DUBAÏ PORT/PAPE MAMADOU POUYE : Un versement suspect de 35 millions de dollars

11,5 millions de documents secrets, 140 responsables politiques issus de 50 pays liés à des sociétés offshore dans les paradis fiscaux, des chefs d’Etat, hommes d’affaires, banques...impliqués. Assurément, l’affaire «Panama papers», du nom des documents ayant fuité du cabinet Mossack Fonseca, spécialisé dans la gestion de fonds et la création de sociétés offshore, est un scandale mondial. Le cabinet a pu ainsi «gérer» sur la base de mandats, les fonds de personnalités du monde entier qui préféraient garder l’anonymat à cause, sans doute, de l’origine illicite de leurs biens.


DUBAÏ PORT/PAPE MAMADOU POUYE : Un versement suspect de 35 millions de dollars
Au Sénégal ,  l'affaire - fruit d'une enquête menée par Le Monde et des centaines de journaux partenaires - risque de faire des vagues puisque Papa Mamadou Pouye, ami d’enfance de Karim Wade, a été lié à trois sociétés offshore montées par le cabinet Mossack Fonseca : Seabury Inc, Regory Invest et Latvae Inc.
Dans une lettre en date du 2 août 2012 obtenue par Libération (voir fac-simile), Mamadou Pouye donnait mandat, au nom de Latvea Group Inc, qu'il contrôle au cabinet Mossack Fonseca, afin de lui gérer ses actifs, ni vu, ni connu. 
Quatre ans auparavant, en octobre 2008, il avait déjà sollicité le même service, cette fois-ci, pour une autre entité, Seabury Inc, société de droit panaméen. 

35 millions de dollars et des contrats en toc. 

Il se trouve que ces structures ont vraisemblablement servi à cacher des fonds issus de pratiques peu orthodoxes. En effet, Seabury Inc et Latvea ont signé avec...Dubaï Port World, des contrats s’élevant à 35 millions de dollars pour des «services de conseils». De quels conseils Dubaï Port a t-il pu bénéficier de la part de Mamadou Pouye ? Pourquoi tous les contrats le liant à l’ami d’enfance de Karim sont-ils frappés du sceau du secret ? Et s’il s’agissait de rétro commissions payées par Dubaï Port après avoir obtenu un contrat de concession au Port de Dakar frappé d’irrégularités ?
Autant de questions. Qui plus, la Commission d’instruction de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CI-CREI) avait identifié ces trois sociétés mais elle peinait à avoir plus d’informations à cause du manque de coopération des autorités panaméenne.
En effet, la CI-CREI avait identifié à Monaco, un compte ouvert à Monaco au nom de Regory Invest où était logé la somme de 2.332.195, 15 euros. «Personne n’était au courant de ces contrats», confie une source haut placée du Port.
Presque tous les corps de contrôle du Sénégal (IGE, Cour des comptes, ARMP etc.) avaient mis en cause le contrat de Dubai Port Word qui a dû, à la suite d’un travail remarquable de la Section Recherches, verser un reliquat de 24 milliards de FCfa au Trésor. Du coup, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) qui l’avait placé sous administration provisoire, avait arrêté toutes les poursuites entreprises contre Dubaï Port qui avaient bénéficié de faveurs indues de la part de l’ancien régime. Aujourd’hui qu’un lien financier a été formellement établi entre Dubai Port et Mamadou Pouye l’Etat va t-il chercher à y voir plus clair ?
Il serait temps que les dirigeants jettent un coup d’œil sur les pratiques scandaleuses de Dubaï Port World.
Qui plus, l’ancien Directeur général du Port, Bara Sady, a été inculpé et placé sous mandat de dépôt avant d’obtenir une liberté provisoire en partie à cause du contrat de Dubaï Port qui n’a jamais été inquiété. Au contraire...
Mardi 5 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :