DÉMISSION DU JUGE KÉBA M'BAYE - Raison officielle


DÉMISSION DU JUGE KÉBA M'BAYE - Raison officielle
Le 7 février 1992, à quelques encablures du scrutin présidentiel de février 1993, sous la hantise d’élections suivies de contestations violentes comme le pays en avait connues depuis l’indépendance, l’Assemblée nationale adopte le Code électoral consensuel, fruit des concertations des acteurs politiques de la majorité et de l’opposition de l’époque.
Salué comme “le meilleur code“ et par conséquent censé garantir des élections libres et transparentes, voilà qu’il va se retrouver bousculé à l’épreuve de la pratique. Confrontée à de nombreux blocages provenant des partis politiques, dans l’impossibilité de proclamer les résultats provisoires du scrutin, Mme Andrésia Vaz, Premier président de la Cour d’Appel, met fin aux travaux de la Commission nationale de recensement des votes et s’en remet au Conseil Constitutionnel. Coup de théâtre, son président, Kéba Mbaye, rend sa démission, le lundi 2 mars 2013, par lettre adressée au chef de l’Etat Abdou Diouf. Il sera remplacé par le juge Youssou Ndiaye. A l’occasion de la publication des Mémoires du Président Abdou Diouf, Sud quotidien revisite cette séquence particulière de l’histoire politique du Sénégal et des polémiques qu’elle continue de susciter....
Lundi 8 Décembre 2014
Dakaractu




1.Posté par le taon de la cité le 08/12/2014 10:58
Vive Sud Quotidien, un vrai journal d'investigation.

2.Posté par iba sy le 08/12/2014 12:01
Kéba a manqué de courage. C tout ! Il a fui aprés avoir entendu les menaces de Jean Paul Diaz avait promis un linçeul pour les juges si le PS sortait victorieux des élections législatives d'alors. Ses héritiers doivent se taire.

3.Posté par baye fall le 09/12/2014 05:13
c en mars 1993 et non en 2013 nullard ke vous ete



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016