DÉBAT D’ORIENTATION BUDGÉTAIRE : Le budget de 2018 atteindra 3720,25 milliards F Cfa

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a annoncé hier, que le budget 2018 atteindra plus de 3700 milliards de francs Cfa. A cela, s’ajoute le taux de croissance qui atteindra 7%, sans les ressources provenant du pétrole et du gaz. Lesquelles sont attendues en 2021.


DÉBAT D’ORIENTATION BUDGÉTAIRE : Le budget de 2018 atteindra 3720,25 milliards F Cfa
Le budget du Sénégal atteindre 3720,25 milliards de francs Cfa. L’annonce a été faite, hier, lors du débat d’orientation budgétaire 2017 à l’Assemblée nationale par le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan. Selon Amadou Ba, la mobilisation de cette manne financière repose sur la base d’une politique fiscale qui sera axée sur le renforcement des acquis du nouveau Code des impôts.
Au total, les recettes du budget 2016 ont connu une hausse de 15%, passant de 2026,1 milliards en 2015 à 2334,6 milliards, essentiellement imputable à l’augmentation significative des recettes budgétaires (+15,23%).
« En 2016, 58 conventions de financement ont été signées, portant ainsi le nombre de conventions signées depuis la tenue du Groupe consultatif de Paris à 198 pour un montant mobilisé de 3 486 milliards, dont 89,7% sous forme d’emprunt concessionnels et 10,3% à titre de subvention. Globalement, les dépenses sont ressorties à 2704 milliards en fin 2016 contre 2411,5 milliard en 2015, soit un accroissement de 120%. La pauvreté a baissé », a soutenu M. Ba.
Au 31 mai 2017, les ressources budgétaires ont été recouvrées à hauteur de 1074,13 milliards, 767,9 milliards de recettes internes et 304,23 milliards de ressources extérieures destinées au financement des projets et pro- grammes d'investissement publics.
Soit 70% des prévisions de tirage sur l’année 2017 effectués en 5 mois. Ce qui lui fait dire que le dynamisme de l’économie sénégalaise devrait se consolider avec un taux de croissement du Produit intérieur brut (PIB) réel projeté à 7% contre 6,8% en 2017.

« Sans pétrole et sans gaz, nous atteindront en 2018, un taux de croissance de7%»

« Nous projetons une croissance de 7% en 2018. Beaucoup n’y croyaient pas. Aujourd’hui, force est de constater que le Plan, la vision sont totalement exécutés. Nous n’avons pas encore intégré les revenus du pétrole et du gaz dans ses performances. Donc, sans pétrole, sans gaz le Sénégal atteindra une croissance au moins de 7%. Car, les ressources provenant du pétrole et du gaz sont attendus en 2021 », se ré- jouit le ministre non sans annoncer qu’en 2018, le déficit budgétaire devrait être réduit à 3% après 3,7% en 2017.
Poursuivant, il renseigne que les ressources et charges budgétaires sur la période 2018-2020 à 11 614,24 milliards.
Concernant la dette publique, Amadou Ba informe qu’elle passera de 6 302,8 milliards en 2018, 6580,5 milliards francs Cfa en 2019 et 6792,3 milliards en 2020. « Notre endettement qui était à 60 % du PIB est aujourd’hui à 40%. La répartition annuelle des investissements publics programmés sur la période 2018-2020 se présentera comme suit : 1345 milliards de francs CFA pour 2018, soit une augmentation de 120 milliards par rapport à 2017, 1490,9 milliards pour 2019 et 1652,3 milliards », détaille le ministre.

« Le Sénégal ne peut pas donner ou produire des statistiques fabriquées »

Pour le recrutement dans la fonction publique, les prévisions se chiffrent à 13 130, 12 203 et 6 500 respectivement en 2018, 2019 et 2020. D’après le ministre des Finances, tous ces chiffres donnés sont authentiques car le Sénégal est un pays qui est sur les marchés internationaux. « Donc, il ne peut produire ou donner des statistiques fabriquées ».
Dans le même ordre d’idées, Amadou Ba affirme que l’ambition du Sénégal est d’adhérer, dès cette année, à la norme spéciale de diffusion des données statistiques du Fonds monétaire.
Vendredi 30 Juin 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :