Cours magistral de démocratie à l’opposition. Adjugez Monsieur le Président ! (Par Gaston Mbengue)


Le quartier des Almadies a reçu hier vendredi 21 Avril 2017, un parterre de personnalités composé du Président de la République, de membres du Gouvernement et de députés dont ceux de l’opposition. Le point de convergence fut la maison de l’ancien Ministre d’Etat, Samuel Sarr, pour lui présenter ses condoléances à la suite du rappel à Dieu de sa mère.
En compagnie d’une forte délégation, le Président de la République Macky Sall en personne a fait le déplacement, malgré un agenda bondant, pour voir son ami Samuel Sarr et partager avec lui ses peines.
Avec franchise, sincérité et beaucoup d’émotion, le Chef de l’Etat lui a signifié toute sa considération et le respect que la famille présidentielle a envers celle de l’ancien ministre de l’Energie. La preuve en est que Marième Faye Sall a été la première personne présente à l’hôpital Principal à l’annonce du décès en raison des relations amicales fortes qu’elle entretient avec Samuel Sarr.
Le déplacement du Président de la République pour présenter ses condoléances à Samuel Sarr restera graver dans le granit de l’histoire et dans les mémoires des Sénégalais qui l’ont suivi et écouté. Au-delà de la compassion et du partage de douleur, Macky Sall a eu la sage présence d’esprit de regarder le rétroviseur pour rappeler les moments historiques qu’il a passés au sein du Parti Démocratique Sénégalais (PDS). Pendant une vingtaine d’années, il a été dans ce parti, y a partagé victoire, bonheur et revers sans jamais fléchir ni rompre. Une divergence de vue l’a amené à démissionner pour fonder l’Alliance Pour la République (APR).

L’éthique et le travail, le conseil de Macky

« NANGUENE GORGORLOU » (Il faut redoubler d’effort), sont les mots du Président Sall à l’endroit de ses anciens compagnons. Cette invite à l’action saine est une fraternelle exhortation que Macky prodigue à ses amis du PDS.
En procédant ainsi, il donne simplement la preuve que l’Autorité d’Etat qu’il incarne se fait exclusivement guider, en tout et par tout, par la loi morale. C’est à cet effet il a peint, à Samuel Sarr, à ses frères et sœurs du PDS et à toute la casse politique, la politique comme une action humaine qui ne doit pas gâcher les relations humaines qui existent les acteurs.
L’esprit de loyauté et d’honnêteté l’ont même à amené à surprendre et à affirmer qu’ il n’a pas oublié tout ce qu’il a vécu de bon ou de mauvais au sein du PDS, notifiant qu’il a un passé avec chacun des responsables du parti de Me Abdoulaye Wade.
Privilégier le travail, le sens de la République, le respect du bien commun et de l’intérêt national sont, pour Macky Sall le seul moyen de répondre aux revendications sociales, de résoudre les problèmes nationaux et de respecter et faire respecter la démocratie. Avec le bel esprit de dépassement qui le singularise, Macky Sall, sur un ton taquin mais ferme, dit à ses interlocuteurs que tout ce qui se fera dans la démocratie ne le gênera pas mais le contraire crée des difficultés. Il a dit entendre les attaques contre lui. Mais il les trouve normales car elles illustrent la particularité du jeu démocratique sénégalais.

Les portes grandement ouvertes

En bon démocrate, il invite l’opposition, et particulièrement le PDS, à descendre sur le terrain voir les Sénégalais pour essayer de les convaincre. S’ils votent à nouveau pour eux, ça sera aussi le triomphe de la démocratie. Mais il n’a pas oublié de les rappeler qu’il est le Président de la République de tous les Sénégalais dont il est le responsable et le garant.
Avant de terminer, il leur a fait savoir qu’il ne peut jamais détester le PDS où il a appris la politique. Mais à un moment donné, il faut savoir voler de ses propres ailes. Et c’est ce qu’il a fait pour les affronter et triompher d’eux en 2012. Et ces propos astucieux ont magnifiquement rendu l’atmosphère davantage conviviale et fraternelle entre des responsables politique que le destin et l’histoire ont éloigné sans les séparer.
Macky Sall a invité conséquemment ses anciens compagnons à venir participer, à ses cotés, à la bonne du pays et apporter leur pierre à l’édification d’un Sénégal qui gagne et va de l’avant. Sa nature de démocrate achevé légitime cette ouverture : ses portes sont ouvertes à tous pour travailler ensemble.

La retenue politique, une exigence

En s’adressant avec autant de sagesse, d’esprit d’ouverture et de démocratie, Macky Sall fait naturellement penser à ces personnalités loyales et dévouées de son propre camp et particulièrement de l’APR. Premier Ministre, Mouhammed Boune Abdallah Dionne est de celles-là. Compagnon de Macky Sall depuis des décennies, ayant traversé avec lui de nombreuses épopées et ayant relevé sous son inspiration de grands défis, l’actuel Premier Ministre se singularise par la retenue, la fidélité, la loyauté, l’action et la capacité de convaincre au détour d’une seule phrase.
Son halo d’homme d’Etat et d’homme politique amène même à évoquer son nom en confrontation avec un autre nom de personnalité pour assumer la charge de Tête de Liste de Benno Bokk Yakaar aux Législatives. Or, il n’est ni conspirateur, ni conjurateur. Des combines malveillantes, Mouhammed Boune Abdallah Dionne ne se montre qu’en soldat prêt à répondre à tous les fronts pour mener un combat victorieux. Et d’ailleurs, dans l’hypothèse même où cela adviendrait, ce serait au grand bénéfice et de Macky, et de l’APR et de Benno Bokk Yakaar en raison de son profil consensuel, de sa forte personnalité et des qualités ataviques qu’il charrie en lui.
La visite du Président Macky Sall chez Samuel Sarr pour lui présenter ses condoléances et les propos rationnels et raisonnables qu’il y a tenus devrait plus que jamais amener tous les acteurs politiques à se saisir.
Cette sagesse de Macky Sall auréolée d’un humanisme intégral ne peut alors être accueillie qu’à l’applaudimètre. Adjugez donc Monsieur le Président !
 
Gaston Mbengue
​Président du Mouvement
Nangu  dogalu Yalla 

 
 
Samedi 22 Avril 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :