Déclaration du Comité Directeur du P.D.S tenu le mercredi 24 février 2016


 

Le Parti Démocratique Sénégalais se félicite de la réponse unanimement positive à l’appel qu’il avait lancé aux partis politiques, aux syndicats, aux associations de la société civile, aux hommes et femmes de tous horizons, aux intellectuels et à tous les démocrates de se retrouver pour, ensemble, apporter la réponse du peuple au reniement par le chef de l’Etat de son engagement devant le peuple et la communauté internationale et à sa tentative de remettre en cause les acquis démocratiques de notre peuple, de jeter les bases de dislocation de notre nation et d’obtenir un blanc seing à moindre frais afin de dérouler son projet macabre de faire du Sénégal une dynastie.

 

Tous ceux qui ont répondu à cet appel ont, d’ores et déjà, rejeté le référendum que Macky Sall leur impose, et qui ne répond à aucune de leurs préoccupations. L'opacité de la démarche et de la mise en œuvre précipitée du projet de référendum cachent une manœuvre machiavélique pour rester au pouvoir en évitant la sanction populaire qui se profile à l'horizon 2017.

 

Par conséquent le Pds, tout en laissant le dernier mot aux alliés, considère que 2017 est la date limite du mandat actuel du Président de la République qui devrait quitter le pouvoir si le peuple souverain rejette son référendum par un NON.

 

C'est pourquoi, le Comité Directeur engage le Pds pour la mise en place d’un large Front du « non » afin de sanctionner un Président de la république qui a trahi ses mandants en revenant sur ses engagements et en reniant sa parole.

 

Le Parti Démocratique Sénégalais appelle tous les citoyens à se mobiliser massivement le 20 mars 2016 pour opposer un NON ferme et historique au référendum de Macky SALL qui se révèle n’être qu’une simple escroquerie politicienne.

 

Il demande aux électeurs, non seulement de voter NON mais de protéger leur vote contre toutes les tentatives de détournement de leurs suffrages par le bourrage des urnes, la fraude, l'achat des consciences et l’intimidation.

 

Fait à Dakar, le 24 février 2016

Le Comité Directeur du PDS

Mercredi 24 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par louly le 24/02/2016 22:40
ant la nation sénégalaise qui l’attendait sur les principes, les valeurs, la transparence et la bonne gouvernance, le chef de l’état, Monsieur Macky SALL, a manqué à son devoir tant il a renié ses engagements et revenu sur la parole donnée au peuple et au monde entier et qui lui avait permis de recueillir, mais indument, les hommages sincères de présidents de pays amis.

Par les reniements de son Président, notre pays est déconsidéré alors que notre démocratie et nos gouvernants étaient partout donnés en exemple.

Le chef de l’état, qui s’est fait le porte parole du conseil constitutionnel en annonçant et publiant son avis, a tenté à dessein de faire passer un simple avis qui doit être recueilli pour une décision que personne n’a sollicitée et que le conseil n’avait le pouvoir de prendre.

Le refus de soumettre au peuple, seul détenteur de la souveraineté, la question relative à la réduction de la durée du mandat du président de la république et son application au mandat en cours enlève toute pertinence au référendum annoncé qui coutera très cher pour ce qui apparaît comme une tentative d’obtenir un plébiscite à moindre frais.

Le Parti Démocratique Sénégalais dénonce les manœuvres politiciennes et l’instrumentalisation de nos institutions dans l’unique but de contourner la volonté du peuple de sanctionner ceux qui ont précipité notre pays dans une indicible pauvreté et qui gouvernent dans l’opacité et l’affairisme.

Le peuple ne peut être diverti par un référendum sans intérêt dont la date n’est choisie que pour des raisons de manœuvres politiciennes à un moment où une partie importante de la communauté religieuse de notre pays est concentrée dans la foi du carême et du dimanche des rameaux.

Comment peut-on, en effet, prétendre renforcer la bonne gouvernance, consolider l’état de droit et la démocratie en refusant de respecter les décisions de juridictions internationales et d’appliquer les avis du groupe de travail des nations unies sur la détention arbitraire ?

Comment peut-on prétendre élargir les libertés fondamentales alors que le candidat que notre parti, principal parti du pays, s’est choisi pour le représenter à l’élection présidentielle qui était prévue en 2017 reste un otage entre les mains d’un oppresseur qui n’a pas de parole et qui veut se faufiler jusqu’en 2019 ?

Le Parti Démocratique Sénégalais met d’ores et déjà en garde le chef de l’état et son gouvernement contre toute velléité de prolonger le mandat des députés sous quelque prétexte que ce soit et considère, le cas échéant, qu’il s’agira d’un accaparement du pouvoir que le peuple sera en droit de combattre pour rétablir le fonctionnement régulier et normal de nos institutions.

Le Parti Démocratique Sénégalais considère n’être en rien concerné par le référendum annoncé et invite les partis politiques, les syndicats, les associations de la société civile, les hommes et femmes de tous horizons, les intellectuels et tous les démocrates à se retrouver pour, ensemble, apporter la réponse du peuple à l’aventurisme d’un régime qui ne sait où nous conduire et qui a échoué.

Fait à Dakar
Le 18 février 2016
Entre le 18 et le 24 vou faites du w w ah j avais oublie que vous etes les precurseurs et les champions du wakh wakhet



Dans la même rubrique :