest qu’il qualifie de « Tawâghît » pluriel de « Tâghût », faisant référence à « ceux qui se sont, de manière rebelle, soustraits à l’autorité de Dieu » ou qui voudraient se référer à des lois « non divines ».
Dans un discours faisant la part belle aux références religieuses classiques du hanbalisme et du salafisme classique, Shekau a durci le ton contre le Président Buhari et les dirigeants de la région comme de l’Occident sans oublier de lancer un message de ralliement à tous les « Moujahidines » à travers le monde (Fî Kulli Makân).
Allégeance renouvelée à l’Etat islamique ou stratégies de jonction avec les autres mouvements terroristes de la région ?
Nous reviendrons sur les autres aspects de cet enregistrement riche en données et rebondissements aux enjeux importants pour l’avenir du djihadisme dans la région.
Analyse : Bakary Sambe (Timbuktu Institute)
Lundi 26 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :