Débat sur l'homosexualité leur « modernité » et la nôtre (Mamadou Bamba NDIAYE)


Débat sur l'homosexualité leur  « modernité » et la nôtre (Mamadou Bamba NDIAYE)
Selon une dépêche de l’Agence de presse sénégalaise en date du 10 mars 2012, « le candidat Macky Sall prône une gestion ‘responsable’ de la question de l’homosexualité avec ‘toutes les forces vives’ qui sont mobilisées pour donner une société moderne au Sénégal ».
Cette annonce fait suite à sa déclaration sur les chefs religieux qu’il avait démentie contre toutes les évidences. Il lui sera difficile de démentir cette fois-ci, tant les témoins de sa nouvelle sortie sont nombreux. On scrute avec intérêt la prise de position de la Jamatou Ibadou Rahmane ainsi que des autres candidats et chefs de parti de sa coalition affichés « islamistes ».
En attendant, une rapide analyse du contenu de sa déclaration permet de mettre en lumière des enjeux occultés de la confrontation du 2ème tour. La promesse d’une « gestion responsable » est déjà particulièrement éclairante. Elle porte un jugement de valeur sur la gestion actuelle de cette question de l’homosexualité par les lois et la société sénégalaises, qu’elle estime « irresponsable », c’est-à-dire à la fois coupable et condamnable. En quoi est-elle irresponsable ? M. Sall ne le dit pas clairement. Mais, dans la suite de sa réponse, il réitère et martèle abondamment ce jugement négatif porté sur notre société en utilisant trois expressions-clés. D’abord, l’expression « forces vives » renvoie à son contraire, des « forces mortes », rétrogrades et dépassées par l’évolution historique. Ensuite, « donner au Sénégal » : on donne à quelqu’un ce dont il est privé et dont il a besoin. De quoi s’agit-il ? La troisième expression-clé offre la réponse : « une société moderne ». Quelle est le contenu de cette « modernité » ? Notre candidat n’y répond pas de façon explicite. Mais le sous-entendu est clair : la dépénalisation de l’homosexualité serait un critère de « modernité ».
La rhétorique claire-obscure de l’ancien premier ministre sénégalais rejoint ainsi - convergence intéressante ! - celle du ministre français Claude Guéant qui plaide une prétendue « supériorité » de la civilisation occidentale qui serait ainsi, pour nous, un modèle à imiter sinon un horizon à atteindre. La « modernité » selon Sall est celle occidentale qui, aujourd’hui, œuvre pour une dépénalisation universelle de l’homosexualité et l’autorisation des mariages homosexuels, inspirée en cela par les politiques antinatalistes préconisées par certains cercles plus ou moins obscurs.
Cette conception s’inscrit dans une vision subjective de l’évolution des sociétés humaines comme allant de stades inférieurs vers un stade supérieur qui serait représenté par l’actuelle configuration des sociétés occidentales. Selon les idéologues de cet évolutionnisme subjectif, modernisation signifie mondialisation sans frein, c’est-à-dire adoption automatique des représentations et pratiques sociales en vogue, sans examen critique ni précaution.
Le parti-pris doctrinaire évident qui fonde leur vision empêche ces théoriciens d’observer et de reconnaître que chaque société élabore ses propres registres d’invention d’une modernité, qui cesse d’être constructive dès qu’elle devient synonyme d’uniformisation culturelle ou d’occidentalisation à outrance.
Observant en 1952 l’évolution des Lébous du Sénégal, Balandier avait pourtant constaté que « le groupement Lebou a dû marquer aussi son originalité dans la manière même dont il a accepté les apports extérieurs. Lorsqu'il emprunte, pour accroître, par des techniques religieuses, magiques ou matérielles, sa fécondité et sa puissance, il le fait avec son génie propre. Les emprunts ne sont jamais simplement plaqués, mais assimilés, incorporés à l'ensemble des éléments proprement Lebou. Et ceci explique que le voisinage des villes (coloniales –ndlr) Dakar, Rufisque, n'a pas apporté ici le désarroi total qu'il a apporté chez d'autres. Un contrepoids de tradition équilibre toujours une organisation nouvelle. Un esprit de conservation, qui est loin d'être du conservatisme, est toujours présent».
Balandier mettait ainsi au jour ce qui constitue probablement le véritable soubassement de l’« exception sénégalaise », autrement dit un processus d’invention de la modernité fondée sur la cohabitation et l’équilibre entre l’ancien et le nouveau, que Senghor résumera plus tard à travers deux formules-choc : « enracinement et ouverture », « assimiler et non être assimilé ». Un élargissement de l’enquête de Balandier aux autres populations ayant contribué à l’émergence du Sénégal d’aujourd’hui ne pourrait que confirmer, près d’un siècle plus tard, la conclusion qu’il avait tirée dès 1952 : « il n'est pas présomptueux de penser que ce petit peuple assurera son évolution dans la vie moderne sans payer celle-ci de la perte de son âme ». (1)
La perte de notre âme, c’est le prix que « le parti de l’étranger » exige de nous aujourd’hui en promettant, à mots à peine couverts, après la réduction des chefs religieux au statut de « simples citoyens ordinaires », une dépénalisation de l’homosexualité. A petites touches, on donne ainsi un contenu de plus en plus clair au fameux Nts (nouveau type de sénégalais), qu’une minorité active de jeunes déclassés et mondialisés a imposé au M23 et à son candidat comme l’archétype de son projet de société.
Ce Nts, nous n’en voulons pas ! Ce que nous voulons, c’est un Sénégalais qui construit la modernité sans perdre son âme, qui s’ouvre au monde en restant lui-même, qui travaille à Wall Street tout en récitant Jawartu ou Mimiya. Un Sénégalais qui n’aura jamais, comme certains, honte de sa société, de ses religions, de ses autorités religieuses, de ses langues, de ses coutumes. Un Sénégalais fier et debout, conscient de devoir apprendre du monde extérieur mais aussi de lui enseigner des valeurs éthiques susceptibles de contribuer à sauver l’espèce humaine d’un naufrage annoncé.
(1)R. MERCIER ET G. BALANDIER, Les pêcheurs Lebou du Sénégal, Particularisme et évolution. Saint-Louis, Sénégal : Centre IFAN-Sénégal, 1952, 216 pp. Collection : Études sénégalaises, n° 3.
Mamadou Bamba NDIAYE
Député, Secrétaire général du Mps/Selal
Dimanche 11 Mars 2012
Mamadou Bamba NDIAYE




1.Posté par Anti PD le 11/03/2012 17:31
Non non non Macky bolore UMP et TFM
Musulmans barrons la route a Macky, il soutien l homosexualité
Mais ou sont les imams de Guediawaye
Mais ou sont nos chefs religieux
Mais ou sont les petits fils d Elhadj Malick et Serigne Touba de baye niass
Vous rendrez compte a Dieu et au peuple si vous ne réagissez pas.
Lakhawla walaahuwata illa billahi alihil hazim.
 

2.Posté par Dioliba le 11/03/2012 17:36
Vous allez trop loin avec votre analyse. Notre lanterne à ce sujet est déjà claire . On n' a pas besoin de lunettes pour scruter le soleil. Dépénaliser l'homosexualité au Sénégal relève de la pure utopie, et Macky Sall n'est pas assez dupe pour soutenir cette position à ce moment crucial du scrutin. c'est pas un président qui change les lois, c'est à l'assemblée nationale ou au peuple de le faire. Macky ne fera jamais la bêtise de proposer une telle loi qui sera aussi impopulaire que notre cher Wade en fin de carrière. Puisque c'est ce dernier que vous essayez de défendre, sinon rien ne motive votre stupide analyse au moment où les sénégalais conscients et intègres s'apprêtent à le sanctionner pour son népotisme historique. Alors n'allez pas chercher loin, Wade est fini. Nous ne votons pas un nom, nous VOTONS pour le changement. Corrompu!

3.Posté par Diombos le 11/03/2012 17:38
Les sénégalais ne changeront pas d'opinion. Wade est pire que le diable. Je préfère un homosexuel à Wade.
JE VOTE MACKY QUOIQU'IL ARRIVE!

4.Posté par bigga is better le 11/03/2012 17:48
Ca c'est votre opinion M Ndiaye, l'homosexualite est un problem commun a toutes les couches sociales de notre pays et du reste du monde, nous somme au 21eme siecle ouvrez les yeux, apparament la maniere dont on approche ce probleme au Senegal n'est pas la bonne. Quand il parle de modernite je pense qu' il veut dire qu'on doit voir ce problem dans un context modern et arreter de se comporter comme des barbares; je ne defend personne mais ce son quand meme des etres humains comme vous et moi. desole mais le monde change et vous savez tres certainement comment ca ce passe depuis depuis des ions : ADAPT OR DIE !!!

5.Posté par BANDAM le 11/03/2012 17:49
la meilleure solution pour les homosexuels c'est de les brûler vif jusqu'à la mort. cette solution c'est la population même qui l’exécute , mais pas Macky SALL.

6.Posté par pecos (yen a marriste) le 11/03/2012 18:28
Je voterai macky quoi qu'il en soit , quoi que vs diriez ou que inventeriez sur lui !! G un cerveau et je reflechi et mon choix je l'ai fait à partir d'un constat reel que g fait de la gestion de wade du pays ! G choisi macky je le testerai et ma premiere sanction serait les legislatives sil derive ! Je suis un musulman vrai anti homo ...

Meme si une loi existait par miracle dans ce pays ( ce qui ne se realisera jamais) qui depenaliserait ce fleau vous ne verrez jamais des homo manifester publiquement leur sexualité au senegal !! jamais jamais
Donc arretez vos enfantillages nous sommes des personnes munies de cerveau et c'est pas un president qui d'un simple clic bafouera les fondements de nos religions et nos croyances !!! Vos cacaphonies ne me feront jamais changer d'avis sur ma volonté de porter ma voix contre wade !

7.Posté par IDRISSA DIAKHATE le 11/03/2012 18:46
MACKY SALL ET L’HOMOSEXTUALITE : COMPRENDRE ET NON POURFENDRE

Lors de la Conférence de Presse organisée par le M.23 pour adouber, plus encore et mieux que par le passé récent, le Président Macky Sall, celui – ci a abordé l’épineuse question de l’homosexualité. La réponse, par lui fournie et structurée autour la sensibilité de la question dont la résolution est fondamentalement liée à la culture, à la religion et au régime sur la base de modes de gestion politico – juridique spécifiques, a suscité auprès des lycaons du pouvoir, des rugissements de mauvais alois. A la vérité, cette posture du pouvoir intègre sa double stratégie adossée à la peur et à la panique, propres à tout pouvoir en fin de règne.
Rien, absolument rien, dans le discours du Président Macky Sall, n’autorise cette furie verbale ! Rien, dans la trajectoire du Président Macky Sall ne permet de telles insanités, de telles arguties qui heurtent les consciences !
L’objectif du pouvoir, au travers des codes simples de sa stratégie de communication politique, est facile à appréhender : tout faire pour écorner les images vertueuses du Président Macky Sall, qui tranchent d’avec ses dérives morales aux antipodes de notre Code moral et d’honneur de conduite sociale.
Que comprendre de que dit le Président Macky Sall ?
Il est musulman, croyant et pratiquant, imbu de valeurs et d’éthique islamiques validées par ma double appartenance au monde SEREER et à celui PULAAR.
Toute sa vie durant, il n’a jamais eu de comportements ou de propos anti – islamiques ou de nature à susciter le moindre doute quant à ses références fondamentales de vie.
Qui ne se souvient de l’importance que la DAAKKA de MEDINA GOUNASS occupe dans sa vie spirituelle et morale ?
Macky Sall sait bien qu’il y a une Règlementation en cours dans ce pays, laquelle condamne sans ambigüité, l’Homosexualité !
Même si cette pratique est fort ancienne chez nous et ailleurs dans le monde, aucune des grandes Religions qui structurent les mémoires collectives, que sont l’Islam, le Christianisme et l’Animisme, n’autorise cette pratique considérée comme « contre – nature ».
Ce que dit Macky Sall est simple : la complexité du problème est liée à un contexte idéologique d’offensive de forces qui, sous le couvert de la « modernité démocratique », heurtent nos Valeurs qui, dans leur spécificité propre façonnent notre identité, tant individuelle que collective !
Non, Macky Sall ne défend pas, ne saurait, ni ne pourrait défendre l’Homosexualité !
C’est un faux – débat posé par des faussaires qui, au crépuscule de leur règne, tirent sur tout ce qui bouge. Hélas, ils ont raté leur cible !!


IDRISSA DIAKHATE

8.Posté par Lesabre le 11/03/2012 19:04
HOMO SEXUELS,FRANC-MACONS,C'EST UN MEME MONDE ET MACKILLAGE EST LEUR GOROU MBOTAYE.IL AURA TOUJOURSBLA MEME REPONSE POURNUNE QUESTION SURNCES SUJETS.

9.Posté par diallo le 11/03/2012 20:13
mon cher bamba.vous êtes un militant du socialisme,mais là franchement tu fiais preuve de malhonnêteté intellectuelle comme les politiciens professionnels,suis déçu.Rejoins Maky pour ne pas rater le train de l'histoire

10.Posté par diallo le 11/03/2012 20:16
Maky n'est pas bête pour légaliser dans notre société cette convention,c'est une intoxication et une diversion de mauvais gout

11.Posté par Bouclier le 11/03/2012 20:16
Homosexuels et franc-macons,c'est un seul et meme monde et Mackillage Sale est leur diegg.Je préfère le dément Wade a un pd a la tete du Senegal.Avec Wade, il y aura toujours des hommes vertueux pour combattre ses folies.Avec Mackillage, le Senegal sera un pays de pd et lesbiennes.Il ne peut y avoir de reponse claire obscure sur la question de la franc maçonnerie ou de l'homosesualite et Mackillage Sale qui est lie a ces lobbies ne peut faire autrement.Ils veulent faire du Senegal leur paradis de débauche.Jamais on ne l'acceptera.

12.Posté par Atika le 11/03/2012 20:27
Vos intoxications ne passerons pas.
Macky a bien dis qu'on a nos réalités sociales donc l'homosexualité ne sera jamais dépénaliser au Sénégal car Macky écoute son peuple.

En plus c'est depuis l'arrivée de Wade que les PD ont osé s'afficher.
Et si par malheur Wade triche et se maintien, il va transmettre le pouvoir à son fils Karim qui est un PD connu de tout le monde.
Donc nous votons Macky pour préserver les valeurs sénégalaises.

13.Posté par babaly le 12/03/2012 10:39
je constate que macky sall manque de couragce sur des positions ;sur l homosexualité ;

le voir echanger avec NIASS sur cette question avant de répondre montre l 'influence que peut avoir une tierce personne sur lui ;

ensuite un autre fait la position qu il a tenue envers les marabouts c est suite à sa rencontre avec les jeunes de y en a marre .



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016