Crise entre le Gouvernement et les enseignants : Amnesty recommande une concertation et l’arrêt des menaces


A l’issue d’une réunion travail avec les représentants des syndicats d’enseignants du moyen-secondaire SAEMS, CUSEMS et UDEN Rénovation, l’ONG Amnesty International Sénégal de faire quelques recommandations. Il demande ainsi au  gouvernement du Sénégal « de respecter les libertés syndicales proclamées par la constitution et des conventions internationales ratifiées par le Sénégal ». Mais aussi l’arrêt « de toutes les mesures d’intimidation à l’encontre des enseignants, en l’occurrence les convocations à la Police et à la Gendarmerie pour faire constater le refus de prendre les réquisitions, et de privilégier le dialogue et la concertation pour trouver une solution de sortie de crise acceptable par toutes les parties ». 
Seydi Gassama et ses camarades ont demandé aussi au Gouvernement de respecter les accords signés avec les enseignants, accords qui ont fait l’objet de renégociations et d’échéanciers que l’Etat n’a pas respectés.
La situation de blocage actuelle, selon la note issue de cette rencontre, résulte en grande partie de la rupture de confiance entre les syndicats d’enseignants et le gouvernement. Aussi appelle t-il le Président de la République, Macky SALL, à recevoir les syndicats en grève afin d’apporter une solution à leurs justes et légitimes revendications et permettre à l’école sénégalaise de retrouver la paix et la tranquillité indispensables à un enseignement de qualité.
 
Lundi 6 Juin 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :