DOCTEUR BOLI DIOP, SG DU SAMES : « Les maires de Hann/Bel-Air et Grand-Dakar sont inconscients…L’Etat ne respecte pas…Tous contre le Gouvernement »


Entre l’Etat du Sénégal et les médecins, c’est un dialogue de sourds qui va s’installant. C’est, en substance,  le regret du docteur Boli Diop, Secrétaire général du syndicat des Médecins du Sénégal. 
A Touba pour les besoins du Comité exécutif national délocalisé, dans le cadre de la réunion semestrielle, Boli Diop et ses collègues n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère parlant des maires de Hann/Bel-Air et de Grand-Dakar qui ne font que rendre plus délicates les conditions d’existence des médecins. Traités « d’inconscients », les maires Babacar M'bengue et Jean Baptiste Diouf sont admonestés à cause des retards de salaire notés dans leurs circonscriptions, des licenciements et une déliquescence des structures. 
Boli Diop estime que de tels manquements sont impardonnables. Il s’attaquera aussi aux retards récurrents de remboursement des soins délivrés aux enfants de 0 à 5  ans des structures sanitaires. Ces retards peuvent aller jusqu’à trois mois et plomber, selon le docteur Diop, la gestion de ces structures en hypothéquant la mise en œuvre de la CMU. Rappelant que le Gouvernement Sénégalais n’a exécuté aucun des points d’accord depuis deux ans, Boli Diop annonce des « journées sans santé », avant de préciser que beaucoup de structures sanitaires sont déjà à l’agonie à cause des carences énormes qui les caractérisent. «Toutes les structures sanitaires sont sous la menace de suspension de fourniture  d’électricité et parfois d’eau ». Pour ce qui est des travailleurs, notre interlocuteur martèle que les inégalités sont encore et toujours persistantes. « Les agents de santé continuent de subir l’iniquité dans le traitement salarial comparés aux autres agents de l’administration…»
 
Vers l’union des forces syndicales
Armés d’une ferme volonté d’en découdre avec le gouvernement, les médecins annoncent une série de grèves. Seulement, explique Boli Diop, rien ne sera plus comme avant. En effet, « les syndicats de santé ont abouti, dit-il, à la conclusion que seule l’unité d’action syndicale peut obliger l’Etat à respecter ses engagements ». Ainsi, le Comité exécutif national du Sames a pris la résolution de travailler avec toutes les autres structures afin de mettre tout le monde sur la même dynamique. Autrement dit, ce sera du « Tous contre le Gouvernement ».
Dimanche 21 Février 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :