DIOURBEL - Arfang Dembélé, taximan titulaire d’une licence universitaire : De l’amphi au volant

Poursuivre ses études en master dans certaines filières dispensées à l’Université Alioune Diop de Bambey relève d’un chemin de croix surtout pour ceux qui n’ont pas les moyens financiers ou n’ont pas bénéficié de l’appui de l’Etat. Pour ne pas rester oisifs, des étudiants comme Arfang Dembélé, munis de leur parchemin de licence 3, sont devenus à leur corps défendant des chauffeurs ou bien des pompistes en attendant des lendemains meilleurs. Ce qui pose de nouveau la problématique de l’insertion des diplômés de l’enseignement supérieur.


DIOURBEL - Arfang Dembélé, taximan titulaire d’une licence universitaire : De l’amphi au volant
La question de l’emploi est au­jourd’hui plus que jamais une préoccupation mondiale. Au Sénégal, même si les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’indépendance ont initié de nombreuses politiques pour favoriser le plein emploi, le problème de l’emploi et de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur reste encore très aigu. Faisant siennes les paroles du Président Kennedy «ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays», Arfang dit Tamba Dembélé sillonne les rues de la capitale du Baol à bord de son taxi urbain.
Après sa licence en administration et maintenance de réseaux télé-informatiques obtenue à l’U­nité de formation et de recherches (Ufr) dans la filière Sciences appliquées et technologies de l’information et de la communication (Satic) de l’Université Alioune Diop de Bambey, Arfang Dembélé, faute de moyens financiers et d’un appui des pouvoirs publics, a préféré ne pas rester oisif. Il raconte ses dé­buts dans son nouveau mé­tier de chauffeur : «Après la licence, com­me on n’a pas pu faire le master à l’Université de Bam­bey, j’ai acheté une moto jakarta et sept mois après, j’ai dû vendre la moto et me procurer un taxi. Le mas­ter se fait à l’Université privé Amadou Hampaté Ba et il faut des moyens pour poursuivre les études. Je me débrouille avec en at­ten­dant des lendemains meilleurs.»
M. Dembélé voudrait se spécialiser dans la filière administration et  maintenance de réseaux télé-informatiques. «La filière est ouverte mais c’est une sélection et on nous dit d’attendre. Depuis deux an­nées, on attend», dit-il. «Au Sé­né­gal, ce n’est pas facile, nous avons déposé des demandes d’emplois mais au lieu de rester à ne rien faire, j’ai préféré à la place de l’oisiveté, être utile. C’est la raison qui m’a conduit à devenir chauffeur de taxi. Autant aller chercher que d’attendre l’Etat», poursuit notre interlocuteur, un jeune marié.
Du haut de son mètre soixante-dix, le jeune chauffeur dit ne pas se plaindre de son nouveau job. «Je ne me plains pas du tout. Je me sens bien. C’est avec mes économies que j’ai acheté ce taxi. J’ai fait un prêt dans une institution financière de la place. Ma journée débute à 5 heures pour se terminer vers 21 heures. J’observe des fois des pauses d’une heure à deux heures.» Toutefois, ce n’est pas fa­cile d’évoluer dans ce milieu, ex­plique ce père de famille, «surtout, si tu ne l’as jamais connu auparavant. Mais on n’essaie de s’adapter. Je ne regrette pas d’avoir choi­si cette filière et si c’était à re­faire, je le referais». Arfang Dem­bélé n’est pas seul dans son cas. Il y a d’autres diplômés de l’Uni­ver­sité Alioune Diop de Bambey dans la même filière qui sont devenus des pompistes et des volontaires de l’éducation.

Lequotidien




Mercredi 27 Février 2013
Notez


1.Posté par SECK le 27/02/2013 16:03
Du courage mon grand , le chemin de la réussite est parsemé d'embuches

2.Posté par etc le 27/02/2013 20:23
c est cela la voie a,suivre. votre tenacite paiera inchallah



Dans la même rubrique :