Coup d’Etat manqué : le Burkina Faso demande à la Côte d’Ivoire de poursuivre Guillaume Soro (Jeune Afrique)


Le commissaire du gouvernement auprès le tribunal militaire de Ouagadougou a annoncé lundi qu'il renonçait à son mandat d'arrêt contre le président de l'Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro pour son implication présumée dans le coup d'État manqué de septembre 2015 mais a demandé à la Côte d'Ivoire de le poursuivre dans le cadre d'une autre procédure dite de "dénonciation".

« En ce qui concerne M. Guillaume Soro (…), le parquet (du tribunal militaire) a opté pour la procédure de dénonciation (et) comme nous avons dénoncé les faits (…) nous n’avons plus compétence d’émettre un mandat d’arrêt contre M. Guillaume Soro », a déclaré lundi 6 juin le commissaire du gouvernement auprès le tribunal militaire de Ouagadougou, le commandant Alioune Zanré, lors d’une conférence de presse.

Le mandat d’arrêt international lancé par la justice militaire contre Guillaume Soro pour son implication présumée dans le coup d’État manqué contre le gouvernement de transition burkinabè en septembre 2015 avait été annulé fin avril par la Cour de cassation de Ouagadougou pour vice de forme. Le mandat d’arrêt émis contre l’ancien président François Compaoré avait aussi été annulé.

« Ces annulations ont été faites pour vice de forme parce qu’il aurait fallu demander les réquisitions du commissaire du gouvernement [procureur], du tribunal militaire avant d’émettre les mandats. Cette formalité n’ayant pas été accomplie, la Cour a donc décidé d’annuler tous les mandats internationaux », avait alors expliqué le procureur général près la Cour de cassation de la justice burkinabè.
Mardi 7 Juin 2016
Jeune Afrique




Dans la même rubrique :