De quelle France parle Madiambal Diagne ? (par Mamadou Sy Tounkara)

Compatissant à la tuerie de Nice et y agrégeant les autres attentats, Madiambal Diagne trouve que « la France ne mérite pas ce qui lui arrive ». Selon lui, la France de la « Liberté, Egalité, Fraternité », « l’un des plus ouverts, intégrateurs et plus portés vers la tolérance religieuse », « pays séduisant », « un exemple » est « trahie ».


Mais de quelle France Madiambal Diagne parle-t-il ? La vraie France n’a rien à voir avec ce portrait idyllique. La vraie France est sans pitié dans la poursuite de ses intérêts pour lesquels elle est prête à vous réduire en esclavage, à vous coloniser, à vous bombarder et à fomenter toutes sortes de vilénies. La France a déporté en Amérique des millions de paisibles Africains transformés en vulgaire marchandise, elle a détruit des cultures entières et pillé d’inestimables richesses par le brigandage colonial, elle a renversé des dizaines de régimes qui ne voulaient que le mieux-être pour leurs peuples. En interne, des millions de ses fils et filles sont des citoyens de seconde zone parqués dans des « quartiers difficiles », privés dès le départ des mêmes chances que les autres « de souche ». Allez parler de « Liberté, Egalité, Fraternité, ouverture, intégration, tolérance religieuse, pays séduisant, exemplaire » à ceux-là, aux centaines de morts de Thiaroye et aux centaines de millions qui ont payé le prix fort de l’esclavage, de la colonisation et de la néocolonisation qui ont connu la « face sans pitié » de la « Douce France » de Madiambal, manifestement atteint du complexe du colonisé qui chante les louanges de son colonisateur.

Ces fantômes reviennent-ils hanter la France aujourd’hui, premier pays exportateur de djihadistes au monde ? Khadafi ne leur avait rien fait : ils lui ont collé des motifs imaginaires, l’ont bombardé illégalement et regardé assassiner. La Libye, jadis stable et prospère, est aujourd’hui complètement déstabilisée, pour au moins deux décennies. Bien-sûr, éliminer un tel rempart aura des conséquences incalculables, dont le terrorisme au Mali, au Burkina, en Côte d’Ivoire voisins. Nous-mêmes avons si peur que ce serpent à mille têtes nous morde !

Le terrorisme actuel est un complexe et infernal mélange de haine et d’actions/réactions diaboliques. Les grandes puissances vont détruire des pays entiers ou former des suppôts pour les manipuler et cela se retourne contre eux ; des fous solitaires manifestent toute leur haine de leur société par des tueries inhumaines. D’innocentes victimes, monsieur et madame-tout-le-monde en paient, hélas, le prix fort. A quelle échelle va-t-on apprécier qui mérite quoi ?

Après la tuerie barbare du Bataclan, le président français avait promis que la France serait « sans pitié » dans sa vengeance. Depuis, elle bombarde la Syrie tous les jours et elle est en opération en Libye où trois de ses soldats viennent de mourir dans un accident d’hélicoptère. Mauvaise réponse à un vrai problème. Comment peut-on vaincre le terrorisme domestique ainsi, en alimentant la violence et la haine mutuelles ? Les leaders actuels de la France ne sont guère à la hauteur de ce défi du siècle. Une solution ? Se réconcilier avec soi-même et avec tous les autres dans une « Liberté, Egalité, Fraternité » véritable et non hypocrite. Sinon, personne ne pourra jamais arrêter ce terrorisme monstrueux bien installé sur son sol.

Madiambal Diagne écrit pour faire la cour aux forts et aux puissants. Une danse du clavier. Qu’il se souvienne juste que sa « Douce France » n’a pas d’ami, elle n’a que des intérêts.
Vendredi 5 Août 2016
Dakaractu





Dans la même rubrique :