DÉLINQUANCE FINANCIÈRE : Comment Cosepresco a volé 305 millions à la Banque Atlantique

La société Cosepresco et son gérant, l’homme d’affaires Mouhamadou Bamba Sylla, se trouvent au cœur du détournement de 305 millions de FCfa à la Banque Atlantique.


La Division des Investigations Criminelles (DIC) a carrément Mouhamadou Bamba Sylla et Yaye Fincoura Sène dans le cadre de l’enquête sur le détournement de 305 millions de Fcfa intervenu à la Banque atlantique.
L’affaire commence après une plainte de B. Diouf, Directeur juridique de la Banque Atlantique. Lors de son audition à la Dic, il a révélé que leur banque avait signé un contrat d’exploitation du service «Money Gram», au courant du mois de mai 2015, avec la société Cosepresco, gérée par Mouhamadou Bamba Sylla.
A cet effet, Cosepresco était agréé à effectuer, pour le compte de la Banque atlantique, des opérations de paiement et d’envoi d’argent via «Money Gram».
Durant la phase d’exploitation de son activité, M. Sylla a agi en violation des dispositions qui réglementent le contrat en ne reversant pas à la banque les montants recouvrés durant la période du mois d’août 2015 à la date du 26 février 2016 dont le cumul s’élève à la somme de 305.172 millions de Fcfa. B. Diouf a expliqué que le concerné a profité de l’omission par la banque de transférer le nom de la société Cosepresco sur la liste des partenaires effectuant des opérations d’envoi, pour se soustraire aux contrôles quotidiens.
Convoquée et interrogée, la nommée Yacine Fincoura Sène, caissière de la société mise en cause, a déclaré qu’elle se chargeait d’effectuer toutes les opérations d’envoi d’argent, sur instruction de son employeur. Elle a précisé que les sommes d’argent qu’elle envoyait à ces bénéficiaires variaient d’un montant de 600.000 à un million de Fcfa avant d’ajouter qu’elle ignore, à l’exception des nommés A.Sy, A.Gomis et B.M. Cissé, ce dernier étant le plus grand bénéficiaire de ces envois. Pour justifier la présence de son nom sur la liste des bénéficiaires de ces envois, elle a déclaré que c’est Mouhamadou Bamba Sylla qui lui demandait de récupérer ces sommes à son nom, avant de les lui reverser après.
Convoqués et interrogés sur procès-verbal régulier, a. Sy, et a. Gomis ont déclaré que c’est Mouhamadou Bamba Sylla qui leur envoyait souvent de l’argent à partir du service Money Gram de la société Cosepresco, pour ensuite le lui remettre en espèce ou pour payer avec l’argent reçu des services tels que les factures d’électricité et autres.
Interrogé à son tour, le mis en cause a reconnu partiellement les faits portés à sa charge, avouant ainsi être resté du mois d’août 2015 au Février 2016 sans reverser à la Banque Atlantique, les montants des envois effectués. 
Cependant il a soutenu ne leur devoir que quelques 30,283 millions de Fcfa qui représentent l’ensemble des envois effectués sur sa demande, dont le montant a été arrêté, à partir du registre tenu par la caissière Yaya Fincoura Sène et dans lequel elle mentionnait toutes les sommes d’argent envoyées via Money Gram. Il a ajouté que si tout ce préjudice financier subi par la banque est réel et exact, son poste «Money Gram» aurait fait l’objet d’un piratage.
Interpellé sur l’identité des bénéficiaires d’envois effectués à partir de sa société Cosepresco, Mouhamadou Bamba Sylla a déclaré ne reconnaître que certains d’entre eux, à qui il envoyait de l’argent pour les besoins de ses activités professionnelles.
Interpellé sur l’identité du nommé B. M. Cissé, le plus grand bénéficiaire des envois d’argent, il a soutenu, contrairement aux déclarations de sa caissière, ne l’avoir jamais connu, tout en désignant la caissière Yaya Fincoura Sène, devant pouvoir identifier cet individu dans la mesure où que c’est elle qui lui envoyait de l’argent qu’il recevait.
En raison des contradictions notées dans leurs déclarations, deux confrontations ont été organisées, d’une part, entre la partie plaignante et le nommé Mouhamadou Bamba Sylla et, d’autre part, entre ce dernier et la nommée Yaya Fincoura Sène.
Lors de la première confrontation qui a opposé le plaignant et Mouhamadou Bamba Sylla, le dernier cité a reconnu l’exactitude du montant de 305 millions de Fcfa envoyé à partir de la société Cosepresco. Seulement, il a précisé avoir ignoré les circonstances dans lesquelles ces fonds ont été envoyées étant donné qu’il n’a jamais été au courant de cela.
Lors de la confrontation suivante entre Mouhamadou Bamba Sylla et Yaye Fincoura Sène, chacun en ce qui le concerne, a campé sur sa position.
Selon les informations de Libération, durant tout le déroulement de l’enquête, Mouhamadou Bamba Sylla et Yaya Fincoura Sène n’ont pas fait l’objet d’une mesure de garde à vue. Ce n’est que le 17 juin dernier qu’ils ont été arrêtés et déférés au parquet pour abus de confiance, faux, usage de faux et vol au préjudice de son employeur.
Vendredi 24 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :