DISCIPLINE ET CULTURE DU BIEN COMMUN : La belle leçon de Mgr Benjamin N4diaye aux agents et usagers de DDD

La société Dakar Dem Dikk va lancer Sénégal Dem Dikk. Un ensemble de 475 nouveaux bus reçus et qui vont être déployés dans le réseau du transport au niveau national et urbain. Hier, l’Archevêque de Dakar, Monseigneur Benjamin Ndiaye, qui a reçu une délégation du Directeur général Me Moussa Diop a donné une leçon de comportement des usagers et des agents pour une meilleure gestion de ce patrimoine national...


DISCIPLINE ET CULTURE DU BIEN COMMUN : La belle leçon de Mgr Benjamin N4diaye aux agents et usagers de DDD
Les propos de ’Archevêque de Dakar, Monseigneur Benjamin Ndiaye, qui a reçu une forte délégation de la société Dakar Dem Dikk sous la présidence de son Directeur général, ont été pleins d’enseignements et de morale. Une très belle leçon aux usagers de cette société de transport mais également aux travailleurs.
«Le transport englobe toute une philosophie autour, c’est tellement noble parce que mettant des personnes en lien», a d’emblée expliqué le guide religieux dans sa résidence Les Badamiers (Dakar). Recevant Me Moussa Diop et Cie, venus lui présenter les nouveaux bus Sénégal Dem Dikk qui vont rallier Dakar aux différentes localités de l’intérieur du pays et de la banlieue, il dira qu’en plus de cette humanité autour, cela permet aux personnes d’aller et de venir. Mais aussi de pouvoir faire leur travail et devoir. 
«C’est sans doute pour ça que l’administration doit faire en sorte d’assurer une sécurité aux usagers, du point de vue comportement des agents mais aussi du respect du code de la route et du client. Pour, avec l’appui de Dieu, qu’on puisse assister à une baisse considérable des accidents de la circulation», suggère Monseigneur Benjamin Ndiaye.

«Nous avons un grand besoin de changer de comportement surtout dans ces transports en commun où beaucoup d’insolites se produisent souvent»

«Nous avons un grand besoin de changer de comportement surtout dans ces transports en commun où beaucoup d’insolites se produisent souvent», poursuit-il.
S’adressant aux clients, il indique qu’il leur revient de prendre soin du matériel qui est leur bien. «Nous savons fraterniser chez nous mais nous avons beaucoup à parfaire sur le plan de l’indiscipline», dit-il.
Et d’ajouter : «Le Sénégalais est impatient, il ne sait pas attendre son tour en suivant un rang. On arrive à la dernière minute et on a toujours envie de se servir le premier. Et ça ne marche pas souvent. Il faut qu’on apprenne la culture de bien gérer le bien commun pour que tout un chacun puisse en bénéficier», explique-t-il.
Et de se réjouir de la décision de décentraliser le transport dans les régions et la banlieue. «C’est vrai que le Sénégal ne s’arrête pas à Dakar. Aussi, cette initiative est à saluer et au-delà d’un slogan, cette maxime doit être une pratique», renseigne l’Archevêque qui a formulé des prières pour une bonne marche de ce projet qui sera lancé dans moins de deux mois.

«Les clients ont besoin de ne plus subir les chantages pendant les fêtes traditionnelles et religieuses»

Pour le Directeur général de Dakar Dem Dikk, ces conseils sont à appliquer à la lettre. «Nous cultivons la gestion dans la discipline et faisons de sorte que tous nos concitoyens fassent des bus DDD des biens leur appartenant. Depuis que nous sommes là, nous essayons tant bien que mal de rehausser la qualité. Seulement cela va avec un cout. Quand on veut un bus toutes les 20 minutes, il faut accepter que les tarifs qui sont là depuis plus de 20 ans ne peuvent plus progresser», a précisé Me Moussa Diop.
Parlant des nouveaux bus, il rappelle que c’est une première dans l’histoire politique du Sénégal. «Pour la première fois, un nombre aussi important de bus (475) est commandé et livré dans ce pays pour une société publique». Pour lui, cela n’est pas un hasard que cela coïncide avec la rentrée des classes qui se fera dans une semaine. «L’école, la banlieue et les régions sont servies parce que tout simplement le Chef de l’Etat veut rassurer la société qui a besoin d’aller et venir à temps».
A signaler que ces bus ont été présentés aux chefs religieux des différentes confréries et confessions pour des prières avant le lancement. «Nous voulons le confort pour les usagers, il ne s’agit point d’une forme de concurrence avec les autres transporteurs mais les clients ont besoin de ne plus subir les chantages pendant les fêtes traditionnelles et religieuses. Le tarif sera le même tout le temps et les horaires seront respectés», dit-il.

 
Samedi 1 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :