DESTITUTION D’AIDA MBODJI DE LA PRÉSIDENCE DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE BAMBEY : Les cadres libéraux annoncent des poursuites judiciaires contre Abdoulaye Diouf Sarr

Les libéraux ne comptent pas rester les bras croisés face à la destitution d’Aïda Mbodji de la présidence du conseil départemental de Bambey. Les cadres libéraux ont décidé de traduire le ministre de la Gouvernance locale, Abdoulaye Diouf Sarr, devant la justice pour abus de pouvoir et pour violation manifeste de la loi 2013-10 du 28 décembre 2013.


En réunion, hier, à la permanence Oumar Lamine Badji, à l’effet d’examiner la situation politique, la Fédération nationale des Cadres Libéraux (Fncl) a annoncé des poursuites judiciaires contre le ministre de la Gouvernance locale, Abdoulaye Diouf Sarr. 
« Afin de donner un semblant de légalité à sa forfaiture et un corpus à sa mesure, le ministre de la Gouvernance locale a convoqué, sciemment, la loi 96-11 du 22 mars 1996, sous l’égide de son donneur d’ordre Macky Sall, faisant fi de la récente loi 2013-10 régissant les collectivités locales, loi issue de leur piteuse réforme dénommée Acte III de la Décentralisation. Ainsi, la FNCL considère la décision du ministre-militant comme nulle et non avenue, usera de tous les moyens légaux afin de poursuivre ledit ministre pour abus de pouvoir et pour violation manifeste de la loi 2013-10 du 28 décembre 2013, notamment en son livre 1 – Titre 4 – chapitre 2 - Articles 55 à 59 », a informé la Fncl. 
Elle encourage « le Parti démocratique sénégalais (PDS) à organiser la résistance politique et juridique aux fins de stopper définitivement les incessantes agressions de ce régime contre le Parti et contre les Sénégalais en général. » 
Dans le même sillage, la FNCL exhorte les militants et les responsables du PDS à continuer la massification du parti au niveau de chaque commune et de chaque département afin de mieux préparer les défis futurs. Elle lance un appel à la Direction du Parti, au Front patriotique pour la Défense de la République (FPDR), au Cadre de Concertation de l’Opposition (C2O), « à intensifier la lutte contre le système électoral ultra frauduleux du régime en place, à s’atteler à l’assainissement du fichier électoral et à l’unité de l’opposition toute entière en vue des échéances de 2017 et de 2019. » 
La Fncl a renouvelé́ son soutien à Aïda Mbodji « qui est indexée par les responsables du camp présidentiel comme étant l’unique frein à une hypothétique victoire aux prochaines joutes électorales, d'où la mise en place de la GOLIPAM ( Grande offensive pour la liquidation politique d'Aïda Mbodj) en utilisant honteusement les maigres moyens de l'Etat»
Vendredi 6 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :