DROITS DE L’HOMME RIME-T-IL AVEC FRANC-MACONNERIE ? Par Dr Ndiakhat NGOM


DROITS DE L’HOMME RIME-T-IL AVEC FRANC-MACONNERIE ? Par Dr Ndiakhat NGOM
La célébration, le 10 décembre de la Déclaration universelle des droits de l’homme, est le prétextede ce texte qui est la suite d’un article assez polémique : « Dieu, Monothéisme et Histoire » que j’ai publié il y a quelques temps, dans certains journaux et sites en ligne. Je voudrais remercier les lecteurs qui m’ont fait part, amicalement, de leurs objections, et pour certains, de leur profond scepticisme devant le rapprochement que j’ai tenté entre islam et droits de l’homme. Pour l’essentiel, ces derniers rejettentle concept des droits de l’homme à cause, disent-ils, de ses « bases maçonniques ».

II est vrai que le spectre de la franc-maçonnerie lui colle, malheureusement (répétons-le), comme une sangsue, et l’empêche d’avoir une adhésion plus vaste et de jouer pleinement son rôle, pour l’essentiel,d’assurer la sécurité humaine, dans ses différents composants. La polémique est vive, le débat vaste,et la controverse très grande. Certains de ses détracteurs défendent la thèse du « complot maçonnique », oujurent qu’ils sont le « fils naturel » des « loges » ou « frères » (autres surnoms desfrancs-maçons). Qu’en est-il exactement ? Nous allons prendre, pour mener nos réflexions, trois repères historiques majeurs (les révolutions américaines de 1776, françaises de 1789, et la Déclaration universelle de 1948) en espérant apporter des éléments conceptuels permettant à chacun de se faire librement une opinion.

Certaines recherches universitaires font remonter les balbutiements de la franc-maçonnerie au Moyen-âge (1120) avec l’ordre des Templiers chargé de protéger les pèlerins se rendant sur les lieux saints. Officiellement, c’est en Angleterre qu’elle apparait à la fin du XVIIe siècle (1640), avant de gagner le nouveau Monde au XVIIIe siècle, grâce aux nouveaux immigrants britanniques,les WASP (White Anglo-saxon Protestant), pour l’essentiel, souhaitant y ériger une Nouvelle Jérusalem où religion et politique importeraient peu. Les soubresauts de la révolution américaine, à partir de 1764-65 (avec la fixation de taxes supplémentaires par le Parlement britannique pour renflouer les caisses du royaume éprouvées par les guerres contre la France et l’Inde), puis les révoltes des colonies (le Massachusetts en 1768)provoquentun durcissement législatif(CoercivesActs ou Punitives Acts en 1774). L’appel à la sécession et la Déclaration d’indépendance (1776), mènent à la guerre, puis à la fin des hostilités (1783), et à l’adoption de la Constitution américaine, le 17 septembre 1787.

En fait, la légende selon laquelle l’indépendance américaine serait l’œuvre des francs-maçons débute avec la Déclaration d’indépendance signée le 4 juillet 1776 à Philadelphie, et ceci, pour une raison assez simple, dans le fond : sur les 56 signataires (Pères fondateurs) du parchemin scellant la sécession des 13 colonies américaines vis-à-vis de la Couronne britannique, 9 d’entre eux (dont Benjamin Franklin) étaient francs-maçons. La proportion de 1/6 est en vérité faible pour parler de « complot ». En revanche, lors de l’adoption de la Constitution, en 1787, les « frères » représentent 13, c’est-à-dire le 1/3 des 39 signataires. Parmi eux, le premier président du nouvel Etat, Georges Washington (comme 24 des 61 officiers sous ses ordres pendant la guerre d’indépendance). Le marquis La Fayette qui a agi individuellement, aux côtés de la France, pour aider les colonies, était également un franc-maçon avéré. II faut ajouter l’autre polémique relative à la symbolique (supposée), sur le dollar, d’une pyramide flanquéed’un œil, dont le tracé laisse apparaitre une étoile avec 5 triangles formant le mot ASNOM, anagramme de MASON en anglais. Est-ce un délire ou une troublante coïncidence ?

En France, l’aspiration à une société libre et démocratique constitue l’idéal partagé avec les États-Unis, à la différence qu’il s’agit ici de se débarrasser des lourdeurs de l’Ancien régime (aristocratie, royauté, etc.). Disséqué, loué et chanté par les progressistes, le mouvement intellectuel, politique et philosophique des Lumières a bouleverséle monde par la croyance dans la science et la raison (plutôt?) que la foi et la superstition. Or, c’est là où une lecture soupçonneuse (ressemblant fortement à celle de Nietzsche sans pour autant se confondre avec elle) apporte d’autres indiscrètes lumières. En fait, la thèse du complot maçonnique rebondit après 1789, avec les pamphlets des contre-révolutionnaires, l’Abbé Barruel, et le plus fameux d’entre eux, Joseph de Maistre (lui-même, un ancien « frère »).Pour certains progressistes aujourd’hui, nullement dérangés par les idéaux des droits humains (progrès, humanisme, bien-être général), la gêne se situeplutôt dans la supposée « main invisible » des loges,soupçonnée de tirer les ficelles de ces deux Révolutions philosophiques majeures.

On le comprend bien, le trouble est d’autant plus opaque et épais pour les sceptiques, voire pour les détracteurs des droits humains, lorsqu’on cite certains pères des Lumières (à l’instar des Pères fondateurs américains) comme des francs-maçons. De nombreusespersonnes « éclairées », pour ne pas dire, philosophes, scientifiques, ou artistes, proches ou lointains inspirateurs des idéaux de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, de 1789, fréquentaient les loges, dont la fameuse « loge des Neuf Sœurs ». Parmi les plus illustres, on peut citer,Diderot, Newton, Rousseau, Locke, Montesquieu, jusqu’aux révolutionnaires les plus engagés, comme, Marat, Mirabeau, Desmoulins, et le médecin Joseph Ignace Guillotin qui a donné son nom à la guillotine (1789). A l’instar dela liaison soupçonnée entre le dollar et la franc-maçonnerie, on estime ici que le « Chant de guerre pour l’armée du Rhin » (1792) devenu « La Marseillaise »(1795), véhicule un fort arrière-fond maçonnique, du fait de son compositeur, Rouget de Lisle, un « frère » notoire.

Le cas de Voltaire est symptomatique à plus d’un titre, et pour cause. Longtemps féroce pamphlétaire des « membres » et de leurs « réunions déguisées », il a été « retourné », il est vrai, à un âge avancé (84 ans), pour être initié. Le tablier qu’il portait à l’occasion était celui de son devancier, Helvétius, un autre philosophe politique illustre, comme Rousseau. Son engagement fut toutefois de courte durée (7 avril-30 mai 1778), soit un mois avant sa mort.Certains chercheurs pensent que « sa récupération » fut un sacré coup de pub pour la loge, ce qui s’est traduit par la hausse sensible de ses effectifs.

Parmi leséminents philosophes de la liberté, Kant et Rousseau constituent les sommités, en ce que leur pensée est le fondement ultime des textes sur les droits de l’homme. Leur philosophie a ceci de commun qu’elle insiste sur la liberté et la morale comme essence de l’homme, ce qui le différencie de l’animal.L’animal est son histoire (instinct) alors que l’homme a une histoire (il est perfectible grâce à l’éducation et sa raison qui lui permettent de domestiquer sa nature biologique). Le nouvel humanisme philosophique souhaite préserver l’être humain de tout ce qui est susceptible de l’asservir, en déclamant une essence propre à tous les hommes, quelque soient leurs contingences historiques, biologiques, sexuelles ou culturelles. Pour l’essentiel, celle-ci s’enracine autour des notions de la liberté, de l’égalité et de l’universalisme de valeurspositives. Ce qui pouvait trancher avec la société inégalitaire de l’Ancien régime.

Certes, en 1789, ni les Noirs, ni les juifs, encore moins les femmes et les enfants, n’étaient jugés aptes pour être pleinement des « sujets de droits », mais demeuraient encore, comme les animaux et les choses, des « objets de droit ». D’ailleurs, Napoléon réhabilite l’esclavage à partir de 1804. II a fallu, pour ces « maillons faibles »des droits humains, de longues et intenses luttes pour avoir gain de cause. Droits de vote des femmes, vers la seconde moitié du XIXe siècle, la Cedef (1979), réunions de Mexico (1985), Beijing (1995), les questions paritaires, etc. II y a eu la première Déclaration des droits de l’enfant (1924), la Convention sur les droits de l’enfant(20 novembre 1989), la Déclaration sur les « peuples autochtones » (1992), et d’autres textes juridiques, la CPI(1er juillet 2002), etc.

Malgré cette restriction historique, des avancées notables ont été faites aujourd’hui. La continuité juridique des idées généreuses et optimistes de 1787 et de 1789 se manifestera dans les 30 articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948. D’ailleurs, son art.1 a un fort accent rousseauiste : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit ». En 1948, la communauté internationale n’était composée que de 50 Etats, contre 192 aujourd’hui.Les pays de l’Est, dénonçant le côté formaliste et idéologique du texte, refusent dele signer. Les deux Pactes de décembre 1966 (entrés en vigueur en 1976) constitueront le difficile compromis avec les pays occidentaux.

Pour certains pays arabes(l’Arabie saoudite, l’Iran), l’opposition au texte est liée à des considérations culturelles, certains diront, « maçonniques ». Certes le Coran ne mentionne pasl’expression « franc-maçon », mais l’université théologique d’El-Hazhar du Caire,l’une des plus influentes pour l’interprétation de la loi islamique,s’en chargera. En 1978, elle publie un textedans lequel la franc-maçonnerie est identifiée à une organisation clandestine, subversive, juive et liée au sionisme international.Ses membres étant sans foi ni religion, les musulmans qui y sont affiliés sont considérés comme « infidèles ». Parallèlement, les positions de l’Eglise, pendant longtemps, (jusque aux années 90, en tout cas) ont été proches de celles de l’Islam. Le pape Clément XII (1738), Léon XIII (1882) ont produit des bulles dans lesquelles le caractère subversif des « loges » est mis en évidence, et donc dangereux pour la foi. En somme, les réticences de l’Islam par rapport aux textes sur les droits de l’homme s’expliquent par le caractère doublement postulé de la main invisible maçonnique et juive sur ses bases ultimes.

C’est dans cette optique (texte de 1948) que la liberté sur « l’orientation sexuelle »est devenue l’objet d’un débat féroce entre Amnesty International et certains mouvements religieux. A vrai dire, l’anniversaire d’Amnesty ne devrait même pas être le mois d’avril 1961(du fait de son initiateur, l’avocat, Peter Benenson) mais plutôt le 10 décembre, et pour cause. Cette ONG planétaire a été créée pour faire respecter et vulgariser le texte (défense des droits civils et politiques) de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Elle a été amenée par la suite à changer ses statuts afin de coller aux exigences d’une certaine mondialisation (défense des droits économiques), en septembre 2001,à Dakar. Pierre Sané y a passéle témoin, pour intégrer l’Unesco.

Sur la question initiale de l’identification ou non des droits humains aux objectifs franc-maçonniques, la réponse n’est pas tranchée. II est vrai que ces « organisations secrètes » ont des idéaux (l’amour fraternel, l’entraide, la vérité, etc.) très proches de ceux des droits humains (égalité, universalisme, liberté). Aucun doute aussi sur le fait que les loges ont pu servir de cadres de discussionaux philosophes et hommes de progrès, à l’origine des révolutions politiques majeures du XVIIIe siècle. Ce qui amène deux éminents historiens de la Révolution française, comme François Furet et Augustin Cochin,à parlerd’unepossible influence. Mais est-ce décisif ? Est-ce la cause ultime ? Du fait de leur culte secret, les loges allaient elles-mêmes être emportées par la Révolution, précisément, la Terreur, à partir de 1792.

En fait,c’est exagérer leur action que de parler d’une influence décisive : « Les francs-maçons ont accompagné l’indépendance des États-Unis, mais ils n’ont pas tout fait », analyse Cécile Révaugier, spécialiste de cette question à l’université Bordeaux III. D’ailleurs, leur charte leur interdit de parler de politique ou de religion dans les loges. En outre, certains d’entre eux le sont devenus à un âge avancé (Voltaireet Newton n’étaient pas isolés), alors qu’ils avaient épuisé leur carrière intellectuelle. A la limite, ils ont pu être des acteurs isolés (il n’y a pas eu d’actionspréalablement concertées), et non des leaders décisifs d’actes ou de textes juridiques majeurs. La corrélation entre droits humains et franc-maçonnerie paraitdonc très faible.



Dr Ndiakhat NGOM

* Docteur en philosophie politique

* Master de sciences politiques

* Ancien chercheur à l’Institut d’Histoire et Philosophie

des Sciences et des Techniques de la Sorbonne

* Ancien chargé de programme à Amnesty International (France)

ngom11@live.fr




Mercredi 12 Décembre 2012
Notez


1.Posté par Sophie le 12/12/2012 09:39
Fermez les yeux, détendez-vous, laissez-vous bercer par un bon massage doux ou tonique. Le tout, dans un cadre enchanteur et très discret.
Faites-nous confiance. Le bien-être, c’est notre domaine !!!
Tel : 70 829 95 95/ 33 865 25 21

2.Posté par confort immobilier le 12/12/2012 09:50
Vous n’en avez assez de la location alors devenez propriétaire d’une des superbes villas que nous commercialisons à Kounoune dans la cité Dalal Diam à des prix défiants toute concurrence avec titre foncier .Appelez vite au 77 608 34 93 (possibilités de crédit)

3.Posté par confort immobilier le 12/12/2012 09:50
Vous n’en avez assez de la location alors devenez propriétaire d’une des superbes villas que nous commercialisons à Kounoune dans la cité Dalal Diam à des prix défiants toute concurrence avec titre foncier .Appelez vite au 77 608 34 93 (possibilités de crédit)

4.Posté par Xeme le 12/12/2012 10:25
La liaison avérée entre droit de l'homme et franc maçonnerie s'est toujours accompagnée d'une longue, très longue, série de dénégations, de pseudos recherches scientifiques de pseudos experts. C'est de bonne guerre. Il y a toujours eu l'histoire et la falsification de l'histoire. Et il en sera toujours ainsi. Mais au lieu de lire l'histoire à travers les écrits des falsificateurs, et si on la lisait à travers les écrits de ceux qui commandent les falsificateurs. Et si Ndiakhat NGOM se procurait les oeuvres d'Aleister Crowley, de Weisthaupt, d'Anton Lavey ? Il aurait compris qu'il a lu les disciples et non les maîtres.

5.Posté par XXIeme le 12/12/2012 10:34
Pauvre, pauvre Xeme, englué dans ses obsessions.

6.Posté par kotchbarma le 12/12/2012 12:14
En définitive,à la déclaration universelle du 10 décembre 1948,il y avait le texte des arabes,celui des russes et de l'occident.On nous dit que c'est un compromis sur l'essentiel mais à vous lire,les occidentaux ont imposé leur texte.Mieux,ils ont crée une ONG pour le suivi et le maillage du monde.
Par ailleurs,ces idéaux,mettent l'accent sur l'homme;autrement dit ils déifient l'homme,comme,celui qui est le seul capable,avec sa raison et pour lui-même de s'auto-créer et de se réaliser car ,pour le dire avec Sartre,il (l'homme ) est en déréliction,et ne trouve nulle part où s'accrocher.
Une question s'impose dans ce cadre,même si ce n'est pas la franc-maçonnerie,ne peut-on pas affirmer que les droits de l'homme excluent la religion comme solution possible aux problèmes qui sont venus à maturité à l'humanité?

7.Posté par mouslim le 12/12/2012 13:40
le vrais débat ne se situe pas de quel origine est "la déclaration des droits de l'homme" mais son contenu ; est ce que ce sont des principes ou valeur que partagent tous les peuples ect.... tous les peuples partagent les principes du monotheisme abrahamique : justice envers un seul DIEU CREATEUR ,et justice envers les hommes ,comme la parole métaphorique de JESUS ( que la paix soit avec lui) : " donner à césar(homme) ce qui appartient à césar et à DIEU ce qui appartient à DIEU" ; c'est trés claire et simple ; c'est comme la profession de foi : pas de divinité apart DIEU; ne nous prenons pas pour ce que nous ne sommes pas . le probléme fondemental des hommes :c'est l'injustice , pether thoss disait " je m'en fou de la paix ,moi ce que je veux c'est la JUSTICE ;

8.Posté par mom le 12/12/2012 15:50
entretemps nous au sud du sahara en afrique ,notre probleme c'est la faim et les maladies,la deche quoi ,pouy y echapper tous les moyens sont bons s'il faut faire de la religion une chose magique, ou de la loge maconnique un cercle ferme d'entreaide, pour parvenir a nos fins ,tres peu de gens reflechiront par deux fois pour plonger.

9.Posté par kotchbarma le 12/12/2012 18:25
C'est au nom de cet idéal que les européens,dans le cadre de l'aide liée,et les americains,dans celui de leur soft policy,nous refusent le plan Marshall,qui était accordé aux européens,afin de leur éviter la dégradation,l'humiliation.Au nom de la justice personne ne drait avoir faim,sans travail...La justice,en effet,exige la solidarité au sein d'un Etat,entre les nations;qu'elles se situent au nord ou au sud (géoéconomiquement parlant .
L'injustice que nous observons est une conséquence du système en vigueur dans le monde,système qui traduit les rapports de force entre les nations,entre les cultures,les philosophies.Samuel Huntignton a raison de parler de choc des civilisations.Sans illusion,la paix et la justice ce présentent dans ce monde,et se présentifient à nous comme le résultat précisement des rapports de force entre les hommes,les philosophies,les idéaux,les concéptions que les êtres humains ont du monde et de ce qu'il doit être.
Marley nous mettait en garde,contre le système de babylone,en exigeant de nous de dire la verité aux enfants,pour qu'ils sachent que ce monde est injuste du fait de certains.



Dans la même rubrique :